Diplomatie Militaire pour une Guerre ou Diplomatie des Ambassades pour la Paix ?

Pour l’instant personne ne parle de Paix, on peut dire que notre démocratie est malade quand on laisse la place aux militaires pour diriger une diplomatie de guerriers, où la Paix et l’humanisme passent au second degré par l’incapacité des politiciens et les medias.

Arnaud Beltrame a donné le plus grand, le plus précieux et merveilleux que possède l’être humain en ce monde, et cela nous est offert qu’une seule fois, et malgré tout, il a offert la sienne sans hésiter un seul instant. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame aime la vie et l’a défendue en donnant la sienne, parce qu’il a été un homme de paix. Oui pour défendre la vie, on aime la Paix!

269019

L’histoire nous a montré les torrents de souffrance et de sang qu’ont vécu la France et l’Europe. Heureusement que des femmes et des hommes se sont élevés avec courage pour arrêter cette hémorragie. La France a vécu en Paix des années, en laissant la place aux diplomates et à la diplomatie dans le monde. Résistants et militaires son rentrés des casernes où chacun a pris sa place dans la vie sociale, parce que la Paix était instaurée. Le métier de militaire est l’unique métier où l’on est prêt à donner sa vie pour défendre la patrie. Les analyses politiques, les négociations ont permis aux intellectuels de développer et connaître la situation mondiale pour agir en conséquence. Nous les medias d’aujourd’hui, sommes dans l’incapacité d’arriver à une information sereine. L'information spectaculaire prime, plutôt à vendre qu'à informer, liée aux intérêts du capital. Le plus grave, c'est que les journalistes convaincus lors de la formation, croient qu'ils le font bien. On doit se concentrer sur les espoirs de Paix, les valeurs qui nous unissent telles que ; l'équité, le respect, la solidarité et la confiance. Toutes ces aspirations transcendent les cultures, les frontières et l'identité, et nous aident à surmonter les angoisses et les peurs communes. Ils sont fondamentaux pour trouver des solutions de Paix. Nous avons des défis interconnectés de plus en plus globaux, qu'aucun d'entre nous ne peut résoudre seul.    Aucun journaliste n’a traité le problème de fond. On nous montre les décadences intellectuelles qui ne nous à pas permis de voir avec sérénité les agressions et « les causes du terrorisme ».

Mediapart est le seul média, à avoir dénoncé dans ces pages ce qui suit :

« Depuis plus de six ans, le pouvoir politique français a systématiquement tourné le dos à l'affaire Sarkozy-Kadhafi, écartant même l'hypothèse d'une commission d'enquête parlementaire sur l'évolution des relations entre Paris et Tripoli ». Le reste des puissances occidentales engagées dans la guerre en Libye a fait face à leur passé. L'observation est écrasante. En Grande-Bretagne, une commission parlementaire des Affaires étrangères, intégrée dans sa majorité par des députés conservateurs, enquête sans relâche sur la version officielle offerte par l'ex-Premier ministre David Cameron. En septembre 2016, cinq ans après l'intervention militaire en Libye, la commission a présenté des conclusions dévastatrices, allant jusqu'à dénoncer le fait que l'opération, destinée à protéger les civils, s'était transformée en une « politique opportuniste de changement de régime ».   Aux Etats-Unis, Barack Obama a également admis, en mars 2016, dans les colonnes du magazine The Atlantic, que la Libye était "plongée dans le chaos" depuis l'opération militaire. Avant d'assumer, un mois plus tard, sa part de responsabilité: "Ma pire erreur n'a probablement pas été de mettre en place un plan pour le lendemain d'une intervention justifiée en Libye", at-il reconnu dans un entretien accordé à Fox News avant de quitter la Maison Blanche. Et en France ... rien. Ni enquête parlementaire, ni initiative politique ne visaient à interroger - au-delà des éléments couverts par l'enquête judiciaire sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 - les possibles engagements politiques, diplomatiques, commerciaux ou militaires au plus haut niveau de l'Etat ».

nicolas-sarkozy-visite-le-152e-regiment-d-infanterie-francais-base-a-tora-dans-la-region-de-surobi-2003145
Peu à peu pour les pays riches, le corps diplomatique devient une affaire militaire. Des interventions pour instaurer des démocraties avec la force des bombes, et dans la terreur, dans des pays choisi plutôt pour leurs richesses, que pour des vrais objectifs de démocratie. Tant qu’une orthodoxie peut tenir de normes pour diriger les actions des êtres humains vers des buts constructifs, elle est positive. Mais il est possible que de telles notions en « Isme » se mettent à enchaîner la pensée et le jugement du peuple, qui en définitive est libre. Quand cette tendance échappe à tout contrôle, les notions abstraites en « Isme » peuvent finir pour enchaîner dans la servitude de la vie humaine. Le fanatisme et le dogmatisme revêtent plusieurs formes. Certains peuvent être prompts à les associer aux religions monothéistes, alors qu’en fait ils apparaissent dans l’éventail de tous les domaines d’activité humaine. On peut dire que jusqu’à un certain point, toute idéologie concrétise une orthodoxie ou manière figée d’appréhender le monde

Mon vécu dans le domaine humaniste, m’a montré à quel point l’être humain extériorise l’autre quant il s’agit du pouvoir. Tout cela pour anéantir la pensée sont les pièges de l’extrémisme prêts à profiter de la faiblesse et de la folie présentes en tout un chacun, attisant des tendances aussi destructrices que la haine, la colère, la jalousie ou l’arrogance. Ce genre de dogmatisme s’emploie à rabaisser, affaiblir et aliéner l’esprit humain. Il est aux antipodes de l’humanisme. Se laisser intimider et se voir vaincus aurait été l’équivalent de renoncer à ma propre humanité. Par rapport au comportement humain l’universalité de Montaigne dépassait les limites des cultures et ethnies particulières. La distinction entre le civilisé et le barbare qui sous-tendit des siècles de colonialisme et que représentait une réalité indiscutable aux yeux de la plupart des Européens était pour lui une invention absurde. Sa description des populations autochtones du Brésil est audacieuse, juste et imprégnée d’une grande chaleur humaine. Il dit : « Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous qui les surpassons en toute sorte de barbarie ». Montaigne était totalement libéré de toute discrimination et préjugé fondé sur les différences nationales et ethniques qui, aujourd’hui encore, continuent à attirer tant de gens. Le fanatisme survient quand cet aspect destructeur s’accroît hors de tout proportion. Il peut mener une situation où la vie humaine est absurdement dévaluée et où la mort, la sienne propre que celle des autres arrive à être glorifiée (Les attentats ou bombes humaines). Ce qui explique que notre siècle vit un processus idéologique et des massacres sans précédent, tant d’un camp comme de l’autre glorifie la mort est la plus absolue décadence de la pensée humaine. A l’inverse, l’individualisme poussé à l’extrême est porteur d’une intolérable vacuité, et l’instabilité et l’insécurité qui le caractérisent prouvent à quel point il est étranger à un mode de vie normal. Il est en définitive incompatible avec nos efforts pour mettre en valeur l’humanité. Situation dans laquelle le libéralisme pousse l’individualisme et la consommation à la perte de valeur comme la culture, la solidarité etc… L’individualisme débridé revient au contraire à couper les liens de participation sociale.

Guillermo Saavedra

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.