Gwen Fauchois
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2020

Gwen Fauchois
Abonné·e de Mediapart

La marque Macron : traquer le consentement

Ficher les malades et leurs contacts sans leur consentement, c'est s’exposer et inciter à des évitements de test de peur de subir des mesures discriminatoires et répressives, favorisant ainsi la persistance de chaines de contaminations invisibles, soit l’exact inverse d’une politique de santé responsable

Gwen Fauchois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce samedi était présenté en conseil des ministres le projet de loi gouvernemental prévoyant de prolonger de deux mois l’état d’urgence sanitaire contre le Covid-19.

Depuis le début de l’épidémie, le gouvernement a choisi en axe de lutte contre l’épidémie, mensonge, autoritarisme et infantilisation.

Un choix, qui au delà de l’incurie manifeste, est assez cohérent avec la politique macronnienne qui cultive un concept mitterrandien du coup d’état permanent.

L’article 6 du Projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions qui s’affiche comme permettant « au ministre chargé de la santé de mettre en œuvre un système d’information aux seules fins de lutter contre la prorogation de l’épidémie de covid-19 » n’en est que la dernière illustration en date.

Il prévoit, par dérogation au code de la santé publique, la possibilité de ficher et partager des données médicales sans le consentement des malades.

Or, prétendre faire passer l’absence de consentement comme une nécessité de santé publique est non seulement mensonger, mais également contre-productif et dangereux.

Le consentement n’est en rien un obstacle à la lutte contre une pandémie, il en est au contraire une des conditions principales.

Tout un chacun est en capacité de comprendre l’intérêt du dépistage pour soi et ses contacts, quand il s’agit d’assurer une meilleure prise en charge et de casser les chaines de contaminations.

Quand on organise la politique de santé publique autour du soin des personnes, on crée une dynamique d’appropriation qui est exponentielle et conduit chacun à agir pour un commun bénéfique à tous.

Si en revanche il s’agit de constituer un fichier aux conséquences répressives et discriminatoires, avérées ou supputées, le bénéfice à la fois personnel et collectif fond immédiatement, générant conduites d’évitement et réticences, non seulement à être fiché soi-même mais à permettre le fichage de ses contacts afin de ne pas s’y exposer, ni exposer autrui.

C’est ainsi que plutôt que de transformer de potentiels personnes asymptomatiques ou peu symptomatiques en acteurs de santé dynamiques, 

-c’est le b.a.ba des politiques sanitaires, on le sait quelqu'un qui connait son statut est un meilleur acteur de prévention qui modifie son comportement sur la base de connaissances et doutes partagés -

on sera collectivement incité à se méfier des personnels médicaux, transformés en auxiliaires de police et à peser dans un chacun pour soi potentiellement vecteur de contaminations, le bénéfice comparé attendu de l’ignorance de son statut sérologique à l’aune des restrictions de liberté, discriminations et pertes financières qui pourraient découler d’un partage d’une telle information.

C’est donc la pire des options aussi bien en terme sanitaire qu’au regard des droits et libertés.

Et elle ne saurait masquer qu’à défaut de contrôler l’épidémie, c’est sur la population que le gouvernement cherche à accroitre son contrôle.

(ce billet a été initialement publié ici : http://gwenfauchois.blogspot.com/)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait que cette polémique cache en elle en fait la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contracté.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart