LE FASCISME DE PAIX ET NOS LIBERTÉS

Le conditionnant avec des coutumes, des modes de consommation et des pseudo valeurs de la catégorie la plus basse, inculquant une vulgarité et des schémas sans profondeur, c'est la préférence du néolibéralisme, axé sur la propagation de l'ignorance à travers leurs médias.

Aujourd’hui, il n'y a rien pire et plus dangereux pour toute l'humanité. Ce processus s'est intensifié depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais ces dernières années, depuis l'éclatement de l'Union soviétique, il s'est accéléré. La volonté des États-Unis, dont les gouvernements et dirigeants sont des bouffons, comme le sont les chefs des multinationales, a régulé la conduite interne des autorités politiques et d’entreprises, les moulant à leur méthode. Raison pour laquelle un grand nombre de bouffons ont émergé dans des pays moins puissants à travers le monde.

manipulation

La manipulation à travers les médias pour conditionner le peuple à l’obéissance et à la soumission afin de leur faire accepter les politiques néolibérales, faisant croire que nous n’avons pas une autre manière de vivre.

Ce qui domine le monde

Des gouvernements fantoches qui trahissent leur peuple en appliquant la « stratocratie ». En d'autres termes, le gouvernement ou le régime des bouffons. L'humain ou l'humanisme est totalement exclu de ce système économique et financier aux conséquences politiques, sociales et culturelles extrêmement graves. Au cours des trente dernières années, ces gouvernements fantoches ont permis aux États-Unis de faire tout ce qu'ils demandent, ordonnent ou suggèrent. Ces pays vivent pour les États-Unis, pas pour leur patrie ou peuple. Système qui a développé une culture d'interdiction, de défense, de protection des puissants dans une notion de sécurité personnelle, même contre leurs peuples, à travers des méthodes fascistes déjà utilisées dans le passé. Dans cette politique, les États donnent la priorité à une gestion de la violence, répressive, abusive et bestiale d’une police militarisée, consignée et aveuglée par la violence. Nous vivons cela dans un monde déchiré par des bombardements stratégiques et des représailles, avec des conflits créés et développés par les principaux pays industrialisés. Les assassinats massifs d'êtres humains sont constamment justifiés et glorifiés au nom de la paix et de la démocratie. Sous couvert de la sécurité des États, ils attaquent, bombardent, détruisent, terrorisent, répriment des peuples qui ne sont pas d'accord avec cette politique absolutiste, tyrannique et arbitraire. Donc ces peuples, de manière simultanée, se révoltent dans le monde en ce moment.

Les états néolibéraux, utilisant donc des méthodes hautement fascistes, légitiment leur pensée dominante et oppressive dans un raisonnement primitif déguisé sous un vocabulaire lié à des valeurs démocratiques, qui s’en trouvent dénaturées. Ils justifient ainsi le fait de : tirer à balle réelle sur les manifestants, interdire le dévoilement de certaines parties du corps humain, interdire le blasphème… Le chemin emprunté par les pays capitalistes est aujourd’hui très troublant, idéologiquement régressif, voire intégriste. Dans leurs actes, en utilisant des méthodes de punition telle que la normalisation des mutilations à vie des manifestants, cette répression bestiale s’accompagne d’une restriction des libertés et d’abus illimités et permissifs en matière de violences, mises entre les mains de la police, avec des armes de guerre (interdites pour certaines), jusqu’aux blindés. Laquelle police, dédiée initialement à la protection des citoyens, s’est transformée en milice répressive, jusqu’à un tout récent assassinat en France d’un livreur pris dans une manifestation. Cela rappelle les méthodes des escadrons de la mort en Amérique latine. Permis de tuer au prétexte que ce travailleur n’avait pas de permis de conduire ? Dixit un syndicat de police ? Impunité en tout cas maximale et décomplexée, ouverte à toutes les dérives dictatoriales, à tous les étages du commandement.

usa

Le colonialisme est plus que jamais présent aujourd’hui, des politiciens démocratiques acceptent d’envahir et soumettre des pays pauvres pour combattre le terrorisme. Une politique d’occupation effrontée.

Parallèlement à cette évolution, l'orientation moderne de la pensée occidentale a accordé une valeur absolue aux formes de libérations individuelles, avec des arguments tels que : notre raison, notre liberté, notre égalité, nos droits dans notre environnement. Situation qui a conduit l'être humain à un développement hypertrophié de l'individualisme et du contrôle absolu des libertés,  jusqu’à l'autocensure. Considérant que le néolibéralisme a instauré depuis 1980 une offensive idéologique planétaire, instaurant un système éducatif et professionnel de formation et d'éducation néolibérale dans les universités et les centres de formation du monde entier - centres d'études, organisations scientifiques, centres de formation sociale, etc... - l'idéologie néolibérale a conditionné et pénétré toutes les formes de pensée, à la fois politiques, sociales, sociétales. Tout ceci provient de conceptions qui régissent aujourd’hui la vie aux États-Unis, de manière archi communautaire, en discrimination positive intense qui gangrène les universités jusqu’en Europe. Dans la même situation, une grande majorité de techniciens, de juristes, d’avocats, d’ingénieurs, de médecins, de journalistes, d’intellectuels, et finalement dans tous les secteurs de la société, est conditionnée. Après la guerre du Vietnam, le capital a compris l'importance des médias d’information de masse et à partir de là, s’est approprié le contrôle psychologique, voire psychosociologique des masses, jusqu'à ce qu'il ait une majorité mondiale pour procéder au contrôle absolu de l'information, en détenant ses propres agences. Passons sur les scandales liés à la NSA (National Security Agency). La formation et le conditionnement des travailleurs dans les médias ont conduit à la création d'une grande entreprise de communication et de pénétration idéologique à travers des centres de formation dans le monde entier. C'est ainsi que la mentalité citoyenne a été manipulée au cours de ces quatre dernières décennies, avec progressivement - quasi à dose homéopathique - jusque dans les contre-pouvoirs institutionnels, verrous de notre démocratie, des méthodes clairement fascistes.

rpresion

Jamais nous n’avons connu une telle répression de la part du gouvernement français. Pour la première fois dans le monde on voit des manifestants mutilés pour le seul fait de protester en demandant une justice sociale.

La généalogie du totalitarisme se concentre de plus en plus sur l'absence d'humanité, avec un niveau élevé de signaux poussant à la consommation, des techniques sophistiquées de manipulation, des privilèges effrénés qu’elle s’attribue de manière effarante et scandaleuse, prise sur ce qui faisait les équilibres sociaux…, jusque dans la débauche des pouvoirs publics liés au néolibéralisme, qui va jusqu’à multiplier les fraudes, les prévarications et les conflits d’intérêts qui déséquilibrent les rouages de nos sociétés. Tout ceci démantèle les propriétés industrielles et patrimoniales qui appartiennent aux peuples, lesquels prennent conscience d’une décadence oblitérant l’ordre protecteur pour tous.

La méthode fasciste de droite, qui conduit à un «fascisme de la paix », déguisé en partis politiques démocratiques, ne s'exprime idéologiquement nulle part au profit de sa  société. C’est le  «Ni droite ni  gauche », idéal pour en finir avec les oppositions politiques déjà  dans de fausses alternatives électorales comme aux États-Unis. Ainsi est-il plus facile d’imposer hégémoniquement ses codes, dans une souplesse en trompe-l’œil, un «ventre mou» de la pensée unique, qui annihile la notion d’opposition, mais qui surtout entend supprimer la lutte des classes, pourtant violemment appliquée et comprise par la caste des nantis néolibéraux qui commande les gouvernements. Comme c'est actuellement le cas dans les pays dits démocratiques, elle s’applique à force de « novlangue sophistiquée », initiant un « nouveau monde » en réalité parfaitement traditionnel, voire rétrograde dans le cas de la France, pour brouiller les réalités. Et qui s’étudie dans l’oppression technocratique qui nous transforme en colonnes de chiffres, précarisant ou supprimant d’un coup de rature, les contingences humaines qui contrecarrent le profit de quelques-uns. Cela existe aussi dans d'autres pays d'Europe et d'Amérique latine. Tous ces éléments conduisent à la dévaluation mondiale de la valeur de la vie humaine, banalisant la violence, en partie de la part des États ; multipliant des massacres et le déplacement de millions d'êtres humains à travers des guerres créées et organisées dans la convoitise, par le capitalisme et la pensée néolibérale.

nino

La famine, le travail des enfants, l’exploitation des richesses des pays du tiers-monde pour les multinationales ont créé la misère et une mortalité des enfants à des niveaux encore inconnus.

Ce sont les symptômes de l'idéologie du «fascisme de la paix » créée par la pensée sécuritaire «pour eux», et conditionnée par l'argument de l'ordre, de la tranquillité, de la sérénité et de la sécurité. Une idéologie adoptée par les démagogues opportunistes, populistes ; des spéculateurs sociaux déguisés en démocrates.

Guillermo Saavedra

 

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.