Fermeture du dernier centre d'hébergement grenoblois aux conditions de vie correctes

L'hébergement d'urgence est officiellement totalement catastrophique sur Grenoble. Les familles réclament un logement adapté à leurs problèmes de santé, l'Entraide Pierre Valdo les menace d'appeler la police.

Il y a quelques jours, les 7 familles qui sont hébergées au centre d’hébergement situé au 101 rue Mangin via le 115, ont appris que le centre allait fermer cette semaine. Il s’agissait du dernier centre situé à Grenoble, où les conditions d’hébergement étaient « acceptables » (studios équipés de cuisines, et sanitaires individuels). Lundi et mardi, les familles ont appris qu’elles seraient ré-orientées vers des lieux où les conditions d’hébergement sont manifestement indignes. De plus, ce sont des familles avec des problèmes médicaux (nombreuses attestations de médecins à l'appui), qui ont besoin, sur le plan médical, d'une cuisine pour pouvoir s'alimenter de façon saine. Cette situation est inadmissible (en plus d’être illégale), et ces familles entendent faire valoir leur droit à un hébergement digne. Il faut les soutenir.

Ce que nous reprochons à l'Entraide Pierre Valdo :

    - la tentative de dissuader les familles de réclamer ce dont elles ont droit : un logement digne et adapté : en prévenant au dernier moment les personnes hébergées, afin qu'elles n'aient pas le temps de s'organiser ensemble

    - le mensonge : la directrice de Pierre Valdo avait affirmé que seraient pris en compte les problèmes médicaux des personnes, ce qui est aujourd'hui manifestement faux

    - la volonté de casser la solidarité entre les familles : en les dispatchant aux 4 coins de l'agglo

    - les menaces d'expulsion par la police et les huissiers : évidemment uniquement adressées aux personnes qui ont l'air les plus vulnérables

    - les tentatives de faire signer un document pour se décharger : en demandant aux personnes qui ne savent pas lire le français de signer

    - le non-respect des personnes : je cite "elle [la directrice de Pierre Valdo] nous a parlé comme si on était des moins que rien"

    - l'incohérence : d'autres familles de ce même centre ont été placées en appartement, et nous savons que les logements vides à Grenoble sont nombreux ...

    - la non-prise en compte des problèmes de santé des personnes : occultation totale de toutes les pièces justificatives signées par des médecins

Les centres d'hébergement d'urgence concernent plus de personnes qu'on ne le croit. En effet, les situations des personnes concernées sont très variées, en situation régulière ou non, de nationalité française ou non, ou même des familles qui ont gagné le droit en justice d'accéder à un logement social.

Pour rappel, les structures qui hébergent ces familles, comme l'Entraide Pierre Valdo, gagnent des appels d'offre lancés par l'Etat. Comment peut-on accueillir correctement des familles vulnérables si nous sommes dans une logique du plus bas prix? 

Contre cette logique économique au mépris de l'humain,

Pour soutenir des familles qui ont le courage de réclamer leurs droits, malgré les menaces d'appeler la police,

Si les familles n'obtiennent pas de transfert dans un logement adapté à leurs problèmes de santé, venons nombreu.x.ses manifester ce vendredi 26 mars 2021 à 10h devant le 101 rue Général Mangin à Grenoble

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.