Guillaume Weill Raynal
Essayiste
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2016

Unesco : la « bataille » de Jérusalem

L’Unesco a adopté, le 16 avril dernier, une résolution sur la vieille ville de Jérusalem, classée au patrimoine de l'humanité. La France a voté pour. La réaction très vive du gouvernement israélien ne s’est pas fait attendre, aussitôt relayée par le CRIF, les institutions et les sites de la communauté juive qui se sont enflammés. Un bel exemple de désinformation.

Guillaume Weill Raynal
Essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi donc, la diplomatie française renouerait avec les vieux démons de sa « politique arabe », et pire même, avec les fantômes antisémites de Vichy et de la collaboration ! « L'Unesco choisit d'ignorer le lien historique unique qui existe entre le judaïsme et le mont du Temple, l'endroit où ont été érigés deux temples pendant 1000 ans » a déclaré Benyamin Netanyahu, le chef du gouvernement israélien. « Une tentative honteuse de réécrire l'histoire, dans le cadre de la campagne politique contre Israël et le peuple juif » a enchaîné Yaïr Lapid, son ancien ministre des finances, président du parti centriste Yesh Atid.  En France, le CRIF considère que « l'Unesco a adopté une résolution qui dénie le lien entre les Juifs et le Mur des Lamentations et le Mont du Temple à Jérusalem. » Son président Roger Cukierman a protesté contre le vote de la France en écrivant directement à François Hollande : « cette décision est une négation délibérée de l'histoire ; elle ignore le lien historique du judaïsme avec Jérusalem, capitale spirituelle du Peuple Juif. L'Unesco tente de réécrire une partie de l'histoire de l'humanité et prouve encore une fois que la mauvaise foi et la haine d'Israël ne connaissent aucune limite.» [1] Joël Mergui, le président du consistoire central israélite de France a renchéri en s’écriant « antisionisme », « négationnisme » et « incitation à la haine ».  Le grand rabbin de France Haïm Korsia est intervenu, lui, auprès du quai d’Orsay. Des dizaines  de sites communautaires ont embrayé et diffusé l’« information »…

De quoi s’agit-il au juste ?  L’Algérie, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan avaient soumis au vote du Conseil exécutif de l’Unesco un projet de résolution pour protester contre les multiples violations, commises selon eux par Israël, contre le « statu quo » qui prévalait dans la vieille ville de Jérusalem jusqu’en 2000 : un accord tacite qui, depuis 1967, attribuait au Waqf jordanien la plénitude de l’administration religieuse de l’esplanade des mosquées. Une sorte d’extraterritorialité dérogeant  à la souveraineté israélienne en vigueur sur le reste de la  ville – et notamment le mur des Lamentations – depuis son annexion à la suite de la guerre des Six jours. Semble-t-il,  les incidents se multiplient ces dernières années. Le texte de la résolution en donne le détail, en une trentaine de points, notamment des travaux unilatéralement décidée par les israéliens menaçant les mosquées ou empiétant sur les prérogatives du Waqf, ou au contraire décidés par la partie musulmane mais empêchés par les israéliens. Griefs fondés ? Chaque camp soutiendra que oui, ou que non…  Impossible à savoir, en fait, sans enquêter sur place. Et c'est bien là que le bât blesse. Car la résolution donne aussi le détail précis des nombreux refus que les Israéliens ont systématiquement opposés à ce que l’Unesco organise des réunions d’experts, fût-ce de concert avec toutes les parties concernées, pour juger de la situation exacte sur le terrain.

Last, but not  least, les Israéliens n’ont pas non plus jugé utile de réfuter ou de discuter  chacun de ces griefs  énoncés pourtant de manière précise et circonstanciée (qui ne dit mot consent…), préférant pousser des cris d’orfraie et les faire reprendre  en France par leurs relais habituels sur le « négationnisme » religieux et l’antisémitisme dont serait atteinte cette résolution à laquelle la diplomatie française aurait honteusement prêté la main.  Seul problème : en aucune manière la résolution de l’Unesco n’exprime de telles choses.  S’agissant de l’esplanade des mosquées, la querelle est aussi oiseuse qu’ancienne. Depuis quelques années, des religieux juifs extrémistes dénient cette appellation et veulent lui substituer celle de « Mont du Temple »… précisément dans le but de remettre en cause le statu quo qui avait normalement fonctionné de 1967 à 2000, et dont l’Unesco se contente d’exprimer le souhait qu'il soit à nouveau respecté. S’agissant de l’esplanade du mur des Lamentations, lieu saint pour les Juifs, l’Unesco se borne à « réprouver » les travaux effectués  par  Israël sur la « passerelle des maghrébins » - une passerelle en bois qui relie les deux esplanades, au motif qu'elle ferait « partie intégrante » de la première (celle des mosquées). Une querelle de mur mitoyen en somme. Le texte de la résolution désigne l’esplanade du mur des Lamentations sous son nom arabe de « Place al-Buraq » ? La belle affaire ! Comme dans toute procédure, la partie requérante – en l’espèce arabophone – disposait du choix des termes pour introduire sa demande. Et le texte final soumis au vote a adjoint entre parenthèses à la suite de ce nom arabe : « esplanade du mur Occidental », qui, malgré son caractère géographico-administratif un peu sec, constitue effectivement l’appellation la plus couramment employée, y compris par les Israéliens, pour désigner ce site. Mais il n’en fallait pas plus  pour que le CRIF et ses relais, sans craindre le ridicule, accusent l’Unesco d’avoir affirmé que le mur des Lamentations constituait désormais un « monument exclusivement musulman » ! (Gilles-Willam Goldnadel, président de France-Israël dans Le  Figaro  du 25 avril - La soumission, c'est maintenant

Autre  problème, presque aucun des sites communautaires qui ont relayé cette accusation mensongère n’ont estimé utile de citer les termes exacts de la résolution ni, encore moins, d’en soumettre le texte au jugement du lecteur par le biais d’un lien Internet. En ce qui concerne le CRIF, le lien dirige sur le texte de la résolution… en anglais. Un anglais onusien particulièrement indigeste. On se demande bien pourquoi... Le texte en français est pourtant aisément accessible sur le site de l’Unesco. Le voici.[2] L’honnêteté commande de toujours permettre au lecteur de juger sur pièce.             


[1] http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/%C3%A0-lunesco-la-france-vote-pour-une-n%C3%A9gation-d%C3%A9lib%C3%A9r%C3%A9e-de-lhistoire/60444

[2] http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002443/244378f.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin