Voir tous
  • La France au sommet de l'OTAN du 4 décembre 2019: résistance ou résignation?

    Par
    «En déclarant que l'OTAN était "en état de mort cérébrale", le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d'une organisation qui, depuis la fin de la guerre froide, mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d'être». On ne peut que souscrire à ce jugement de l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire”.
  • La question de la sortie de l'OTAN après les élections européennes du 26 mai

    Par
    Les élections européennes du 26 mai 2019 ont été artificiellement focalisées sur un choix entre les listes progressistes et les listes nationalistes. Cela a eu pour effet d’exclure du débat la question fondamentale de l’incompatibilité entre une Union Européenne indépendante et l’appartenance de 22 de ses 28 membres à l’OTAN, une organisation totalement sous le contrôle des Etats-Unis.
  • La fable de l’inflation trop basse, prétexte au maintien de taux d’intérêt négatifs

    Par
    Après dix années de politiques monétaires ultra accommodantes, les Banques centrales du G7 se heurtent à la résistance des marchés financiers à la normalisation de ces politiques. Le thème de l’inflation trop basse est utilisé de façon biaisée dans la littérature de marché pour faire obstacle à la nécessaire normalisation monétaire et à la décrue de prix d’actifs artificiellement gonflés.
  • Dissoudre l’OTAN pour sauver l’Europe

    Par
    L'OTAN n'a plus raison d'être depuis la dissolution de l’Union soviétique et du Pacte de Varsovie en 1991. Elle s’est transformée, à l’initiative des Etats-Unis, d’une organisation de sécurité défensive en une organisation militaire expansionniste. Dans notre livre Stop OTAN, nous mettons à nu la trahison du projet initial. Par Hervé Hannoun et Peter Dittus.