H JAN
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2022

H JAN
Abonné·e de Mediapart

Mission Rambo pour Macron

« J'ai toujours cru que c'était l'esprit la meilleure arme. » Les temps changent : tous les moyens sont bons dans la guerre et dans l'amour*.

H JAN
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dites-le par un cadeau ! Froideur du traité bilatéral, intérêt bien compris de l'accord bi-partite, paisible confiance en l'amitié interétatique ou alliance dans la guerre comme dans la construction de l'avenir : le langage des diplomates exprime avec justesse les infinies tonalités d'une relation entre deux états et ses variations au fil du temps.

Rambo II - L'Esprit, La Meilleure Arme ? © Jack Sparrow

En ce domaine, à l'occasion de la visite d'état du président français aux Etats-Unis, le Quai d'Orsay a fait montre d'une maîtrise du symbolisme touchant au sublime, d'un savoir-faire diplomatique élevé au rang d'art politique. Le choix de l'arme s'est porté sur une très chic coupe Christofle ou, comment, pour incarner sa vassalité, mettre l'excellence du made in France d'une célèbre maison d'orfèvrerie française au service de la culture anglophone.

Illustration 2

Après mise en forme, tournage, repoussage, matriçage, galvanisation, lustrage, l'écuelle écossaise est devenue une quaich de luxe, dans laquelle on y boit l'amitié avec son lord comme un loch de whisky.   

Un petit mot accompagnait-il le présent ? « Mr Emmanuel Macron is very pleased to offer to Mr Joseph Robinette Biden a loving cup of friendship. » Avoir son pudique patronyme français ainsi taquiné, peut-il exister plus délicieux supplice pour l'homme le plus puissant du monde ? La veille, notre président avait publiquement dévoilé ses intentions : « Parce que c'est ainsi qu'on bâtit sur des sujets particuliers et dans tous les secteurs, une intimité extrêmement forte. » C'aurait été tartufferies que de cacher aux français pareilles offrandes. En tant que contributeurs nationaux à la cagnotte leetchi, nous avons au moins le droit de nous exciter sur le gisant de la souveraineté française.

Invité par le président américain, il n'était tout de même pas question de lui faire boire le calice jusqu'à la lie, ni même l'hallali en lui rappelant tout de go que l'Amérique pompe cinq fois plus de ressources naturelles que ce que notre planète peut offrir pour satisfaire les besoins du monde entier. On appréciera donc le tact avec lequel les sujets vitaux ont été abordés.

Un premier ministre britannique aurait combiné la cup et le tube homonyme des Rolling Stone usant des métaphores champêtres pour perfidement aborder le fâcheux sujet de l'irrigation de la culture intensive pratiquée par l'Amérique, qui assèche jusqu'aux nappes phréatiques au coeur de la terre californienne.

Mais nous sommes français, que diable ! Alors notre président a choisi de charger dans le jukebox de la Maison-Blanche un disque vinyle pour projeter la musique du film Un homme et une femme, nominé au Golden Globe en 1966, pour parler subtilement d'égal à égal ou, du moins, pour glisser le message subliminal que les émissions en CO2 des bagnoles américaines, Ford Mustang ou autres, sont une cause majeure du réchauffement climatique.

« badabada dabadabada, l'Amérique, la France, deux états, de chaque côté de l'océan, ont forgé la trame du monde, Encore une fois, tout recommence, la vie repart, nos intérêts jamais perdu de vue, une chance qui passait là, une chance pour toi et moi. »

Malheureusement, à chaque fois que les puissants tringlent, le peuple trinque.

En 1980, au Forum de Davos, Henry Kissinger, pour qui le pouvoir est l'aphrodisiaque suprême, focalisait son discours sur « the constantly changing world and the age of global interdependence.»

Illustration 3

Dans l'album photo de WEF, 1980 est l'année des 3C « Change, Celebration, Competitiveness », une sorte de trinité christique qui assure la stabilité de l'ordre mondial en nous maintenant dans une insécurité permanente jusqu'au collapsus de l'environnement, de l'école, de la santé, de la sécurité. Quelle meilleure illustration de ce processus que l'effondrement du volcan de l'état Washington en ce même mois de mai 1980 ? Héphaïstos avait dû y délocaliser ses forges.

En 2015, la rupture d’une canalisation de méthane en Californie rejetait l'équivalent de dix centrales à charbon. Qui se souvient 8 ans après de ce désastre climatique causé par le manque d'entretien du réseau publique ? Le forgeron Cetautomatix. Parce que lui a bien compris que les investisseurs ont préféré les stands du salon des nouvelles technologies qui se déroulait à Los Angeles à moins d'une heure du lieu de la catastrophe. Tout ça pour une connexion toute pourrie entre l'homme et la machine.

En 2022, nous sommes de nouveau les témoins de deux phénomènes contradictoires. D'une part, l'INSEE clame que les nouveaux-nés ont tous le potentiel d'être centenaires. D'autre part, la faillite du système de santé ne permet pas la prise en charge des nourrissons atteints par l'épidémie de bronchiolites. 

Sans intervention, nous pourrions nous retrouver sur la courbe descendante de la courbe de gausse du Progrès, présentant un fort potentiel asymétrique, en ce sens où l'espérance de vie pourrait chuter pour ces enfants beaucoup plus vite qu'elle n'est montée en 200 ans (courbe verte). 

Face à cette situation, Rambo ne fait pas l'affaire. Cherche d'urgence forgeron pour redresser la situation !

Illustration 4

*Beaumont et Fletcher

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte