Comment je lis la situation actuelle

Notre peuple a bien compris que le programme de M. Macron c’est celui de l’UE, celui dont les capitalistes ont besoin. Il n’en veut pas !

Comment je lis la situation actuelle.

On assiste à l’opposition des peuples aux tentatives des classes dirigeantes locales de mettre en œuvre le système politique dont la dictature économique du capitalisme sur notre monde, a besoin.

Ce système politique existe en Europe c’est celui de l’UE. Il est largement rejeté par les peuples et sa mise en place locale provoque des mouvements sociaux tels que nous les vivons aujourd’hui en France.

Macron est chargé de faire le boulot. Il s’agit pour lui de liquider la part de communisme portée par le modèle social français : système de sécurité sociale (santé, chômage, famille, retraite), services publics, statut du travailleur de la fonction publique, droit du Travail…

Il le fait en s’appuyant sur les dysfonctionnements que la mise en place des politiques dites néolibérales ont provoqués dans la société française et au nom de la modernisation et de l’adéquation de notre système social aux « réalités économiques ».

Notre peuple a bien compris que le programme de M. Macron c’est celui de l’UE, celui dont les capitalistes ont besoin. Il n’en veut pas !

Reste la traduction politique de ce rejet. Ce qui semble l’emporter en Europe c’est sa traduction nationaliste. Evidemment cela ne résout rien bien au contraire.

Ce qui est en cause ce ne sont pas seulement les « politiques néolibérales » mais le système économique qui les appelle. C’est à la dictature économique du capitalisme sur notre monde qu’il faut s’attaquer.

On peut le faire en France en s’appuyant sur le déjà là communiste que sont la Sécu, les services publics, le statut de la fonction publique… avec la même audace révolutionnaire dont leurs concepteurs avaient su faire preuve en leur temps avec l’aide des forces militantes pour aller vers une appropriation publique et sociale généralisée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.