Quand l'Afrique s'éveillera

C’est dans le pays des hommes intègres que le Président Macron a choisi d’annoncer qu’il n’y avait plus de politique africaine de la France. La formule a eu l’effet recherché, des applaudissements nourris dans une université d’Ouagadougou à l’ambiance surchauffée et pas uniquement en raison des soucis de climatisation.

C’est dans le pays des hommes intègres que le Président Macron a choisi d’annoncer qu’il n’y avait plus de politique africaine de la France. La formule a eu l’effet recherché, des applaudissements nourris dans une université d’Ouagadougou à l’ambiance surchauffée et pas uniquement en raison des soucis de climatisation. Cependant il n’en demeure pas moins que cette annonce est une fausse bonne nouvelle.

Car la France doit avoir une politique africaine, résolument différente et définitivement postcoloniale. Notre pays doit avoir une stratégie globale face à cet immense continent fort de bientôt un milliard d’habitants et qui se trouve à six cent kilomètres de Marseille.

La tendance mondiale n’est plus à l’afro-pessimisme. Or nous continuons dans notre pays à poser un regard paternaliste et condescendant sur cette terre des origines, car nous ignorons l’Afrique de 2017.

L’Afrique des démocraties qui fonctionnent, comme le Ghana, le Sénégal ou la Tunisie. L’Afrique des initiatives locales dont le monde ferait bien de s’inspirer et qui voit des individus reverdir le désert ou des peuples chasser les despotes comme au Zimbabwe récemment.

Enfin l’Afrique des succès économiques, de grandes entreprises s’y développent comme l’Algérien Cevital, une entreprise africaine qui s’est permise en 2014 le luxe de racheter le fleurons français de l’électro-ménager Fagor-Brandt.

Bien sûr de graves problèmes persistent, la mauvaise gouvernance n’a pas disparu et les conflits restent nombreux, néanmoins  l’espoir est là, et les chinois eux l’ont bien compris, conscient de son propre éveil l’empire du milieu compte bien profiter de celui du géant africain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.