La Colombie n'existe pas pour l'Europe

J'essaye d'écouter s'il y a des nouvelles du monde en France, en entendant «France Inter», je vois un fois de plus que l'antirusse est plus important que la vraie information. Jusqu'à ce jeudi, la répression en Colombie fait état de 24 morts, 352 blessés et 89 disparus.

manifestacion-masiva
Des milliers des personnes sont sorties dans la rue pour protester contre un gouvernement ultra corrompu. Depuis son élection a donné toute la richesse aux plus riches et à la drogue. Personne es en sécurité en Colombie

Comme au Chili 37 morts et des milliers de gens mutilés à vie avec la perte de l’œil suite aux tires de flash ball, élément déjà connu en Europe. Comme par le passé, non pas parle du coup d’État en Bolivie, et aujourd’hui le parlement Européen demande la libération des Putschistes, le comble. On peut lire aussi, très timidement une déclaration contre l’Etat d’Israël, suite au vol des terres au Palestinien. Mais, le plus important c'est Navalny. On dit que le vieux continent va à petit pas dans un chemin fasciste.

Cependant en Colombie, les organisations sociales documentent un bilan de 34 morts et plus de 300 citoyens non localisés dans le cadre de protestations sociales et de répression orchestrées par la force publique et des civils armés.

Depuis le 28 avril dernier, des milliers de Colombiens sont dans les rues pour protester contre le gouvernement du Président Ivan Duque. Les manifestations, qui ont commencé contre une réforme fiscale - déjà retirée - ont donné lieu à d'autres demandes, compte tenu de la situation sociale très précaire de millions de citoyens dans ce pays sud-américain et de la dure répression policière et militaire.

Violence et meurtres en Colombie

L’extrême violence, situation, qui a fait 24 morts, selon le parquet colombien, et 34, selon les organisations de défense des droits humains, a provoqué une agitation dans certains pays à niveau international. «Aujourd'hui, il y a des assassinats par des agents de l'État, des disparitions, des viols de femmes et des violations systématiques des droits humains»  Compte tenu de cela, ils ont demandé que le soutien économique que les États-Unis fournissent à la Colombie pour lutter contre la drogue soit retiré. Ils soulignent que cet argent "n'est pas utilisé à cette fin", mais pour "massacrer" les gens dans les rues. L'année dernière, le Congrès américain a approuvé plus de 450 millions de dollars d'aide à la Colombie en 2021. Au cours de la discussion du projet, plusieurs membres du Congrès ont proposé qu'un pourcentage de cette aide soit conditionné à la certification américaine dans deux domaines: la défense des droits de l'homme et la lutte contre les drogues.

represio-n-en-colombia

Toutes ​est​ permises aux militaires aux mêmes niveaux que la police. Les gens disent: nous avons tout perdu, même la peur et on est sorti pour défendre notre liberté, nos droits et la justice sociale.

En outre, l'organisation Tremors a signalé 1.708 cas de violences policières contre des manifestants, dont 22 victimes d'agression aux yeux et 10 de violences sexuelles. De plus, ils ont documenté 110 agressions au cours desquelles des agents en uniforme ont utilisé des armes à feu contre des citoyens.

Criminalisation de la protestation sociale

Le gouvernement de Duque, aux actions de dirigeants locaux comme Maya, les manifestations sociales légitimes en Colombie ont été criminalisées dans le discours politique. Les actes de vandalisme enregistrés dans certaines mobilisations ont été le prétexte idéal pour qualifier ces groupes de terroristes, malgré le fait que des milliers de citoyens se mobilisent pacifiquement. Depuis le 28 avril, des manifestations sociales ont commencé en Colombie, en rejet d'une réforme fiscale controversée présentée (puis retirée) par le gouvernement Duque. Cependant, les arrestations arbitraires et le recours excessif à la force publique, protégée par le pouvoir politique, ont ravivé les revendications dans les rues.

nos-estan-matando

Nous voulons savoir pour nous familles, plus de 300 personnes disparues et 34 morts. La police et militaires doivent rendre compte. Nous demandons à la ONU une investigation pour les disparition, assassinats et violation des droits des citoyens.

Dans ce contexte de violence et de blocus dans les rues, plusieurs villes colombiennes enregistrent un manque de vivres et de fournitures de base. Les habitants de la ville de Pereira ont signalé cette semaine la pénurie de nourriture et d'essence de plus, au milieu de ces carences, les prix des intrants de base sont montés en flèche, une tragédie pour un pays où 42,5% de la population vit dans la pauvreté monétaire et 15,1% dans la pauvreté extrême, selon les données officielles.

Du Conseil régional des peuples autochtones du Cauca (CRIC), ils ont indiqué que certains jeunes «exerçaient un contrôle légitime sur le territoire dans le cadre de la grève nationale» dans la région et ont arrêté un camion qui «tentait de transgresser le contrôle». Ils ont affirmé qu'alors 15 individus "lourdement armés de fusils" sont sortis de l'arrière du véhicule et ont tiré. Certaines personnes ont affirmé que le camion appartenait à la police nationale. Pendant ce temps, la garde indigène, CRIC, a dénoncé que des vêtements de police avaient été retrouvés à l'intérieur.

Certaines personnes ont affirmé que le camion appartenait à la police nationale. Pendant ce temps, la garde indigène, CRIC, a dénoncé que des vêtements de police avaient été retrouvés à l'intérieur.

camion-asesino

Plaque: EAX004 | Nom complet: POLICIA NACIONAL DE COLOMBIA | C.C: 800141397 | Véhicule: CAMION, officiel | Modèle: 2015 | Couleur: BLANC | N ° de série: 9GDNPR758FB043843 | Moteur N °: 4HK1300293 | Châssis N °: 9GDNPR758FB043843 | Carburant: DIESEL | ACTIVE | MINISTÈRE DES TRANSPORTS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.