Les pieds nus

— Tu nous emmerdes, Guy ! Ne pourrais-tu pas écrire un truc sans faire de politique ?

— Je peux essayer !

Une ligne droite qui se perd dans la brume. L’eau de la pluie battante est pulvérisée puis chassée par les roues des véhicules qui se croisent à vive allure. Deux gosses, les pieds nus, marchent sur le bas côté, battus par les gerbes d’eau. À quatre-vingt-dix à l’heure avec la visibilité réduite, les automobilistes ne les voient que l’espace d’un battement d’essuie glace. Ils ont tous une furieuse envie de freiner, mais il est déjà trop tard, la gerbe d’eau de leurs roues les a frappés et les bambins ne sont déjà plus que des silhouettes liquides dans le rétroviseur. Des silhouettes mouvantes qu’efface rageusement le balaie arrière. Deux pulsations de cœur et d’essuie glace plus loin, les enfants, trempés seront enfin rendus à leurs domiciles cachés derrière une haie de cyprès. Si près de la route qu’ils pourraient entendre les cœurs de ceux qui les ont déjà oubliés dix gerbes plus loin.

— Ah ! voilà ! C’est mieux ! Mais ça manque un peu de soleil

— Je vais voir ce que je peux faire.

46844big.jpg

Les pieds nus ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.