L'IMMORALITE INTERNATIONALE DEPASSE LA SOLIDARITE DES PAYS CAPITALISTES

Lettre ouverte du président Nicolás Maduro à d'autres présidents et gouvernements du monde entier. Sur la véritable situation que connaît le pays du fait du blocus généré par les États-Unis et les pays satellites de cet empire.

Lettre ouverte du président Nicolás Maduro à d'autres présidents et gouvernements du monde entier. Sur la véritable situation que connaît le pays du fait du blocus généré par les États-Unis et les pays satellites de cet empire. Comme d'habitude, ce sont eux qui déterminent ce qui est le mieux pour chaque pays. Car ce sont les guerres, la misère, les blocus et les pressions économiques qui conduisent à une situation de faim de la population des pays qui n'acceptent pas le gangstérisme et le banditisme du pentagone et de ses sbires.

nicolas-maduro-fortune-1024x683

TRADUCTION NON OFFICIELLE

NICOLAS MADURO MOROS

 Président de la

République bolivarienne du Venezuela

Caracas, le 29 mars 2020

 

Aux Chefs d’État et de Gouvernement du Monde

Je vous adresse mes salutations les plus cordiales à l’occasion de dénoncer les graves événements en cours contre la paix et la stabilité du

Venezuela, à un moment où la préoccupation des États et des Gouvernements devrait se concentrer sur la protection de la vie et de la santé de leurs habitants, vue l’accélération de la pandémie de COVID-19.

Comme il est de connaissance publique, le 26 mars dernier le Gouvernement des États-Unis a annoncé une action gravissime à l’encontre d’un

groupe de hauts fonctionnaires de l’État vénézuélien dont moi-même, en tant que Président Constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela.

Cet acte a consisté dans la présentation d’une accusation formelle devant le système judiciaire des États-Unis, ce qui n’est pas seulement illégal en soi même, mais qui prétend en plus fonder une accusation fallacieuse de trafic de drogues et de terrorisme, dans le seul but de simuler une prétendue juridisation des autorités vénézuéliennes.

Cette farce étatsunienne comprend l’offre insolite d’une récompense internationale à celui qui apportera des informations sur le Président et les hauts fonctionnaires vénézuéliens, menant ainsi à une dangereuse tension dans le continent ; c’est pourquoi je considère nécessaire de faire retracer les faits qui révèlent la trame perverse qui se trouve derrière les accusations du Département de Justice.

La veille, le 25 mars, la République bolivarienne du Venezuela a dénoncé devant l’opinion publique nationale et internationale le développement, sur le territoire colombien, d’une opération dont le but était d’attenter contre la vie du Président de la République, de sa famille et de hauts fonctionnaires de l’État, ainsi que d’attaquer des cibles civiles et militaires dans notre pays, signalant comme chef militaire de cette opération Monsieur Cliver Alcalá, général à la retraite de la Force Armée vénézuélienne.

Cette dénonciation a été effectuée en toute responsabilité, après avoir pris connaissance le 24 mars d’une opération de contrôle de la route au nord de la Colombie, près de la frontière avec le Venezuela, au cours de laquelle la police de ce pays a saisi un lot d’armes de guerre dans un véhicule civil. L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un armement sophistique destiné à un groupe d’anciens militaires et paramilitaires vénézuéliens et colombiens qui s’entraînent dans des camps situés sur le territoire de la Colombie.

Le 26 mars, le précité Cliver Alcalá dans une déclaration à un média colombien – depuis sa résidence à la ville de Barranquilla, Colombie - a confirmé sa participation dans les faits dénoncés et avoué être le leader militaire de l’opération, révélant que les armes ont été achetées par ordre de Monsieur Juan Guaidó, député national, qui se fait appeler Président par intérim du Venezuela et agit comme opérateur de Washington au Venezuela. (Alcalá) a également confirmé que les armes étaient destinées à une opération militaire ayant pour objectif assassiner des hautes personnalités de l’État et du Gouvernement vénézuélien et donner un coup d’État au Venezuela.

Monsieur Alcalá a précisé que les armes ont été achetées moyennant un contrat signé par lui-même et Monsieur Juan José Rendón, conseiller politique du Président Iván Duque, ce qui était connu des autorités du gouvernement colombien. Devant cet aveu, la réponse insolite du gouvernement des États-Unis a été la publication des graves accusations mentionnées au début de cette lettre, incluant de façon extravagante le nom Monsieur Alcalá parmi les autorités du Venezuela, comme s’il n’était pas un mercenaire sous contrat des États Unis pour réaliser une opération terroriste contre le gouvernement vénézuélien.

