harquel.c
Abonné·e de Mediapart

164 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2016

Peut-on supprimer des postes de fonctionnaires

Mais peut-on supprimer des postes de fonctionnaires aussi facilement ? Non ! Car malgré ce que l’on entend généralement les fonctionnaires travaillent.

harquel.c
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les policiers sont dans la rue. Ils n’en peuvent plus. Motif : manque d’effectifs et de considération. Ils veulent bien donner des coups mais ils ne veulent pas en recevoir.

La droite crie au scandale et s’en prend au ministre de l’intérieur B. Cazeneuve. Elle a pourtant supprimé et voté en chœur du temps de Sarkozy 12000 postes de policiers et de gendarmes que Hollande n’a d’ailleurs pas remplacés.

Maintenant que c’est le foutoir chez les flics la droite parait-il regrette ces suppressions. En est--il de même pour les 150 000 postes que Sarkozy a rayés de la fonction publique d’Etat ?

Pas du tout, à droite c’est haro sur la fonction publique. C’est à celui des candidats de la primaire qui annoncera  le plus de suppressions. La palme revient à Bruno Le Maire qui en brandit 500 000 !

Mais peut-on supprimer des postes de fonctionnaires aussi facilement ?   Non !Car malgré ce que l’on entend généralement les fonctionnaires travaillent.

Supprimer des postes c’est supprimer, dégrader, ou transférer des services rendus à la population. On voit aujourd’hui dans la police mais aussi dans l’éducation nationale et à l’hôpital les désastres que provoquent  ces suppressions en termes de souffrances au travail mais aussi de dégradation des services, de réduction de prestations.

Pour diminuer ses effectifs dans la fonction publique d’Etat, N. Sarkozy n’a rien trouvé de mieux que de transférer leurs compétences aux collectivités territoriales qui ont dû pourvoir 130 000 postes, payés par l’augmentation des impôts locaux.

D’autres services autrefois de la compétence de l’Etat ont été livrés au privé sous le prétexte de dégraisser l’emploi public. En fait,  on a engraissé les sociétés privées.  C’est le cas des autoroutes, des pompes funèbres, du ramassage, du traitement des déchets….pour la fonction publique territoriale par exemple.

Les suppressions d’emploi public  ont-ils permis de redresser les comptes de l’Etat ? Sarkozy champion de dégraissage de fonctionnaires a laissé une ardoise de 600 milliards de dette supplémentaire.

Contrairement à ce que l’on nous rabâche, les fonctionnaires ne sont pas à la charge de l’Etat, des collectivités ou de la Sécu.

Leur travail produit des richesses comme les autres travailleurs effectuant les mêmes tâches dans le privé mais la société a décidé de socialiser leur travail. Leur salaire est payé par l’impôt ou par les cotisations sociales au lieu de l’être par un particulier.

Si la droite est si friande de supprimer des fonctionnaires ce n’est pas par soucis d’efficacité ou de diminution de la dépense publique comme on l’entend aussi à gauche, c’est parce qu’elle veut livrer leurs fonctions aux appétits des intérêts particuliers, privant ainsi les plus pauvres notamment des services qui leur étaient rendus.

L’exemple de la santé est éclairant : les Etats-Unis ont un système privé qui leur coûte 17,1 point de PIB, en France c’est 11,5 pour être parait-il le meilleur système de santé au monde.

Quant au dogme de l’entreprise qui serait la seule à créer des emplois et de la valeur il sert à justifier le transfert des richesses vers le privé.

Le PS a lâché 44 milliards par an, la droite en propose le double. Le chômage n’ a pas baissé et ceux qui travaillent ne se portent pas mieux pour autant à la différence des actionnaires.

Imagine-t-on ce que la sécurité sociale, les congés payés, la prolongation de la scolarité, les HLM, le service public….ont permis comme créations d’emplois et de nouvelles richesses et ce qu’il adviendrait s’il prenait l’idée aux travailleurs de prendre l’entière maîtrise de leur travail et des richesses qu’ils produisent  et d’en faire bénéficier chacun à la mesure de ses besoins ?

Si on essayait !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss