guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

289 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2022

Noémie Goudal, performer les images

Noémie Goudal interroge le potentiel des images en convoquant l’illusion, la dissolution. L'artiste manipule, crée le trouble, pour mieux nous inciter à regarder vraiment. Au Grand Café de Saint-Nazaire, elle présentait « Post Atlantica », nouveau projet qui constituait sa première exposition dans un centre d'art français. Retour sur un récit photographique entre mémoire et projection.

guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Noémie Goudal, Inhale Exhale, 2021. Film couleur, son stéréo, environ 8 min. Production Le Grand Café – centre d’art contemporain. © Courtesy de l’artiste

L’art de Noémie Goudal (née en 1984 à Paris où elle vit et travaille) examine la possibilité des images en travaillant sur les dissonances entre réel et invention par le biais de la photographie, la vidéo et l’installation immersive. Diplômée en design graphique de la Central Saint Martins à Londres, elle poursuit ses études au Royal College of Art où elle obtient un master en photographie en 2010. L’artiste, qui s’intéresse à la notion de temps dans l’image, est fascinée par la paléoclimatologie[1] qui inspire depuis quelques années son travail plastique. Elle s’attache également à la question de l’illusion, de l’émerveillement. Ses photographies sont en fait des installations qu’elle fabrique dans la nature avant de les photographier à nouveau. Elle travaille beaucoup avec des strates, de papier, de miroir… Ses œuvres entretiennent une certaine ambivalence entre le côté léché et le côté artisanal. L’intitulé de son nouveau projet, « Post Atlantica », qui était récemment présenté au Grand Café, centre d’art contemporain de Saint-Nazaire, fait référence au nom du paléo-continent formé il y a deux milliards d’années et occupant la zone géographique correspondant aujourd’hui à l’Afrique de l’Ouest et l’est de l’Amérique du Sud. En se scindant, le continent a permis la création de l’océan Atlantique sud.

Noémie Goudal, Inhale Exhale, 2021. Film couleur, son stéréo, environ 8 min. Production Le Grand Café – centre d’art contemporain. Courtesy de l’artiste. Vue de l’exposition Post Atlantica au Grand Café – centre d’art contemporain, 2021. © Photographie Marc Domage

Le centre de la grande salle du rez-de-chaussée est occupé par un double écran sur lequel est projetée en boucle et sur les deux faces la même image inversée et légèrement décalée d’un film 8 millimètres illustrant cette mécanique de la tectonique des plaques. Réalisé sans trucage numérique, « Inhale Exhale » illustre parfaitement ce goût de l’artiste pour une illusion bricolée. Le film donne à voir un paysage de marais à la végétation foisonnante dans lequel des décors, harnachés à un système de cordes et de poulies, disparaissent progressivement, immergés dans l’eau stagnante avant de réapparaitre. Inspirer, respirer, faire apparaitre, faire disparaitre. Ces différents décors sont autant de strates de végétation tropicale, autant de lieux de mémoire d’un paysage commun à l’Afrique et l’Amérique du Sud, dont le bananier et le palmier, deux espèces que l’on retrouve régulièrement dans les œuvres de l’artiste. Ils « sont des marqueurs de mouvement, témoins de l’histoire de ce paysage disloqué[2] » précise Eva Prouteau dans le texte qui accompagne l’exposition. Ici, l’idée d’un effondrement est toujours suivie par une renaissance.

Noémie Goudal, Décantation, 2021, série de photographies, 45 x 34,2 cm chaque. Production Le Grand Café – centre d’art contemporain. Courtesy de l’artiste. Vue de l’exposition Post Atlantica au Grand Café – centre d’art contemporain, 2021. © Photographie Marc Domage

Réalisé en Grèce à l’été 2021, « Décantation » se rattache à la série « Démantèlement ». Trois ensembles photographiques de six, sept et huit clichés montrant chacun une image de montagne qui se dissout, évoque la transformation perpétuelle du paysage due à l’érosion naturelle. Pour obtenir cet effet, l’artiste utilise un papier hydrosoluble comme métaphore de sa disparition progressive. La montagne semble fondre littéralement établissant un parallèle avec la fonte actuelle des glaciers.

