Atteinte à la souveraineté européenne ou Diplomatie en « Bande Organise »

18 Etats occidentaux, dont la France, l'Allemagne, les Etats-Unis ou encore l'Ukraine, ont décidé d'expulser des diplomates russes, en lien avec l'affaire de l'empoisonnement de l'ex agent double russe Sergueï Skripal sur le sol britannique.

L'empoisonnement des Skripal, accusé la Russie sans preuves tangibles est entre dans un cirque pour faire rire le reste du monde. La nouvelle politique Diplomatique en « Bande Organise » inventé par les pays riches. Pour développer le plus important comme : La servitude, Affairisme, Banditisme, Décadence, Gangstérisme, Piraterie, Pillage, etc. 

b842fbffacab7297d29bae8de8704
Avec des accusations qui entrent dans un cercle maffioso avec le caïd Anglais, et Nord Américain, pour contrôler une partie du monde. Où il va la diplomatie ? Ce demande les pays du reste du monde, comme l'Afrique, l'Amérique Latine, l’Inde et le continent Asiatique. Qui font la majorité dans cette planète. L’ex agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia auraient éteint quatre heures durant leurs portables le jour où ils ont été empoisonnés à Salisbury, a rapporté le quotidien britannique The Sun. Le signal GPS des appareils qui identifie la position n’aurait pas été non plus opérationnel durant cette période.

Amnesty et l'ONG ACAT

Se sont penchées sur le caractère potentiellement illicite de la vente d'armes françaises à des Etats, comme l'Arabie saoudite, accusés par l'ONU de commettre de graves violations du droit humanitaire au Yémen.

490f547b-f7a4-4d21-b900-f2488b5b8bd6-w1023-r1-s
La France complice de crimes de guerre ?  

Pis encore, certaines organisations accusent la France de complicité de guerre au Yémen. C’est le cas d’Amnesty International, qui dans un récent rapport a mis en cause les livraisons d'armes françaises à l'Arabie saoudite, à l’origine de graves violations des droits de l'homme dans le cadre de ce conflit.

«De nombreuses preuves attestent que les flux d'armes irresponsables vers la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont causé d'énormes préjudices aux civils yéménites», a déclaré dans un communiqué le 23 mars, Lynn Maalouf, directrice de recherche sur le Moyen-Orient à Amnesty International.

Benoît Muracciole, avait annoncé qu'il n'hésiterait pas à saisir le Conseil d'Etat le 1er mai si Paris ne répondait pas favorablement à sa «demande de suspension des armes en direction des pays de la coalition [arabe qui bombarde le Yémen], pas seulement l'Arabie saoudite». Par ailleurs, d’après Joseph Breham, avocat du cabinet français Ancile, les ventes d’armes à l'Arabie saoudite ou aux Emirats arabes unis, mettent la France en position de violer le traité sur le commerce des armes (TCA).

britian-first-yemen-refugees-42-massacre
Le silence radio de la ministre des Armées

Face à ces dénonciations, le gouvernement français demeure bien silencieux. La gêne exprimée par le ministre français des Armées Florence Parly en février dernier face à un journaliste de Quotidien en est une preuve concrète. Alors que ce dernier lui demandait si la France pouvait continuer à livrer des armes à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis au regard de la situation au Yémen, la ministre s'était contentée de dire que ce conflit était «un drame humain». Et d'ajouter que si de nouveaux contrats devaient être passés avec ces pays, ils seraient passés au crible, sans plus de précision. En attendant, Paris continue de sceller de juteux contrats avec Riyad. Selon un rapport parlementaire de 2017 sur les exportations d'armement de la France, on apprend que le royaume saoudien était entre 2007 et 2016 le second client des fabricants d’armes français.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.