Pour démontrer cette affirmation, je n’ai pas besoin d’autre preuve que la capture supposée de Monsieur Alcalá par les forces de sécurité colombienne et sa remise immédiate aux autorités de la DEA des États-Unis, dans un curieux acte où le détenu, sans menottes, a serré la main de ceux qui l’avaient capturé au pied de la passerelle de l’avion qui le conduirait par vol spécial VIP aux États Unis, montrant ainsi que toute cette mise en scène n’est en réalité que la récupération de celui qu’ils considèrent un agent des États Unis.

Il faut souligner que l’opération armée frustrée a été conçue à l’origine pour être exécutée à la fin du mois en cours, tandis que tout le Venezuela lutte contre la pandémie de COVID-19, justement la principale bataille qui préoccupe actuellement l’humanité. Une lutte que notre nation livre avec succès, ayant réussi à arrêter la courbe de la contagion grâce au renforcement des précautions sanitaires et à la mise en quarantaine massive de la population, avec un faible nombre de cas positifs et de décès.

Pour toutes ces raisons, le Gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela alerte votre Gouvernement sur les démarches téméraires et criminelles de l’administration de Donald Trump, qui, malgré l’effroyable accélération de l’augmentation du CODIV-19 qui affecte le peuple des États-Unis, semble décidée à renforcer sa politique d’agression contre des États souverains de la région et en particulier contre le peuple vénézuélien. Pendant la pandémie, le gouvernement des États-Unis, au lieu de se focaliser sur les politiques de coopération mondiale en matière de santé et de prévention, a renforcé les mesures coercitives unilatérales et refusé les demandes de la communauté internationale de lever ou d’assouplir les sanctions illégales qui empêchent le Venezuela d’avoir accès à des médicaments, à des équipements médicaux et à des aliments.

En même temps, il a interdit les vols humanitaires des États-Unis vers le Venezuela pour rapatrier des centaines de vénézuéliens attrapés par la crise économique et sanitaire que vit le pays du Nord. Le Venezuela, en dénonçant ces faits graves, réitère sa volonté inébranlable de maintenir des relations de respect et de coopération avec toutes les nations, encore plus dans cette circonstance inédite qui oblige les gouvernements responsables à travailler unis et à mette de côté leurs différences face à la pandémie de COVID-19 Face à ces graves circonstances, je demande votre inestimable soutien devant cette persécution insolite et arbitraire, exécutée par une version renouvelée du Maccarthisme rance qui se déchaina après la 2ème guerre mondiale. Alors ils ont étiqueté à loisir leurs adversaires de communistes pour les persécuter, aujourd’hui ils le font dans les capricieuses catégories de terroristes ou de trafiquants de drogues, sans aucune preuve.

La condamnation et la neutralisation aujourd’hui de ces attaques injustifiables contre le Venezuela sera d’une très grande utilité pour éviter que Washington engage demain des campagnes similaires contre d’autres peuples et d’autres gouvernements du monde. Nous devons rester attachés aux principes de la Charte des Nations Unies pour éviter que l’unilatéralisme démesuré nous mène au chaos international. Excellence, ayez la certitude absolue que le Venezuela restera ferme dans sa lutte pour la paix et qu’en toute circonstance, elle prévaudra. Aucune agression impérialiste, pour féroce qu’elle soit, ne nous détournera du chemin souverain et indépendant que nous avons forgé depuis 200 ans, ni de l’obligation sacrée de préserver la vie et la santé de notre peuple devant l’effroyable pandémie mondiale de COVID-19.

Je vous remercie d’avance de la considération que vous avez montré en lisant cette lettre et j’ai confiance en qu’elle vous sera utile pour tenir correctement informé votre Gouvernement. Je saisis l’occasion de vous renouveler les assurances de ma considération la plus distinguée.

(Signature)

Nicolás Maduro Moros

D’autre part ; Le chef de la commission des affaires internationales de la chambre haute du Parlement russe, Konstantin Kosachev, considère que l'Occident a démontré sa perte totale de leadership moral en rejetant la résolution de la Russie sur la levée des sanctions dans les circonstances actuelles, déterminée par la pandémie du coronavirus.

"Il est difficile d'imaginer une confirmation plus éloquente de la perte totale par l'Occident du leadership moral dans le monde", a souligné le sénateur. "Aux États-Unis, les sanctions ont définitivement remplacé la politique étrangère : il s'agit de la menace, de l'application ou de la promesse d'annuler le chantage économique contre les États souverains par un changement de politique ou même de pouvoir", alors que "Pour les pays de l'UE, un soutien aveugle à la position américaine est un coup de plus contre leur autorité", a-t-il expliqué.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.