Quand les « journalistes » ne font pas du JOURNALISME

A propos de la prétendue information sur Venezuela, du monsieur JEAN-BAPTISTE MOUTTET sur les caractéristiques du chaos total, de la faim, le manque de médicaments, les mêmes « informations dans le JT. Comme tant d'autres qui désinforment. Je me demande pourquoi?

Je me suis permis de faire une petite recherche pour ces messieurs appelés «journalistes», avec honte, je fais ces lignes pour ces ignorants qui ne font que suivre le maître ou la capitale sans même enquêter un peu. 

la-fain-dans-le-monde

En regardant dans les documents pour trouver la faim du Venezuela.

J'ai constaté qu'en Colombie, au Pérou, au Guatemala, au Paraguay, des pays comme Haïti souffrent d'une grave famine ce pays à un besoin urgent d'aide avec des médicaments, etc.  D'autre part, la répression qui se déroule au Venezuela, il n'y a pas de mutilations ni des blessées, comme en France, suite a la brutal répression, qui a été condamne par l'ONU.

La faim dans le monde, inconnue des « journalistes »

Selon un rapport de l’ONU, la faim dans le monde continue d’augmenter 821 millions de personnes souffrent à présent de la faim et plus de 150 millions d’enfants accusent des retards de croissance, menaçant ainsi l’objectif Faim Zéro.  On peut remarquer que le nombre de personnes souffrant de la famine à travers le monde diminue. Ou souligner qu'elles sont encore 821 millions. Pour Thanksgiving, chaque Américain a consommé environ 4.500 calories en nourriture durant ce seul repas. Au réveillon de Noël, un Français en consomme presque 2.400 calories en moyenne. Mais dans de nombreux pays à travers le monde, chaque personne a du mal à avoir accès à plus de 2.000 calories par jour.

USA Today a établi une liste des pays souffrant le plus de la famine. De la Corée du Nord à Haïti, en passant par Madagascar et la Palestine, 15 pays sont actuellement dans une situation catastrophique. Le pays où la famine est la plus répandue reste le Burundi, qui fait face à une situation tragique, et où la grêle et le manque de pluie empêchent toute culture. En moyenne, ses habitants comptent seulement 1.670 calories, et 67% d’entre eux souffrent de sous-nutrition. Le pays arrive d’ailleurs dernier dans le classement 2013 de la faim dans le monde.

tablo

Il est impossible de vouloir mettre le Venezuela sur ces photos, car son niveau de vie est bien supérieur à celui des autres pays d’Amérique latine. Les ignorants qui écrivent contre le Venezuela ne le savent pas.

La faim recule dans le monde, mais 821 millions de personnes en souffrent encore, selon l'ONU

Le rapport note que l'accès à la nourriture s'est nettement et rapidement amélioré dans les pays qui ont connu une croissance économique générale, notamment en Asie du Sud-Est et de l'Est. L'accès à la nourriture s'est également amélioré en Asie du Sud et en Amérique latine, mais surtout dans les pays qui se sont dotés de filets de sécurité et d'autres formes de protection sociale, notamment en faveur des ruraux pauvres.

L'Amérique latine et les Caraïbes ont réalisé les plus grands progrès en matière de sécurité alimentaire. Mais en Océanie, le nombre absolu d'affamés a augmenté depuis 1990-92, et cette région n'a enregistré qu'une amélioration modeste: 1,7% de baisse de la prévalence de la sous-alimentation, qui atteignait quand même 14% en 2012-14.

« Un risque réel de famine existe dans les zones déjà en très grande insécurité alimentaire si la situation générale dans le pays se détériorait et si l'assistance humanitaire faisait défaut de manière prolongée », a souligné l’ONU. Une aide humanitaire accrue et un meilleur accès à cette aide sont indispensables de toute urgence.

Cette alerte fait suite à la publication à Juba du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) par le gouvernement du Soudan du Sud en collaboration l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

L’IPC indique que le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire aiguë a augmenté de 13% par rapport à janvier 2018.

Environ 30.000 personnes sont ainsi confrontées à une insécurité alimentaire extrême « phase catastrophe » ou IPC 5, le plus haut niveau d'insécurité alimentaire, dans les Etats de Jonglei et Lakes, dans l'est et le centre du Soudan du Sud.

Environ 860.000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition sévère, et l'incidence de la malnutrition aiguë devrait se faire sentir davantage au cours de la prochaine période de soudure dans la plupart des régions du pays.

 815 millions de personnes souffrent de malnutrition dans le monde selon le FAO. En 2015, il y aurait eu 9,1 millions de morts dus à la malnutrition dans le monde. La malnutrition provoque la mort de 3,1 millions d'enfants de moins de 5 ans chaque année.

En 2018, 124 millions de personnes souffrent de faim aiguë dans le monde.

151 millions d’enfants voient leur croissance affectée par la malnutrition. Faits et chiffres marquants
Nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde en 2017:

821 millions, soit 1 personne sur 9, en Asie: 515 millions, en Afrique: 256.5 millions, en Amérique latine et dans les Caraïbes: 39 millions

Enfants âgés de moins de 5 ans affectés par des retards de croissance (taille insuffisante par rapport à l’âge): 150.8 millions (22.2%)

Enfants âgés de moins de 5 ans affectés par une émaciation (poids insuffisant par rapport à la taille): 50.5 millions (7.5%)

Enfants âgés de moins de 5 ans en surpoids (poids élevé pour la taille) 38.3 millions (5.6%)

Pourcentage de femmes en âge de procréer souffrant d’anémie: 32.8%

Pourcentage de nourrissons âgés de moins de 6 mois exclusivement allaités: 40.7%

Adultes obèses: 672 millions (13% ou 1 adulte sur 8)

La faim gagne du terrain

Pour la troisième année consécutive, la faim dans le monde a gagné du terrain. Le nombre absolu de personnes sous-alimentées, c’est à dire celles souffrant d’une carence alimentaire chronique, est passé à près de 821 millions en 2017, contre environ 804 millions en 2016. Soit des niveaux d’il y a presque dix ans.

Dans cette image de la malnutrition, Haïti est le seul pays d'Amérique latine. En plus du grave problème de malnutrition associé à de mauvais repas, l'obésité est de plus en plus importante dans le monde. Les journalistes ne les connaissent pas. Ils disposent donc des coordonnées nécessaires pour enquêter s'ils en ont la capacité.

La situation empire en Amérique du Sud et dans la plupart des régions en Afrique L’Afrique demeure le continent ayant la prévalence de la sous-alimentation la plus élevée, elle affecte presque 21% de la population (soit plus de 256 millions de personnes). La situation se détériore aussi en Amérique du Sud, où la prévalence de la sous-alimentation est passée de 4,7% en 2014 à 5% en 2017, selon les prévisions. La tendance à la baisse de la sous-alimentation en Asie semble ralentir de manière significative. La prévision de la prévalence de la sous-alimentation en Asie pour 2017 est de 11,4%, ce qui représente plus de 515 millions de personnes. Sans des efforts accrus, le monde sera bien loin d’atteindre l’objectif des ODD visant à éradiquer la faim d’ici 2030.

tablo2

Guillermo Saavedra

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.