gwenn rigal
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2018

Petit précis d'anti-libéralisme primaire

Macron mène une politique anti-sociale et contra-cyclique en vertu d'un dogme qui a contaminé tous les cercles dirigeants au motif qu'elle encourage les égoïsmes individuels de leur classe sociale d'appartenance, celle des ultra-privilégiés. Démonstration.

gwenn rigal
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Idée 1 :

Quand on injecte un euro dans l'économie, elle y gagne bien plus. Parce que la pièce utilisée pour acheter du pain sert ensuite au boulanger pour acheter de la farine puis au meunier pour acheter des chaussures à son fils et au cordonnier à rembourser son emprunt à la banque. C'est ce qu'on appelle l'effet multiplicateur. Le FMI a récemment admis que cet effet avait été gravement sous-estimé dans ses plans d'aide passés, contre-productifs dès lors qu'ils demandaient aux Etats toujours plus d'austérité en échange des prêts accordés.

Idée 2 :
Lorsqu'une politique vise à relancer la consommation en offrant plus de pouvoir d'achat aux ménages, elle n'a pas le même effet suivant qu'elle s'adresse aux riches ou aux pauvres. Parce que les pauvres ont tendance à réinjecter dans l'économie une plus grande part de cette manne que les riches, lesquels peuvent au contraire épargner ou investir dans des produits financiers non productifs. Et donc casser l'effet multiplicateur. C'est la raison pour laquelle la théorie du ruissellement, que Macron a rebaptisée "premiers de cordée", et qui pose que l'argent des riches finira forcément par bénéficier à toute la société en bout de chaîne, est fausse.

Et c'est aussi pour cela que les 10 milliards que Macron a lâchés il y a quatre jours aux Gilets Jaunes pourraient au final avoir un effet sur la croissance bien plus positif que les 5 x 10 milliards offerts aux riches via la taxe unique de 30% sur les revenus du capital, la suppression de l'ISF mobilier ou le doublement du Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE). Mais à condition évidemment que cette hausse du pouvoir d'achat ne soit pas annulée par une hausse équivalente des prélèvements obligatoires ou par un recul de l'investissement public. Or, en choisissant de ne pas faire payer un euro de plus aux riches et aux grandes entreprises pour financer ses mesures, Macron fait tout l'inverse de ce que le simple bon sens économique suggère.

Pour en comprendre la raison, il faut remonter aux années 70, lorsque l'école "libérale" de Chicago emmenée par Milton Friedman et inspirée par Gustav Hayek contamina tous les cercles dirigeants de la planète, de Margaret Thatcher et Ronald Reagan à l'époque jusqu'à Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron aujourd'hui. Ces gens croient en une théorie économique qui professe que si les hypothèses de la concurrence pure et parfaite son respectées, alors l'offre et la demande s'équilibreront sur tous les marchés. Et cet équilibre général sera aussi un optimum social, en ce sens qu'on ne pourra plus augmenter les revenus d'un agent d'un euro sans que d'autres agents perdent un euro ou plus. Parmi les hypothèses de concurrence pure et parfaite, il faut notamment que l'information soit parfaite, que les agents soient parfaitement rationnels et cherchent en permanence à maximiser la satisfaction de leurs intérêts individuels, qu'aucun agent n'ait une taille suffisante pour influencer à lui seul un marché et que l'Etat s'abstienne d'intervenir. Aujourd'hui, l'école de Chicago a gagné la bataille idéologique et est sur-représentée dans le corps enseignant de nos grandes écoles, de Sciences-Po à l'ENA en passant par l'ESSEC ou HEC. Macron et ses collègues ont été biberonnés à cette école de pensée distillée par les économistes dits "orthodoxes".

Malheureusement pour nous, son inanité a depuis longtemps été démontrée. Déjà, parce que les humains ne sont jamais parfaitement rationnels, ce qui est pourtant un des présupposés de la théorie libérale. Ensuite, parce que s'approcher des conditions de concurrence pure et parfaite ne garantit aucunement qu'on se rapproche de l'équilibre général. On peut être proche de ces conditions et très loin de l'équilibre. Enfin, parce qu'un optimum social n'est pas vraiment un optimum social. Une situation où un agent possède 99% des richesses et l'ensemble de ses contemporains les 1% restants peut très bien être qualifiée d'optimum social selon la théorie.

En résumé, la concurrence pure et parfaite est une fable qui cherche à affaiblir l'Etat et les amortisseurs sociaux. Et qui n'a aucun problème avec l'idée que les riches, c'est fait pour être très riches et les pauvres très pauvres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin