Exposition photographique : "Essenti’elles" de Florence ETIENNE

Avec cette exposition photographique, je voulais que mon travail informe et encourage le dialogue sur ce qu’être travesti. J’ai voulu montrer une petite partie de cette communauté qui selon moi n’est pas assez ou mal représentée. Je considère le travestisme comme une performance artistique.

Exposition photographique : "Essenti’elles" de Florence ETIENNE avec la participation de Mélissa FILLON
https://www.florencetienne.com/

 © Florence Étienne © Florence Étienne
Avec cette exposition photographique, je voulais que mon travail informe et encourage le dialogue sur ce qu’être travesti. J’ai voulu montrer une petite partie de cette communauté qui selon moi n’est pas assez ou mal représentée. Je considère le travestisme comme une performance artistique. Alexy show et Simon pensent leurs personnages comme une vision d’eux-mêmes qui bouscule le genre binaire homme femme. J’ai vu à Carcassonne un spectacle de travesti pour admirer Alexy show et c’est là que j’ai découvert Simon. Ce qui m’a le plus plu et marqué, c’est bien sûr le processus de transformation, plus encore que le spectacle. J’ai essayé de capturer cette métamorphose mais je ne trouvais pas que les images reflétaient leur sensibilité artistique et la mienne. J’ai voulu créer des images qui donnent du sens à ce que je ressentais au-delà du simple documentaire, j’ai voulu créer des mises en scène ne fonctionnant pas toutes en série mais me rappelant chacune l’essence de ce qu’ils sont, mais aussi ce qu’ils ont vécu par exemple quand je mets une couverture de survie sur la tête d’Alexyshow ce n’est pas pour le cacher mais pour mettre en image le sentiment qu’il a eu quand il a découvert que cette petite manie de mettre des vêtements féminins qui ne fait de tort à personne reste en marge de la société. Et le premier réflexe de beaucoup d’adolescents qui se travestit, quand il découvre la réaction de l’entourage c’est de brûler ou de jeter toutes ses vêtements. Ce que j’ai appris de ces deux artistes avec qui j’ai travaillé et avec qui j’ai établi un lien d’amitié, c’est qu’au-delà du besoin ou de l’envie de mettre des vêtements féminins, l’autre fonction inconsciente est de pousser les limites, se définir comme un artiste et voir jusqu’à quel point il est possible de prendre une idée, un personnage, une identité. C’est une façon de se réinventer sans restrictions sociales. C’est leur force. C’est pour cela que sur ma dernière image il y a écrit le mot liberté. J’ai donné une carte blanche à Mélissa Fillon, photographe et vidéaste. Je trouvais intéressant d’avoir le regard d’une autre artiste sur le même sujet et je ne suis pas déçue.
Voir le port folio : https://blogs.mediapart.fr/146745/blog/240221/essenti-elles-de-florence-etienne

Exposition disponible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.