ABSTENTION : ATTENTION

Les abstentionnistes n'ont pas saisi le véritable enjeu des élections régionales. Laisser la place au FN, c'est lui donner la "pole position" aux présidentielles de 2017.

Plus le temps, trop tard.

Les élections régionales n'ont pas fait le plein de votants, plus ou moins 50% d’abstention, le calendrier électoral proposera les présidentielles dans 15 mois.   Le FN part en tête, le grand laboratoire peut se mettre en place.  une, deux, trois ou six régions, nous le constaterons bien assez tôt, dimanche prochain. 

La grande foire aux politiques populistes pourra ainsi se mettre en place pendant une année.  Après tout, une politique où tout sera mis en œuvre pour satisfaire l'électorat et le septique pendant un an est possible et jouable.  Ces régions seront alors prises en exemples et deviendront un tremplin pour la présidentielle.  Celui qui pense que c'est au pied du mur que l'on reconnait le maçon se trompe lourdement, car les travaux n'auront pas débuté, ils seront juste reportés.

Ne pas regarder les échéances électorales à venir est une erreur grave de conséquences.  Laisser le pouvoir au FN, c'est lui donner l'opportunité de gagner plus et pour pas cher.  L’abstentionnisme aura, dans ce cas-ci, un goût amer.

Les médias vont pouvoir se délecter des déclarations des représentants du FN pendant ce laps de temps qui paraitra interminable.  De faux débats en propositions les plus grotesques les unes que les autres, d'experts et de journalistes plus ou moins complaisants, la forme l'emportera sur le fond. 

Les françaises et les français seront pris en otages par des sujets traités au café du commerce.  Il n'y aura rien sur la précarisation des pauvres, des chômeurs, des travailleurs.  Sur la pauvreté qui ne cesse de s'accroitre.  Sur la difficulté de trouver un logement.  Sur les services publiques, la sécurité sociale, les droits des travailleurs qui se réduisent à peau de chagrin, sur les futurs traités USA-UE, bref, sur la vraie vie.

Le décalage entre les préoccupations réelles des gens et le vote de dimanche dernier, montrent à quel point le désarroi est grand.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.