transhumanisme et éthique

La fin du XXème siècle et le début du XXIème siècle ont été marqué par un certain nombre de bouleversements technologiques. La généralisation des technologies de l’information et de la communication, ont permis la diffusion à l’échelle planétaire du savoir.

La fin du XXème siècle et le début du XXIème siècle ont été marqué par un certain nombre de bouleversements technologiques. La généralisation des technologies de l’information et de la communication, ont permis la diffusion à l’échelle planétaire du savoir. Les algorithmes qui sont la matière première numérique de ces technologies permettent à la fois la création de nouveaux outils, mais ils sont aussi des instruments de contrôles, voire de manipulation par le ciblage comportemental.

Mais ces dangers sont peu de chose tant la promesse de l’intelligence décupler par le numérique semble susceptible de changer nos vies, en rendant notre environnement, plus intelligent, plus smart. Les villes qui sont désormais plus peuplées que les campagnes, promettent d’utiliser toutes les possibilités de ces nouvelles technologies pour régler les problèmes de raréfactions de ressources, d’environnement ou de mobilité. Mais si le concept semble séduisant, les cités hyper connectées que l’on nous promet, ressemblent malgré tout à des garnisons dorées où les citoyens seraient sous surveillance constante.

Un citoyen qui sera peut-être radicalement différent de ce que nous connaissons aujourd’hui, puisque la nature biologique même de l’homme devient un champ de recherche pour ceux qui rêvent de voir l’être humain intégrer à son corps les technologies qui l’entourent, avec pour but ultime de mettre fin à la mort. Ce mouvement, le transhumanisme s’inscrit en droite ligne des bouleversements technologiques récents. Le mieux étant l’ennemi du bien, ne faut-il pas s’inquiéter de voir émerger une humanité qui d’humain n’aurait plus que le nom ? Le monde de demain se construisant aujourd’hui, il est plus que nécessaire d’accompagner ces bouleversements par des outils de régulations qui auront pour but de faire rimer technologique et éthique.   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.