Chili: «La France doit suspendre sa participation à la COP25» qui s'y déroulera

Le député insoumis Alexis Corbière a appelé mardi 22 octobre la France à «suspendre sa participation à la COP25» qui se déroulera début décembre au Chili, où un mouvement de contestation naissant est durement réprimé par l'armée dans des affrontements ayant fait au moins douze morts.

pinera-et-les-militaires

Par Le Figaro avec AFP

«La France devrait suspendre sa participation à cette COP25 tant qu'il y a un couvre-feu à 19h00, tant que l'armée (...) est dans les rues», a estimé Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis, sur franceinfo. Cela ne suffirait «sans doute pas» à mettre un terme au conflit, «mais ce serait un élément de pression démocratique», a ajouté Alexis Corbière, également président du groupe d'amitié France-Chili à l'Assemblée nationale. L'ONU et «différents organismes internationaux» devraient «sans doute» s'exprimer auprès du président chilien Sebastian Piñera, mais «je prends les choses par un premier bout, qu'on demande que la France se fasse entendre», a-t-il expliqué.

l-armee-chilienne-est-dans-les-rues-de-santiago-depuis-samedi-dernier-sur-ordre-du-president-alvaro-qui-a-decrete-l-etat-d-urgence

Sébastian Piñera, affirme que le pays est "en guerre" et dans un pays en Guerre il n'ait pas de sécurité.

La COP25, conférence des Nations unies sur le climat, doit se tenir du 2 au 13 décembre à Santiago, la capitale chilienne. C'est la hausse du prix du ticket de métro dans cette agglomération de 7,6 millions d'habitants qui est à l'origine de la contestation populaire. Le Chili, réputé pour sa stabilité ces dernières années, vit l'une de ses crises les plus graves depuis la fin du régime militaire d'Augusto Pinochet (1973-1990). Alexis Corbière a rappelé que c'était le frère du président actuel, José Piñera, qui avait mis en place en tant que ministre du Travail de Pinochet le régime de retraite par capitalisation que les Chiliens demandent aujourd'hui de réformer. «Ce système est fou, il faut tout remettre à plat», a ajouté Alexis Corbière. Le Parti socialiste a de son côté exprimé lundi dans un communiqué «sa solidarité avec le peuple chilien, les forces politiques, syndicales et associatives qui tentent de s'engager dans un combat pacifique contre un système profondément inégalitaire».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.