À l’étage, la série des « Phoenix », composée de huit images, se découvre dans la pénombre. Sa réalisation est de l’ordre de la performance pour l’artiste qui photographie des palmiers la nuit dans une palmeraie, imprime les images sur place, les découpe en bandelettes, puis les repositionne dans le paysage qu’elle photographie à son tour. Il en résulte des images complètement déconstruites, une sorte de dislocation géométrique du paysage. Noémie Goudal crée le trouble, l’illusion, invite à regarder de plus près, s’attarder sur l’image, laissant parfois quelques indices, là une pince oubliée, ici un coup de cutteur, là encore un papier qui déborde. Dans le film « Below the deep south », l’artiste utilise à nouveau des strates de papier qu’elle superpose en arrière-plans successifs, jouant avec les échelles et la profondeur pour provoquer une illusion d’optique. Neuf strates de papier représentant une jungle verdoyante sont placées devant la caméra qui, elle, ne bouge pas. Ces décors brûlent au fur et à mesure, l’un se substituant à l’autre et ainsi de suite. On ne sait jamais si on est dans un paysage réel ou dans une image.

Noémie Goudal, Below the Deep South, 2021. Film Full HD, couleur, son stéréo, 11 min 34 s. © Courtesy de l’artiste


 « Study perspective n°3 » revisite l’anamorphose à partir de photographies déformées d’une grotte qui sont ici mises en scène afin de recomposer l'image à partir d’un point de vue déterminé.  Noémie Goudal s’empare du thème de la grotte très usité tout au long de l’histoire de l’art et de l’architecture. Espace à la fois physique et mental, le lieu où l’on se cache, le lieu intérieur, inconnu, elle est aussi le lieu de naissance de l’art et de l’image. Noémie Goudal est toujours dans l’expérimentation. Elle manipule les images à la manière d’un jeu, sollicitant le visiteur qui devient acteur.

Noémie Goudal, Study on Perspective III, 2021. Installation, dimensions variables. Production Le Grand Café – centre d’art contemporain. Courtesy de l’artiste. Vue de l’exposition Post Atlantica au Grand Café – centre d’art contemporain, 2021. © Photographie Marc Domage

En équilibre entre documentaire et fiction, quelque part entre Méliès, Kentridge et Gondry, Noémie Goudal bricole les images de manière artisanale à rebours des trucages numériques. Sa « poétique des effets spéciaux modestes[3] », pour reprendre la très jolie expression d’Eva Prouteau, laisse entrevoir la dimension expérimentale de sa démarche, de même que ses imperfections. Au temps humain, elle préfère le temps long de la terre : « Mes réalisations sont un moyen de parler du temps long, en opposition au “temps de l’Homme”. Je souhaite faire le lien entre la Terre dans son entièreté et ce que les non-scientifiques perçoivent de cette planète. Car l’être humain ne voit pas le mouvement des choses, et croit donc être une entité fixe » affirme-t-elle. En nous immergeant dans les images qu’elle a pris soin de modifier, elle souhaite nous faire prendre conscience des mouvements du monde.

[1] Science qui étudie les climats passés et leurs variations au cours du temps.

[2] Eva Prouteau, texte accompagnant « Post Atlantica », l’exposition personnelle de Noémie Goudal au Grand Café – Centre d’art contemporain de Saint-Nazaire, du 10 octobre 2021 au 2 janvier 2022.

[3] Ibid.

Noémie Goudal, Phoenix VII, 2021, 200 x 149,4 cm, C-Print. © Courtesy de l’artiste

Noémie Goudal - « Post Atlantica »

Du 10 octobre 2021 au 2 janvier 2022.

Le Grand Café Centre d'art contemporain
Place des Quatre z'horloges
44 600 SAINT-NAZAIRE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda