CHRONIQUE D’UNE GUEULE DE BOIS ANNONCÉE

Alors on en reprend pour cinq ans. Loi El Khomri (Macron en fait), Etat d’urgence, Ceta, chômeurs assistés, pensionnés dévalorisés, retraite à jamais repoussée, les migrants, les roms, la France Afrique, le Mali, La Syrie, la Russie, l’Ukraine, l’Europe, la Grèce, le medef qui écrit les lois, la dette, les sans-abri, les sans-dent, la concentration des médias, les nominations arbitraires, etc,etc

CHRONIQUE D’UNE GUEULE DE BOIS ANNONCÉE

Alors on en reprend pour cinq ans.  Loi El Khomri (Macron en fait), Etat d’urgence, Ceta, chômeurs assistés, pensionnés dévalorisés, retraite à jamais repoussée, les migrants, les roms, la France Afrique, le Mali, La Syrie, la Russie, l’Ukraine, l’Europe, la Grèce, le medef qui écrit les lois, la dette, les sans-abri, les sans-dent, la concentration des médias, les nominations arbitraires, etc,etc,etc…

Je comprends bien le désarroi de personnes qui voient leur monde s’écrouler autour d’eux.               

Il y a une lame de fond contre les hommes, menés par des hommes déraisonnables qui veulent soumettre, imposer, contrôler et réduire au silence.

Les législatives en France nous montrent jour après jour que la machine infernale est lancée et ne s’arrêtera malheureusement pas de sitôt. 

Il n’y aura pas d’homme ou de femme providentielle.  Il n’y aura pas de changement profond pour réduire des inégalités criantes et flagrantes.  Il n’y aura pas d’amélioration des conditions de travail, de l’enseignement et des soins de santé.  Tous à la casse, une fois le citron pressé jusqu’ à la peau et peau de chagrin pour tout le monde.

Vous en êtes les seuls responsables.  En ayant peur de la déception, vous allez vous cacher derrière des chimères en vous auto-satisfaisant de critiques et de colères étouffées par votre condition de travailleur esclave et perpétuellement pris en otage par des dirigeants qui se foutent de vous comme de leur première chemise.

La déception devrait vous donnez la force de voir le monde autrement que comme un grand machin qui vend et qui achète même des vies.  Elle devrait vous porter tout en dépassant vos propres peurs en vous donnant du courage à ne jamais céder face à aucune décision inique et injuste.  

Qui aura la prétention de défiler au mois de mai, souriant et triomphant d’une élection gagnée d’avance car même votre peur de la déception aura été comptabilisé. 

Le courage voudrait que nous nous battions pour notre avenir.  Il s’agit ici d’une lutte de longue haleine qui ne se mène pas en deux temps trois mouvements.  En face, il y a des gens déterminés qui n’ont pas envies que cela change.  En face, il y a des gens qui vous font voir l’enfer quand ils sont bien à l’abri des flammes mais profitent de la chaleur.  En face, il y a eux. Qui prônent la dérégulation à tout va mais surtout pas pour eux-mêmes.  Il y a eux, qui continuent de vivre sur des privilèges sans aucune remise en question.

Il est temps de reconsidérer notre condition et de redéfinir nos vies parce qu’il n’y a que nous qui pouvons rendre nos vies plus belles. 

Je choisirai toujours l’espoir même si la déception est au bout.
Je ne choisirai pas une LePen qui ne pense qu’à diviser jusqu’à utiliser une chimère du bon français comme si le mauvais français était une norme.  Je ne choisirai pas la division à tout prix pour assoir une autorité désastreuse.  Je ne choisirai pas la haine de tous et de tout le monde.
Je ne choisirai pas un Macron qui ne pense pour le coup à rien et qui accélérera la libéralisation pour ses amis banquiers.  Qui a détruit le code du travail.  Qui a prôné l’uberisation, car un cycliste qui livre une pizza n’est autre qu’un travailleur exploité par lui-même sans aucune protection.  Car un travailleur qui se paie son propre outil de travail comme une voiture, et qui doit accepter toutes les courses empilant les heures et les jours et les semaines avec à la fin du compte même pas assez pour vivre.  Alors que ce planqué n’a jamais travaillé lui-même ? Ce type qui confond le travailler pour vivre avec le vivre pour travailler.
Je ne choisirai pas un Fillon qui pour le coup celui-ci n’a rien de bon dans le cerveau.  Blitzkrieg, rendez-vous compte, en 100 jours, il va foutre en l’air tous vos repères qui faisaient que cette vie était encore supportable.  Outre ses attaques en règle, utiliser un mot pareil, il faut se rendre compte que c’est une guerre éclair contre le bien commun qu’est la sécurité de tous les français.  Une guerre éclair, donc cet homme est en guère, mais contre qui…Contre vous ?  Ceux qui vont l’élire ? Contre ceux qui travaillent et se dépatouillent tous les jours dans des merdes inventées par eux ?  Eux, évidemment dont il fait partie.  Eux qui se sentent tellement intouchables même en tapant dans la caisse et en se disant que c’est injuste de devoir rendre des comptes.  Mais quelle est la personne saine de corps et d’esprit qui peut encore croire que cet homme est un bienfait pour nous ?

Alors il reste Mélenchon, la seule force qui peut amener autre chose quitte à être déçu.  Le seul mouvement qui parle de la vie des gens, qui concrètement apporte des pistes de réflexion.  Tous les sujets sont abordés avec calme et sérieux.
Les autres candidats ne parlent de rien, du vide, vous considérant comme des ânes qui ne réfléchissent même pas. Il y a bien une ou deux idées lancées par ci par là mais sérieusement pas de quoi assurer un avenir.

Dans tous les cas de figure, il y aura déception, à vous de choisir si un rêve est possible ou si le cauchemar continue…. Je crains malheureusement que vous voterez pour le cauchemar car un enfant maltraité ne souhaite pas de mal à ses tortionnaires qui sont généralement ses parents. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.