La question de la sortie de l'OTAN après les élections européennes du 26 mai

Les élections européennes du 26 mai 2019 ont été artificiellement focalisées sur un choix entre les listes progressistes et les listes nationalistes. Cela a eu pour effet d’exclure du débat la question fondamentale de l’incompatibilité entre une Union Européenne indépendante et l’appartenance de 22 de ses 28 membres à l’OTAN, une organisation totalement sous le contrôle des Etats-Unis.

LE 26 MAI, 55% DES FRANÇAIS ONT VOTÉ POUR DES LISTES PRÔNANT LA SORTIE DE L’OTAN

Les élections européennes du 26 mai 2019 ont été artificiellement focalisées  sur un choix entre les listes progressistes et les listes nationalistes. Cela a eu pour effet d’exclure du débat la question fondamentale de l’incompatibilité entre une Union Européenne indépendante et l’appartenance de 22 de ses 28 membres à l’OTAN, une organisation totalement sous le contrôle des Etats-Unis.

Un autre clivage existait dans l'élection européenne entre d’une part le courant ultra atlantiste (représenté par La République en Marche, les Républicains,  l’UDI et la liste de Raphaël Glucksmann), et d’autre part les partisans d’une France non alignée sur les Etats unis et l’OTAN. A cet égard, un enseignement fondamental, quoique passé inaperçu, de l’élection du 26 mai 2019 est que 55% des Français ont voté pour des listes prônant la sortie de la France de l’OTAN, les listes pro-OTAN ayant recueilli seulement 40% des suffrages. Naturellement, les électeurs ne se sont pas en général déterminés en fonction de la question de l‘OTAN. Mais la campagne électorale a permis de bien identifier la position des différentes listes sur la sortie de l‘OTAN, grâce notamment aux interviews du journal Marianne, structurées autour de questions précises.

Voici le détail des listes favorables à la sortie de l'OTAN et leur résultat:

Rassemblement National:23,31%

Europe Ecologie les Verts :13,47%

La France Insoumise : 6,31%

Debout la France: 3,51%

Liste Générations: 3,27%

Liste communiste: 2,50%

Liste UPR : 1,17%

Liste les Patriotes: 0,65%

Liste Extrême Gauche :0,78%

TOTAL  DES LISTES FAVORABLES A LA SORTIE DE L OTAN :  55%

LA RECOMPOSITION DE LA GAUCHE NE DOIT PAS SE FAIRE AUTOUR DE LA LIGNE ULTRA ATLANTISTE MAIS SUR L’EXIGENCE D’UNE FRANCE NON ALIGNÉE

Il est clair qu’il y a aujourd’hui un clivage fondamental au sein de la Gauche entre la ligne ultra atlantiste, trés minoritaire, et la ligne du refus de l’alignement  sur les Etats unis et l’OTAN. La ligne ultra atlantiste représentée par le seul PS, incarné le 26 mai par Raphaël Glucksmann, a recueilli  6% des voix le 26 mai. Le reste des partis de gauche (Ecologistes, Insoumis, Communistes, Anticapitalistes et Générations), tous favorables à la sortie de la France de l’OTAN ont recueilli 26% des voix. La recomposition de la gauche ne saurait donc se faire autour de la ligne ultra atlantiste de R.Glucksmann, mais autour de la ligne  de non alignement de la France et de sortie de l’OTAN.

IL FAUT SALUER LA COHERENCE DES PROGRAMMES DE EELV ET DE LFI, QUI COMBATTENT  A LA FOIS LE RISQUE  MORTEL  DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET CELUI DE L’HIVER NUCLEAIRE 

Il aurait été absurde pour un Parti écologiste de recommander une action résolue contre le réchauffement climatique et dans le même souffle de se montrer favorable à la participation de la France à l’OTAN, une organisation qui, sous la direction des néo-conservateurs américains, est peut être en train de précipiter le monde dans la guerre conventionnelle ou nucléaire. Il serait absurde pour un parti écologiste de ne pas agir symétriquement contre les deux risques jumeaux majeurs que sont le réchauffement climatique et l’hiver nucléaire. Il aurait été aussi insensé pour des écologistes de défendre les 1000 milliards de dépenses militaires de l’OTAN et leur accroissement rapide imposé par la norme OTAN des 2% du PIB.

Les deux plus importants partis de Gauche actuellement , Europe Ecologie les Verts et La France Insoumise sont tous deux partisans à la fois de la lutte résolue contre le changement climatique et de la sortie de l’OTAN pour stopper la course aux armements nucléaires.

Le programme de EELV pour les élections européennes (Bien vivre) est sans équivoque sur la sortie de l’OTAN. Extrait: ”Réorienter  la politique de défense vers une défense européenne commune, indépendante des Etats unis,  et sortir de l’OTAN sont les premières mesures que prônent les écologistes”. Et dans une interview à Marianne le 9 mai,Yannick Jadot a répondu sans ambiguïté  “Oui” à la question “Faut il sortir de l’OTAN?”.

Cette attitude cohérente contraste avec la position prise par R.Glucksmann, dans la même interview à Marianne, sur son programme. Il répond à la fois “non “ à la sortie de l’OTAN et “oui” à l’armée européenne. Une telle position, identique à celle de la “République en Marche”, est une imposture car il est impossible d’avoir une armée européenne indépendante dans le cadre de l’OTAN, qui est sous la direction étroite des Etats-Unis.

L‘URGENCE D’UN RÉFÉRENDUM SUR LA SORTIE DE L’OTAN

Chaque jour révèle l’urgence de la consultation des Français sur la sortie de l'OTAN. L'arrimage de notre pays à l'OTAN signifie une implication probable de la France dans l’une des prochaines aventures guerrières des néo conservateurs américains, qui ont le contrôle total de l’OTAN. La dangerosité de l'alignement sur les Etats unis a déjà été révélée les 11 et 14 avril 2018 au moment des frappes d’une centaine de missiles sur la Syrie, précédées de ce tweet insensé du Président des Etats Unis: “Get ready, Russia, because the missiles will be coming, nice and new and smart”.

Dans le tourbillon  des agressions verbales, des sanctions économiques extra territoriales étranglant des nations entières et des menaces d’interventions militaires auxquelles on assiste de la part de l‘Administration Trump, il n’est plus rationnel de croire que “tout va finalement s’arranger”. La poursuite de l’arrimage de la France aux Etats unis à travers les mécanismes de coordination du G7 et de l’OTAN est irresponsable. Nul ne sait si la confrontation à venir portera sur la Syrie, l’Iran, le Vénézuela, le Donbass ou la Crimèe  ( la Crimée  dont les pays du G7, dont la France, réclament la restitution à l’Ukraine , en sachant que seule une guerre pourrait l’obtenir). Mais ce qui est sûr, c'est que la probabilité d’une guerre s‘accroit dangereusement  ainsi que le Président Macron lu'a lui même reconnu  le 11 mai à Genève.

Les Français ont le droit de savoir à quels périls ils sont exposés à raison des communiqués martiaux que leurs dirigeants cosignent dans les réunions du G7 et de l’OTAN orchestrées par les Etats Unis. Il n’y a pas d’autre moyen qu'un référendum pour donner aux citoyens une chance d’agir pour stopper la marche des somnambules de l’OTAN vers la guerre. 

www.stopnato.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.