HEDY BELHASSINE
Abonné·e de Mediapart

231 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Le dangereux métier de journaliste en Tunisie

Maltraiter un journaliste, c'est maltraiter ses lecteurs. La violente interpellation policière de Mathieu Galtier à Tunis vendredi dernier fait resurgir le triste et honteux souvenir de l'agression de son confrère Christophe Boltanski en novembre 2005.

HEDY BELHASSINE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au milieu du siècle passé alors que la Tunisie vient à peine d’accéder à l’indépendance, deux reporters d’un hebdomadaire parisien sont accrédités pour aller faire un reportage à la frontière tunisienne et approcher les forces de libération nationale algériennes qui affrontent l’armée française. À Tunis, ils sont reçus par les autorités bien disposées à faciliter leur reportage. Le ministre de l’Intérieur téléphone au gouverneur d’une région du Nord-Ouest, un homme affable, apprécié du Président, grand diplomate, maniant le verbe avec raffinement. Celui-ci donne immédiatement des instructions à son délégué, un ancien fellaga dévoué mais couillon « … tu en prends bien soin, tu t’en occupes personnellement et tu me les ramènes avant le dîner » lui dit-il. Las, par une tragique interprétation des mots en allusions, l’homme exécutera les journalistes avant de les livrer sur le plateau d’une camionnette au gouverneur que le spectacle fit tourner de l’oeil. Le pouvoir attribua ces meurtres à un commando du FLN infiltré, et le sinistre malentendu demeura secret.

Habib Bourguiba tenait le pays d’une main de fer mais, soucieux de son image et de celle de la Tunisie, il respectait la presse, surtout celle de l'étranger. Les seigneurs des médias de l’époque, Jean Lacouture, Jean Daniel, Béchir Ben Yahmed avaient table ouverte chez le Président; malgré ses articles incisifs qui fâchaient Carthage, le correspondant du Monde Paul Balta y était lu à la pointe du crayon; le couple  Matthews envoyés spéciaux de la BBC et  du New York Times n’ont jamais été inquiétés dans leur havre de Sidi Bou Saïd où défilait l’opposition; l’étonnante et inoubliable Tanya sera la première journaliste à annoncer le coup d’état qui renversa Bourguiba.

Le nouveau dictateur qui s’installe à Carthage en 1987 le général Ben Ali surnommé « bac moins trois », déchiffrait mal le français. Son ministre de l’Information s’en chargeait, et pour plaire, s’évertuait en manoeuvres de séduction et de franche corruption. Quelques plumitifs parisiens s’y laissèrent prendre, mais ces thuriféraires, sans doute pour mieux être payés, en faisaient des tonnes au point d’être discrédités par leurs lecteurs et méprisés par leurs confrères. Alors  les services de police multiplièrent les pièges à chantage et les opérations d’intimidation. Le 11 novembre 2005 Christophe Boltanski, écrivain et grand reporter à Libération est agressé en plein jour par six hommes dans une rue du centre de Tunis. Gazé, il reçoit des méchants coups et se prend une estafilade profonde au couteau dans le dos. Ce n’est pas une agression banale. Chacun comprend qui sont les « voyous ». Le ministère de l’Intérieur ouvre une enquête pour la forme. L’ambassadeur de France ne lève pas un sourcil, il envoie au chevet du blessé un jeune vice-consul porteur du conseil d’aller se faire hospitaliser à Paris. Six années plus tard, au lendemain de la révolution, des hauts gradés du ministère de l’Intérieur avoueront aux cyber activistes de Nawaat avoir agi sur ordre du Président  Ben Ali qui avait demandé au directeur de la sécurité de « punir » le journaliste français aux articles audacieux.

Vendredi dernier 14 janvier 2022 à Tunis, quelques centaines de militants parviennent à gagner l’avenue Bourguiba malgré les innombrables barrages filtrants des forces de l’ordre qui quadrillent la centre ville. Les manifestants veulent célébrer la fuite de Ben Ali le 14 janvier 2011, date devenue l’anniversaire contesté de la « Libération » du pays. Prétextant le Covid, le Président Saïed a interdit le rassemblement. 

Les policiers sont plus nombreux que les manifestants mais tous les journalistes et correspondants sont présents. Une dizaine d’entre eux sont insultés et bousculés.

Mathieu Galtier l’envoyé de Libération, de Jeune Afrique et RFI est particulièrement menacé. Il est soudain violemment interpellé par des policiers puis tabassé dans un fourgon: il hurle: « je suis un journaliste français…ana sahhafi françaoui »  Rien n’y fait, les coups pleuvent. Commissariat, notes et film confisqués, hôpital, 15 jours d’incapacité, la correction est sévère. Comme Boltanski, Galtier s’en souviendra. Ses confrères de Mediapart, du Point, du Monde et La Croix… tous les envoyés de la presse française et étrangère méditent la leçon. Nul ne croit à une bavure. Les services de sécurité tunisiens sont expérimentés, entrainés et disciplinés, ils ne lèvent jamais la matraque - surtout sur un journaliste étranger - sans  ordre de leur hiérarchie. Qui est responsable ? Un quotidien algérien irrévérentieux titre « Le dérapage de trop de Kaïes Saïed ». Une enquête est en cours. En coulisse l’affaire a des répercussions. Par une coïncidence innocente sans doute, le même jour, l’ambassadeur de France était reçu au ministère tunisien des Affaires étrangères. Dans un communiqué, chef d’oeuvre de diplomatie subliminale, où l’agression de Mathieu Galtier n’est pas même évoquée, ambassadeur et ministre « … se sont félicités de la qualité de la relation … (et) les prochaines échéances en préparation permettront de renforcer encore l’amitié entre la France et la Tunisie » Trois jours plus tard, dans un tweet, l’ambassadeur de France déclare « sa solidarité » et le site ministériel France Diplomatie d’ajouter une alerte aux Français de Tunisie: «  Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement » Sans doute à cause du Covid !

https://nawaat.org/2012/05/05/la-verite-devoilee-de-laffaire-christophe-boltanski/

https://www.liberation.fr/international/afrique/le-correspondant-de-libe-en-tunisie-tabasse-par-la-police-20220114_IL5CIWQLNFHHBCZ3A7B5WSZRTE/

https://www.liberte-algerie.com/international/le-derapage-de-trop-de-kais-saied-371662

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana