Qui sont les Ennemis et Traîtres de la République Française ???

Déclaration de Macron après la manifestation des Gilets jaunes et les affrontements aux Champs Elysées : « Ce qu’il s’est passé aujourd’hui sur les Champs-Élysées, ça ne s’appelle plus une manifestation. Ce sont des gens qui veulent détruire la République, au risque de tuer. Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela. »

Au même niveau est la condamnation des bandits qui ont participé à la destruction des états et l’assassinat de milliers de personnes en Libye, ceux –là même déclarent en nommant les gilets jaunes : « Un mouvement factieux, haineux et anti républicain ». Condamnant le manifestation des Gilets jaunes. Quel serait le meilleur moyen de dénoncer le manque de responsabilité et résolution pour ne pas prendre les décisions qui en découlent ? Quel serait également le moyen de dénoncer la trahison selon laquelle la République souffre par des politiciens irresponsables qui sont en train de brader le patrimoine de la République ?

aeroports

 ILS NE SONT PAS LES JILET JAUNE QUI VENDANT LE FRANCE, TOUT EST MIS EN OEUVRE POUR MASQUER LA VÉRITABLE RÉALITÉ QUE SUBIT LA FRANCE.

Si nous nous souvenons des sacrifices de milliers d’êtres humains qui se sont battus pour les valeurs humanistes et souveraines de la nation, ces femmes et hommes, qui n’ont jamais hésité à donner leur vie pour la libération de la Nation et une République souveraine. Les veines de l’histoire ont été ouvertes plus d’une fois en France et nous ont montré les torrents de sang et d’injustice. Heureusement qu’il existait des hommes et des femmes qui se sont levés avec détermination partout dans notre pays, et avec courage pour arrêter cette hémorragie de douleur. Charles de Gaulle, Jean Moulin, et des femmes comme, Simone Segouin,  Marie-Claude Vaillant-Couturier, Cécile et Henri Rol Tanguy, Raymond et Lucie Aubrac, Gilbert et Pierre Brossolette, des femmes, et hommes de paix qui ont offert à la république ce qu’il y a de plus grand, de plus beau et de plus merveilleux que possède l’être humain : la vie ! Tous ces combattants Républicains ont été des vecteurs d’humanisme, des soldats de justice et de paix. Parce qu’ils aimaient la vie, et la République, il se sont battu pour la défendre. Quand Monsieur Macron déclare, suite au manifestation des gilets jaunes : « Ce qu’il s’est passé aujourd’hui sur les Champs-Élysées, ça ne s’appelle plus une manifestation. Ce sont des gens qui veulent détruire la République, au risque de tuer. Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela ».

Lorsqu'ils détruisent lentement la République, les destructions invisibles par les riches sont presque clandestines, comme dans le cas de la vente des industries les plus importantes de la République.

9782810008568-475x500-1

L'écrivain Laurent IZARD, a dénoncé dans son livre intitulé « La France vendue à la découpe. »

En effectuant une petite enquête, on peut vérifier dans quelle mesure la République est vide de son contenu. Les meubles sont plutôt vendus petit à petit et les bénéficiaires sont les milliardaires Français, banquiers et entreprises étrangères.

Qui peut mettre fin à cette hémorragie où la République est en train de perdre sa souveraineté, sur ce chemin menant à la misère d’un pays bâti à la sueur et au sacrifice de ceux qui donneront leur vie pour un avenir meilleur.

Toutes les réalisations sociales, les avancées technologiques et la fierté d'un peuple qui se sacrifie pour un avenir meilleur, cela est trahi par les politiciens qui n’ont aucun valeur Républicaine. Cela est la haute trahison ! Ce ne sont pas les gilets jaunes qui la détruisent ni la trahissent.

Liste de la vente et de la destruction du patrimoine de la République qui a été construit par le peuple:
1 - Les autoroutes privatisées 
: presque attribuées à "VINCI", patrimoine qui appartient à la République et livrées sans consultation des citoyens qui leur appartiennent. Le prix de cette vente est également très critiqué. En 2006, l’État vend aux groupes Vinci, Eiffage et Abertis pour la somme de 14,8 milliards d’euros. Une sous-évaluation de 10 milliards d’euros selon la Cour des comptes qui l’affirme en 2009. Dernier levier : agir sur le tarif des péages. C’est la recette principale de ces sociétés. L’État concède l’exploitation et l’entretien des autoroutes en échange de ce droit de péage. Une somme qui augmente chaque année d’au moins 70% du taux de l’inflation. Mais ces 10 dernières années, l’augmentation frôle les 20%, très largement supérieure à ce qui était prévu à la base.

2 - Aéroports de Paris : La vente de la participation de l’Etat dans Aéroports de Paris est lancée. En termes de protection d'un outil stratégique de l'Etat, c'est extrêmement grave. « Si nous avons une coalition d’opposition entre la droite, la gauche, les insoumis et le PCF, c’est que nous avons tous le sentiment d’une grande braderie des biens de la nation », a résumé Philippe Gosselin (LR). « Un choix stupide, un non-sens, une vision court-termiste ». Ils ont fustigé un projet « dogmatique » et déraisonnable économiquement. Selon eux, les dividendes qu’ADP rapporte chaque année à l’Etat pourraient être réinvestis dans le fonds pour l’innovation, sans perte du contrôle de l’entreprise.

alsthon

3 - L'industrie française : Des grands noms de l'industrie française ont été rachetés par des groupes étrangers. Avant Alsthom Rappel des ventes les plus marquantes depuis le début du siècle.

Le spécialiste de l'aluminium Pechiney,  La sidérurgie Arcelor,  Le français Alcatel,  Les Chantiers de l'Atlantique, basés à Saint-Nazaire.  Le numéro deux mondial du ciment Lafarge.  En dix-huit mois, Lafarge, Alcatel Lucent et l’essentiel des activités d’Alsthom, tous confrontés à de sérieux dilemmes stratégiques, sont passés sous contrôle étranger.

4 - La Poste : Selon nos recoupements à partir de chiffres publiés par le groupe La Poste en différentes occasions, ce sont 404 bureaux qui ont fermé entre début 2016 et début 2017. Dans le même temps, le nombre de points postaux tenus par des commerçants (« relais poste ») ou par des mairies (« agences postales communales ») a augmenté de 541. La loi oblige La Poste à maintenir 17000 « points de contacts » sur le territoire, mais ne prescrit pas la forme que ceux-ci doivent prendre. En 2005, quelque 14 000 d’entre eux étaient de « vrais » bureaux de poste. Aujourd’hui, il en reste moins de 9 000, soit 51,4 % du total – les autres sont des relais poste ou des agences communales. Au rythme actuel, les bureaux de poste devraient devenir minoritaires dans le réseau de points de contact avant le début de l’été prochain.

5 - La SNCF : Mais le rapport Spinetta, c’est avant tout la menace de suppression de 56 lignes régionales et de plus de 190 gares empruntées par les voyageurs autour des grandes agglomérations, mais aussi par le fret ferroviaire. Soit environ 9000 km de lignes qui disparaîtront si le projet de loi du gouvernement se confirme. Quatre régions subiront le plus lourd tribut. Fermeture progressive des guichets dans les gares : "On ne fait plus de mission de service public" "On est là pour cacher la misère". Cette situation est également mal vécue par le personnel de la SNCF.

gare

6 - Le secteur hospitalier : Le gouvernement veut redessiner la carte hospitalière, alors que le nombre d'hôpitaux a déjà bien baissé avant même la réforme. "Entre 2013 et 2017, 95 sites ont été fermés. Ça fait une baisse de 7%, il reste 1 363 hôpitaux publics. Pour le privé, le nombre de cliniques a moins reculé, 21 cliniques ont été fermées entre 2013 et 2017. Les chiffres sont éloquents lorsqu'il s'agit des maternités. Le Figaro avait indiqué que le plan de 3 milliards d'euros d'économies programmé dans le secteur hospitalier sur 2015-17, annoncé en février 2015, va se traduire par la fermeture de 15 960 lits sur le territoire. Ces fermetures concerneraient 570 services hospitaliers.

7 - Des données sur les maternités : Pour réaliser un état des lieux de l’accouchement en France, Les Décodeurs du Monde ont récupéré, avec l’aide de la Fédération française des réseaux de santé en périnatalité, des données sur les maternités en 2016. Au cours de cette seule année, sept établissements ont fermé, faisant passer le total de 519 à 512 établissements, dont 491 en France métropolitaine. Selon les données recueillies par « Le Monde », 519 établissements étaient en activité au début de 2016 et plus d’une dizaine ont fermé depuis. Alors que les naissances sont restées relativement stables, autour de 800 000 par an en France, le nombre de maternités a été divisé drastiquement. Et ce sont les établissements les moins techniques (type I) qui ont fait les frais de cette concentration, alors que les grandes maternités de type III accueillent de plus en plus d’accouchements à bas risque.

8 - Fermeture de ses lycées : L'Association des régions de France, dans une lettre adressée au l’ancien ministre Luc Chatel, pour dénoncer le "gâchis financier incompréhensible" que représentent les fermetures de filières ou d'établissements.  "Les lycées, peut-on y lire, sacrifiés sur l'autel d'une vision strictement comptable de l'éducation, vont payer un lourd tribut à cette réduction drastique des moyens consacrés à l'enseignement." Après avoir supprimé 66000 postes dans l'éducation nationale depuis 2007, après avoir diminué le vivier de remplaçants, augmenté la taille des classes. Et n'ont d'autres choix, pour supprimer encore 14 000 postes à la rentrée 2012, que de prendre des mesures structurelles. De "rationnaliser la carte des formations", comme ils le disent. 

9 – L’avenue des Champs Élysée n’est plus Française.

Même les avenues sont amassées par le capital, il n'y a pas de magasins pour les citoyens français. Les bas salaires empêchent les citoyens d'acheter certains articles, Charles de Gaulle est un endroit où regarder les prix élevés des marchandises, et les étrangers qui les achètent.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.