Kazakhstan, Ouzbékistan: la diplomatie judiciaire en Asie Centrale

Le Kazakhstan est un petit pays de 17 millions d'habitants éparpillés sur un gigantesque territoire grand comme cinq fois la France. Son président Monsieur Nazarbaïev n'est pas émir, il se prénomme Noursultan (le sultan éclairé). Il est riche comme Crésus, mais personne ne lui en veut pour autant. Avec quelques uns de ses proches oligarques, il se partage une pluie de milliards de dollars extraits d'un sous sol classé au top ten des réserves mondiales de gaz et pétrole, numéro un pour l'uranium et bien placé pour des tas d'autres minéraux rares.

L'eldorado du 21ème siècle est kazakh.

Cette contrée enclavée d'une sublime beauté, voisine de la Chine et de la Russie, est aussi celle de la cité vers l'espace Baïkonour et du gigantesque polygone d'essai nucléaire de Semipalatinsk, un sol mort, le plus irradié du globe.

L'ancienne République Soviétique est indépendante depuis 1991. Les dirigeants communistes brejnéviens de l'époque se sont tous reconvertis dans le néolibéralisme tendance Texas and Co. L'idéologie politique dominante est celle de l'argent. « In Dollar we trust »

Les relations franco-kazakh sont historiquement bonnes depuis l'époque où Mitterrand avait accueilli puis rendu visite à Nazarbaïev. Danielle avait même échangé des correspondances avec Sara Nazaebaïeva sur le devoir humanitaire des « premières dames ».

François et Danielle ne sont plus. Nazarbaïev est toujours président. Réélu métronomiquement depuis 25 ans.

Chirac, Sarkozy et Hollande ont perpétué l'amitié bilatérale, aidés en cela par une kyrielle d'hommes politiques désintéressés.

Mais il reste du chemin pour équilibrer notre balance commerciale car nous achetons pour plus de cinq milliards d'euros et vendons pour moins de cinq cent millions. Consolation, la France est le troisième investisseur étranger au Kazakhstan avec huit milliards d'actif de développement productif.

 

Depuis l'été, un petit nuage éclipse la lune de miel entre Astana et Paris. Rien d'important car il est sans doute passager, mais fort embarrassant.

Le Président Nazarbaïev mécontent des services d'un de ses anciens ministres de l'énergie Mokhtar Ablyazov, accusé en passant d'avoir chapardé cinq milliards de dollars - oui cinq mille millions - a décidé pour l'exemple de lui faire rendre gorge.

Mais l'indélicat qui est aussi le chef d'un parti d'opposition a pris la poudre d'escampette. Ignorant sans doute que l'argent peut tout, il se croyait à l'abri en Europe. Las, sans coup férir, les Kazakhs ont réussit a soudoyer le cabinet du ministre berlusconien de l'intérieur pour extrader illégalement d'Italie le 30 mai dernier son épouse Elma et leur fille Elua âgée de 6 ans. Un scandale épouvantable s'en est suivi, le gouvernement a manqué d'être renversé. Rome a tempêté, menacé et finalement gagné la bataille diplomatique. La famille est revenue en Italie.

Pour ce qui concerne Mukhtar Ablyazov, l'affaire s'est avérée plus délicate car il s'était réfugié en France terre d'asile où il n'existe aucun accord judiciaire avec le Kazakhstan. Qu'importe, les Kazakhs ont fait jouer leurs relations avec les Russes et les Ukraniens lesquels ont demandé à Paris via Interpol l'extradition de l'ex-ministre milliardaire pour affaire d'argent les concernant.

Le 31 juillet 2013 un commando de policiers appuyé par un hélicoptère s'est saisi du suspect alors qu'il barbotait dans la piscine de sa somptueuse résidence sur les hauteurs de Cannes. Incarcéré à Luynes. Procédure judiciaire accélérée. Audience le 1er août, appel, renvois, réquisitions du parquet, plaidoiries des avocats, délibérés...Mobilisation d'Amnesty International et de la FIDH. Finalement, la cour d'appel d'Aix en Provence a jugé le 9 janvier de cette année que la demande d'extradition de Moscou était légalement fondée.

Dans son arrêt circonstancié elle prend soin au passage de couper l'herbe sous les pieds des géo conspirationnistes amateurs et de leurs naïfs lecteurs qui iraient suspecter un quelconque subterfuge pour récupérer une broutille de quelques milliards ! : « Aucun élément sérieux ne permet de considérer que l'Etat Russe présente la demande d'extradition de mauvaise foi, aux seules fins de complaire au Kazakhstan, sauf à se livrer à une analyse de géo-politique sur les relations entre les pays d'Asie centrale et la Russie particulièrement hasardeuse... ». Exit le Kazakh.

Tombant de l'armoire avec sa ribambelle d'avocats, Ablyazov s'est aussitôt pourvu en cassation, ce qui suspend son expulsion. Il gagne un à deux ans de répit et atteste d'expérience que malgré toutes les critiques ; les prisons de France sont bien plus confortables que celles de Russie, d'Ukraine et du Kazakhstan réunis.

À Astana, la capitale du Kazakhstan perdue au milieu des steppes, le Président septuagénaire impatient a grogné. Il veut Ablyazov dans ses gêoles ou à la rigueur dans une colonie pénitentiaire russe ou ukrainienne. Alors, diplomates et services en tous genres ont été mobilisés. Paris a fait valoir que la loi était la loi. C'est un langage difficile à traduire à Nazarbaïev. Les Français n'ont qu'à modifier la Constitution !

Les Russes, dont les relations avec Paris sont glaciales ont malicieusement ajouté quelques grêlons. Le 14 janvier, ils ont embastillé Eric Cokini, un VRP du made in France qui était de passage à Moscou, au motif qu'il était réclamé par la justice d'Ouzbékistan, un pays voisin du Kazakhstan encore plus négligeant en matière de droits de l'Homme. Pourtant, Cokini n'est pas un ancien ministre ni un milliardaire ! Mais le témoin supposé témoin de transactions embarrassantes pour les puissants. C'est un quidam ruiné, un besogneux du commerce extérieur de la France qui ne demande qu'à retrouver sa famille à Nice !...

Otages de la déraison d'Etat Ouzbek, il encoure la torture et la survie incertaine dans un cachot de Tachkent.

L'extradition d'hommes d'affaires est une forme de diplomatie judiciaire du commerce extérieur que n'affectionnent pas particulièrement les juges. Qu'ils soient français ou russes. C'est pourquoi, il se pourrait que par un effet miroir déformant, le Procureur de Moscou donne une leçon d'indépendance en ordonnant la libération d'Eric Cokini.

C'est ce que ses amis très nombreux espèrent.

 

 

À lire l'enquête scrupuleuse d'Agathe Duparc : http://www.mediapart.fr/journal/international/260114/ablyazov-ce-milliardaire-kazakh-que-la-france-veut-extrader

rappel : http://blogs.mediapart.fr/blog/hedy-belhassine/060214/laffaire-cokini

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.