Guillaume Weill Raynal
Essayiste
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2016

Eric Zemmour, le Grand Rabbin et la vidéo fantôme

Les propos d’Eric Zemmour, la semaine dernière à la grande synagogue de Paris étaient-il à ce point inavouables ? Ou alors, peut-être, les réactions de l’auditoire… Toujours est-il que les organisateurs de la conférence-débat ont semble-t-il renoncé à mettre en ligne la vidéo.

Guillaume Weill Raynal
Essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 1er juin dernier, près de 1 300 personnes s’était déplacées à la très solennelle et très prestigieuse grande synagogue de la rue de la Victoire, à Paris, pour assister à une conférence-débat intitulée « Qu'est-ce qu’être Français et Juif aujourd'hui ? ».  Animée par Yves Thréard du Figaro et avec pour participants-vedette,  le Grand Rabbin Gilles Bernheim et…. le polémiste Eric Zemmour.  « Une belle affiche » selon l’hebdomadaire Actualité Juive qui co-organisait l’évènement avec le consistoire, l’autorité centrale qui depuis Napoléon 1er gère les synagogues et institutions juives de France. Des esprits chagrins auraient pu éventuellement poser la question de savoir si un lieu de culte était l’endroit le plus approprié pour voir  débattre d’un sujet aux inévitables prolongements politiques un pamphlétaire condamné à deux reprises pour incitation à la haine raciale et un rabbin dont le prestige intellectuel fut tout de même sérieusement écorné, il y a trois ans, pour avoir usurpé pendant plusieurs décennies le titre d’agrégé de philosophie, et avoir été également démasqué pour de nombreux plagiats commis tout au long de sa carrière d’auteur. Mais passons. Alors que la conférence démarrait dans une synagogue pleine à craquer, Gilles Bernheim, en temps réel sur son smartphone, annonçait triomphalement la mise en ligne sous huit jours d’une vidéo.  La soirée s’annonçait exceptionnelle.  Et d’une certaine manière, il semble qu'elle  le fut…

La lecture du compte-rendu de la soirée faite par Actualité Juive [1] laisse une  curieuse impression. La journaliste aurait-elle été victime d’un dédoublement de la personnalité ? Car l’article commence par les éloges - « Eric Zemmour a expliqué, force citations à l’appui et dans un style brillant que personne ne peut lui enlever… », «Avec érudition, il a rappelé… » - quand ce n’est pas carrément l’encensoir (si l’on peut dire), pour le Grand Rabbin : «  Dans une intervention éblouissante, (…) convoquant des sources multiples relevant à la fois de la tradition juive et de la culture occidentale, argumenté par l’implacable logique des questionnements philosophiques, l’intellectuel juif a prouvé une nouvelle fois la maîtrise de son savoir à éclairer l’assistance des lumières d’un judaïsme ressourcé à la modernité ». Rien que ça.        

« Les statuts des Juifs n’ont tué personne »

Mais soudain, il semble que tout dérape. Dans la seconde partie de la conférence, Zemmour aurait exprimé  des idées qu’on ne se serait pas attendu à trouver dans la bouche d’un juif (fût-il situé politiquement à la droite de la droite), et qu’il n’avait semble-t-il jamais exprimé auparavant, notamment dans Le Suicide Français  où il s’était seulement livré à une critique feutrée (et parfois pertinente) des excès du communautarisme et de la mémoire de la Shoah. Car la journaliste d’Actualité Juive poursuit : « Eric Zemmour a livré sa vision de l’histoire de Vichy selon sa grille idéologique qui heurte les consciences : Vichy a protégé les Juifs français car 90% d’entre eux ont survécu, les statuts des Juifs n’ont tué personne, Pétain comme De Gaulle sont dignes d’admiration, les Juifs d’Europe centrale sont responsables de l’antisémitisme dont ils étaient les victimes en prenant le travail des  "Français" ». Et conclut « Des propos donnant la nausée ».   

Seule incertitude, ces propos sont rapportés mais non « cités ». La journaliste a-t-elle fidèlement traduit la pensée Zemourienne ou l’a-t-elle « interprétée » ? Il a fallu parvenir au dernier tiers de  l'article, pour découvrir, après les louanges, des paroles ahurissantes que ni le titre ni le chapeau de l'article n'annonçaient. Peu de chances de faire un scoop. L'audience d'Actualité Juive est tout de même assez confidentielle.  Et comme par hasard, il n’est soudainement plus question de mettre en ligne une quelconque vidéo. Le rabbin Bernheim est subitement devenu muet à ce sujet et la journaliste reconnait  sur son mur Facebook que « vu la teneur des propos », cette vidéo ne sera probablement pas diffusée. Quant à l’attitude du public de cette conférence, elle précise, toujours sur Facebook, que certains furent « scandalisés », que nombreux avaient « décroché », mais qu'il y eut tout de même « quelques applaudissements. »  

Saura-t-on un jour ce qu’Eric Zemmour a réellement dit ce soir-là ?  On peut toujours espérer que la vidéo finira par être mise en ligne. L’honnêteté intellectuelle le commande. Il n’y a pas de motif valable pour qu’une conférence filmée et tenue  en public par une personnalité médiatique devant 1 300 personnes soit soudainement considérée comme privée, confidentielle et non susceptible d’intéresser le… public. A défaut, il n’est pas interdit d’imaginer que des captations privées via smartphones ou enregistreurs MP3  finiront bien par sortir.

Affaire à suivre, donc..          


[1] http://www.actuj.com/2016-06/france/3642-eric-zemmour-gilles-bernheim-que-s-est-il-reellement-dit-a-la-victoire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille