Hebergement_Grenoble
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2020

Au cœur de l’hiver,  un accueil toujours indigne en Isère

En Isère au coeur de l'hiver, les associations de soutien aux personnes vivant en centre d’hébergement constatent des conditions de vie imposées aux personnes hébergées déplorables, au niveau de l’accompagnement, de l’alimentation, des conditions d’hygiène, de l‘accès aux services publics.

Hebergement_Grenoble
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Témoignages de personnes concernées © Lutte hebergement

Le plan hivernal de la préfecture de l’Isère annoncé début novembre déclarait l’ouverture de 700 places pour l’hiver 2020-2021, dont « 681 places sont d’ores et déjà trouvées via la mobilisation d’hôtels, de mobiles homes et autres bâtis existants » [1]. Un mois plus tard, les associations de soutien aux personnes vivant en centre d’hébergement constatent :

  • Une grande partie (env 30%) des places sont laissées vides alors que de nombreuses personnes dorment toujours à la rue, y compris des familles avec enfants. La préfecture de l’Isère a d’ailleurs été condamnée par le tribunal administratif le 16 novembre 2020 pour avoir expulsé une famille avec 7 enfants à la rue et refuser de les héberger

  • Les conditions de vie imposées aux personnes hébergées restent déplorables, tant au niveau de l’accompagnement, de l’alimentation, des conditions d’hygiène, de l‘accès aux services publics.

Les chèques services non distribués aux familles

Le ministère chargé de la Ville et du Logement avait mis en place un dispositif exceptionnel de distribution de chèques services. Ces chèques d’un montant de 7€ avaient pour objectif de permettre « l’accès aux besoins de première nécessité pour celles et ceux qui sont à la rue ou en centres d’hébergement et qui n’ont plus rien. Cette action de l’État sera complémentaire aux actions solidaires déjà menées par les collectivités territoriales et les associations. »[2]. Aujourd’hui nous constatons que les chèques ne sont plus distribués aux familles sur décision de la DDCS arguant une mauvaise utilisation des chèques par les personnes, depuis lors laissées sans aucune ressource. Pire encore, l’association Ajhiralp n’a jamais distribué les chèques depuis le début du dispositif, prétendant mieux connaître leurs besoins. Dès lors comment expliquer les manquements ci-dessous ?

Un manque crucial de nourriture

Alors que les familles ne disposent plus d’aucune ressource pour accéder à l’alimentation, la distribution alimentaire est largement insuffisante au niveau quantitatif et qualitatif :

  • Barquettes en quantité insuffisante (10 barquettes distribuées pour 60 personnes pour 2 jours à l’hôtel Gallia)

  • Du lait maternel distribué irrégulièrement dans les centres et en faible quantité.

  • Pas de fruits et de légumes frais, donc aucun accès à des vitamines pour de nombreux enfants et personnes vulnérables ce qui a conduit à plusieurs hospitalisations

  • Un choix réduit ne prenant pas en compte les habitudes alimentaires, les régimes particuliers, les convictions religieuses

Des conditions sanitaires indignes

Encore une fois, alors que les familles sont sans ressources suite à la disparition des chèques, il manque aujourd’hui dans les centres des produits d’hygiène de base, des couches pour bébés (non distribuées par les restos bébés du cœur après les 1 an de l’enfant), l’accès à une machine à laver. Dans certains centres, le papier WC n’est plus distribué, ou le choix est laissé aux familles entre du savon et des protections menstruelles !

Un accès aux droits perpétuellement entravé

L’isolement géographique de plusieurs centres (Voreppe, Pont de Claix), et le déménagement forcé et régulier de nombreuses familles rendent très difficile l’accès à l’école et aux guichets de services publics. A Voreppe, les familles mettent 1h30 (dont 30’ à pied sur le bord d’une nationale) pour se rendre à l’école et au moindre rendez-vous médical ou administratif. Privées de ressource pour payer les transports publics ou d’abonnement préférentiel, les personnes accumulent chaque jour plus d’amendes.

Par ailleurs, les associations hébergeuses qui jusqu’à présent étaient censées assurer exclusivement le suivi social, se sont déchargées officiellement de cette mission le mois dernier. Pour autant le suivi n’est pas effectué par les SLS et le SILEF du département qui sont en manque de moyens priorisent les familles déjà accompagnées avant leur hébergement. Quid de l’accompagnement social pour toutes les autres familles, ballottées d’une administration à l’autre ?

Dans cette situation critique, les équipes de travailleurs sociaux n’ont absolument pas les moyens de faire leur travail en respectant l’éthique de leur métier.

« Veiller aux plus fragiles d’entre nous est aussi un devoir citoyen. »[3] nous assène la préfecture le 4/11/2020, mais qu’en est-il du devoir de l’état pour proposer enfin un accueil digne ?

Signataires :

Collectif Lutte Hébergement Grenoble – AG du travail social en lutte de Grenoble – RUSF38 – Village 2 Santé – Coordination Iséroise de Soutien aux étrangers et Migrant.e.s –  DAL 38 –  RESF 38

[1] https://www.isere.gouv.fr/Publications/Salle-de-presse/Derniers-communiques/CP-Plan-Hiver

[2] https://www.gouvernement.fr/des-cheques-services-finances-par-l-etat-pour-permettre-l-acces-aux-produits-d-alimentation-et-d

[3]https://www.isere.gouv.fr/Publications/Salle-de-presse/Derniers-communiques/CP-Plan-Hiver

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose