La riche Normandie d’hier, est le tiers monde d’aujourd’hui

C'était si simple de se rendre à la gare Saint Lazare et de prendre le train pour la Normandie. Fécamp, Valmont, Cany Barville, Saint Valery en Caux etc. Aujourd'hui les stations supprimées. Énorme contradiction ou hypocrisie, avec l'écologie et la suppression des trains.

Par le passé, quelques voyageurs qui s’aventurent à la recherche de nouveaux sites touristiques, découvrent la beauté, des falaises coupe ou taille avec la main d’un artiste, que la mer elle caresse quand elle se retire et punit constamment quand elle est de retour. Chaque jour est différent lorsque nous regardons les petits lacs d’eau verte ou bleue qui se mordillent en morceaux comme s ‘ils savouraient ces falaises, qui sont photographiées tous les jours, montrant leur beauté et le jeu constant de la mer, allers et retours Comme nous ne pouvions pas apprécier ces champs de lin qui habillent les collines tapissées de leurs couleurs, surveillés par des abbayes ou des fois par des châteaux. De nombreux impressionnistes ont posé leur chevalet, amants de la nature Normande ont savouré les couleurs et l’ont imprégnées sur des toiles. Certains étaient normands, d’autres amoureux de la Normandie. En voici quelques-uns.

monet

Claude Monet (1840-1926) Son lien avec la Normandie : Il passe sa jeunesse au Havre, où il rencontre Boudin qui l’emmène peindre sur le motif*. En Normandie, Monet peint régulièrement les falaises de la côte d’Albâtre, les bords de Seine, les plages de Trouville et de Sainte-Adresse.

Pierre Auguste Renoir (1841-1919) On le surnomme « le peintre du bonheur » car ses toiles* lumineuses et colorées montrent souvent l’atmosphère joyeuse et animée des lieux de divertissement des Parisiens ou la beauté de femmes.

Edgar Degas (1834-1917) Degas se distingue aussi par ses modèles favoris : les danseuses et… les chevaux ! Enfin, c’est l’un des rares impressionnistes sculpteurs.

Camille Pissarro (1830-1903) Son lien avec la Normandie : Pissarro peint la campagne normande, les jardins, la Seine, Varengeville, Gisors… Mais il s’intéresse aussi aux décors de la ville. À Rouen, au Havre ou à Dieppe, il peint les ponts, les rues, les places et les boulevards

Eugène Boudin (1824-1898) Son lien avec la Normandie : C’est à Honfleur, où il est né, qu’il réunit tous ses amis peintres à la ferme Saint-Siméon. Sa vie et ses toiles* ont principalement pour cadre l’estuaire de la Seine. Monet le considère d’ailleurs comme son maître* ! Boudin est l’un des premiers peintres exposés aux États-Unis par le marchand de tableaux Durand-Ruel.

Gustave Caillebotte (1848-1894) Pendant plusieurs étés, il passe ses vacances en Normandie où il peint les bords de mer de Trouville et de Villers-sur-Mer. Caillebotte séjourne également chez son ami Monet, dans sa maison de Giverny. C’est un riche collectionneur de peintures. À sa mort, il fait don à l’État de sa collection de toiles* des plus grands impressionnistes afin qu’elles soient exposées au Louvre.

LA FRANCE EN ROUTE VERS LE TIERS MONDE

valmont

VALMONT Comme il est triste de voir une ancienne gare fermée, où le temps disparaît et même la mémoire disparaît. Beaucoup se demanderont ce qui a servi ou combien de personnes ont vu courir dans la joie lors de sa promenade.

C'était la richesse culturelle et l'importance de la beauté et de l'humain. Aujourd'hui, la Normandie est de plus en plus distante, distante de la culture pour les parisiens, et de plus en plus misérable par la fermeture des gares, des bureaux de poste, des maternités, plus graves encore les collèges et les lycées. Sans ses gares, séparées par des autoroutes, à plus de 30 kilomètres de chaque ville Normandes, colorées, comme le montrent les artistes peintres, d’hier et d’aujourd’hui.

cany-barville

La station de Cany Barville était peut-être l’une des stations qui transportaient ces êtres merveilleux qui interprétaient la beauté de la Normandie. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un parking pour les voitures des personnes qui se déplacent sans pouvoir choisir un autre moyen qu'est la pollution.

C’est justement qu’aujourd'hui, pour voyager en Normandie, vous avez besoin d'une voiture pour parcourir 60 km aller-retour, jusqu’à la gare la plus proche et vous avez besoin aussi de 50 euros pour payer votre billet de train, aller-retour, pour Paris. En plus le perte de temps pour coordonner le train et le bus, qui de plus en sont privés.

billete

Billets de train pour Paris, mais pour atteindre ce train, il est nécessaire de faire 34 km de Fécamp jusqu'à la gare de Breaute Beuzevill, qui, outre le fait de travailler, ne seront pas empruntés par cette voie. Comme le montre le billet de train, ils sont obligés de prendre le bus. À partir de 16h13, arrivée à Paris à 20h moins 15 minutes. C’est ainsi qu’aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, les citoyens vont devoir s’enfermer chez eux pour ne pas pouvoir voyager.

Si une famille de Paris avec quatre enfants souhaite venir dans le pays de Caux, elle devra payer 300 euros aller-retour, plus la nourriture et le séjour compris. La prohibition économique pour les travailleurs avec peu de ressources, interdit de voir la Manche. Dans les pays du tiers monde, on voyage de cette façon parce qu'il n'y a pas de chemins de fer.

graint-ville-la-tenturier

Des témoins muets des avancées technologiques des technocrates qui, au lieu d’améliorer le chevauchement des effectifs, le compliquent du fait que leur privatisation rapporte plus d’argent. Il est extrêmement intolérable qu'au lieu d'avancer, nous reculons.

La plupart des dictatures ont mis en place des bus d'entreprises privées, un arrangement entre amis, qui a fait disparaître le chemin de fer, élément d'une grande importance pour le problème écologique actuel. Quand on écoute les politiciens parler de protection de l'environnement, c'est comme rire dans notre propre visage. Il est incompréhensible que dans le port du Havre, il n'y ait pas de projet futur pour supprimer les camions et créer des trains pour le transport de marchandises. Lorsqu'il n'y a qu'une seule ligne de chemin de fer, entre Le Havre et Paris, ils devraient voir la raison de cette situation effroyable. Ce demander pourquoi ? La RD 925 reliant Le Havre à Fécamp est un itinéraire stratégique pour les déplacements locaux, notamment pour les liaisons entre pôles urbains et bassins d’emplois, ainsi que pour la desserte des territoires traversés. Elle supporte un trafic quotidien de 11 200 à 16 500 véhicules dont 380 poids lourds selon les sections.

LES PAYS-BAS

Madame Stientje van Veldhoven, secrétaire d'État, à l'Infrastructure et à la Gestion des eaux du royaume des Pays-Bas, écrit dans une lettre à la Chambre des représentants : "Plus de gens dans le train sont rentables pour l'environnement, bons pour notre économie et moins de trafic sur les routes et les aéroports. La durabilité est de plus en plus répandue dans notre société et cette solide ambition s'inscrit dans cette perspective. Vous remarquez également que la société change à cet égard. Il y a de l'énergie dans ce programme. " Afin de réduire les barrières entre la combinaison du voyage aérien et du voyage en train, une bonne coopération entre le train, les compagnies aériennes et les aéroports est nécessaire.

En 2017, le transport intérieur routier de marchandises atteint un niveau de 307,6 milliards de tonnes kilomètres. Le pavillon français, c’est-à-dire les poids lourds immatriculés en France, effectue 53 % de l’activité intérieure. Les 3/4 de l’activité nationale est réalisée pour compte d’autrui, par l’une des 35 000 entreprises du secteur. L’activité de transport routier de marchandises est mesurée à partir d’une enquête en continu sur le territoire de France métropolitaine.

Guillermo Saavedra

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.