Il n’ai pas d’essoufflement, il y a de l’empêchement

CE N’EST PAS PARCE QUE C’EST DIFFICILE QUE L’ON N’OSE PAS, C’EST PARCE QUE L’ON N’OSE PAS QUE C’EST DIFFICILE

Monsieur les journalistes de France Inter et autres moyen de presse ; Il n’ai pas d’essoufflement, il y a de l’empêchement de déplacement, de la répression et punition. Une dure et brutal répression, de l'obstruction par de barrage empêchant tout déplacement. L’abus de force avec gazage, matraquage contre des personnes non armées sans défense et pacifistes. Attention: il n'est pas bon de jouer avec le feu. Si les gens décident de se défendre, la violence n'est bonne pour personne. Le gouvernement doit assumer sa responsabilité à cet égard. Il est le seul coupable de cette crise. La misère est aussi violente, comme une mauvaise gestion qui se transforme en violence. Les mauvaises informations créent de la violence, les journalistes doivent en prendre conscience et lucidité de leur rôle dans la société pour une véritable information. La France se dirige vers la voie de la dictature soft, avec un parlement classiste, où la parole des travailleurs n’existe pas. Attention, pour passer à une dictature est très facile, avec des petites pas qui agrandit peu à peu sans s’en rendre compte que plus tard qu’il est trop tard.

attention-mise-en-page-1-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.