HEDY BELHASSINE
Abonné·e de Mediapart

225 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

"L'injure, blessure du Moi" d'Évelyne Larguèche

Il y a des mots-bombes qui font long feu et d’autres qui tuent. Pourquoi ? Quel est le mécanisme irrépressible du crachat d’adjectifs ? L’injure est un sujet d’étude qui heurte le sensible, l’émotionnel, l’intime. Évelyne Larguèche vient de publier un petit livre qui fera du bien à tout un chacun.

HEDY BELHASSINE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n’ai jamais entendu ma mère dire un gros mot. Lorsque par inadvertance elle laissait tomber un objet ou se brûlait les doigts, elle tapait du pied et lâchait un « zut ! » presque inaudible. A-t-elle jamais perdu son sang-froid ? A-t-elle jamais été en colère au point d’insulter ? Je n’en ai jamais été témoin. Sa pire injure était de traiter l’offenseur - hors de sa présence ou in petto - de « cochon ». Mon père qui avait lui aussi reçu une éducation d’un autre temps ne possédait qu’un seul adjectif sans appel pour qualifier l’ignoble « c’est un salaud ! » Jugement définitif hérité de la résistance qui voulait dire « traitre ».

Dans les milieux bourgeois du mi siècle dernier, employer des mots sales ou blessants, c’était meurtrir sa propre  langue, c’était s’abaisser. L’injure se retournait contre soi en auto-flagellation douloureuse; elle était le signe d’un dérangement cérébral, d’un emportement clinique, d’une inconvenante absence de maîtrise de soi. À l’école on ricochait « c’est celui qui le dit qui l’est », « …toi même ! ». La grossièreté était absente de l’espace public chez les grandes personnes. Dans la sphère politique, on s’invectivait copieusement en échangeant des noms d’oiseaux mais rarement des mots vulgaires à connotation sexuelle ou scatologique.

L’injure publique   Le Président Chirac fut le dernier spécimen du politiquement convenable. Un jour qu’il était traité par un quidam de « connard ! » il répondit calmement en lui tendant la main « enchanté, moi c’est Chirac ! »; son successeur Sarkozy se suicidera politiquement d’une formule que le peuple blessé retournera contre lui « casse-toi pauvre con ! »; Hollande ne parviendra pas à fidéliser l’électorat des « sans-dents ». Enfin il est improbable que les amis de la terre pardonnent à Macron de les avoir comparés aux Amish et que les gilets jaunes oublient de sitôt que leurs aides sociales coûtent « un pognon de dingue ». L’injure en politique est un projectile à fragmentation qui blesse profondément et sans discernement, y compris parfois ceux de son camp.

Les mots peuvent être des gifles inoubliables, traumatisantes. Quand sur l’estrade de la classe on est systématiquement traité d’imbécile par l’instituteur: on s’en souvient, on le devient, c’est freudien. La blessure psychologique est amplifiée par l’audience, par les ricanements réels ou supposés ambiants. Être traité de XXX au téléphone est sans importance, mais à la radio, à la télévision, en réunion ou sur les réseaux sociaux, c’est autre chose.

L’injure raciste    Le 14 juillet 1900 les troupes africaines défilaient sur les Champs-Élysées applaudies par une foule criant « vive les Nègres ! » : nulle injure, nul racisme.  Il faudra attendre 1948, la colère de Senghor  « Je déchirerai les rires Banania sur tous les murs de France » (Hosties noires)  pour que les blancs se rendent compte que l’homme couleur chocolat toutes dents dehors et coiffé d’une chéchia, affiché sur tous les murs de France avec le slogan « Y’a Bon Banania », provoquait une douleur insupportable. 

Traiter un arabe « d’Arabe » lorsqu’on est soi même arabe est une injure car elle revoie à la domination coloniale mais traiter un juif de « Juif »  dans une synagogue fera sourire l’entourage. Pourquoi ? Il y a des mots-bombes qui font long feu et d’autres qui tuent. Quelles en sont les raisons ?

L’insulte peut-elle se dissimuler dans les objets ? L’art qui gribouille la toile, triture le bronze, expose un bidet, joue des sons dissonants, rap ?…Le mauvais goût qui offense, écoeure à vomir. La dysharmonie gustative de la tartine de camembert trempée dans le café crème fait frémir. Tout est relatif. Les goûts et les couleurs…Est on encore dans le champ de l’injure, quel est est le périmètre ? Comment la différencier, comment la caractériser ?

L’injure comme thérapie ?  Se prémunir de l’insulte permet sans doute de conserver son équilibre psychologique, mais  insulter est peut-être un exutoire ?  La voiture est un lieu privilégié. On y est traité « d’abruti, de parisien, de paysan… ». On soulage l’offense passagère en répliquant de la même façon bien à l’abri de sa vitre car le défi appelle rarement au duel sur le parking ou au pugilat sur le capot. Quelques rues plus loin on s’injurie soi même de s’être trompé de chemin. Tout cela ne prête pas à conséquence car on est à huis clos. Pour cicatriser l’oreille, on fera à des tiers acquis à sa cause, le récit de l’événement. 

Comment expliquer la violence verbale collective - sans doute exutoire - qui saisit la foule des supporters pour « lyncher » l’arbitre ? Puis, le jeu reprend et tout est oublié. Sauf quand c’est Zidane, alors la réplique par un coup de boule devient légende.

L’injure concerne tout un chacun et pourtant c’est un sujet d’étude escamoté. 

« La blessure du Moi »    « L’injure est un scénario qui se joue à trois et non à deux ». C’est ce que j’ai appris en lisant un petit livre de 130 pages paru sous le titre « L’injure, la blessure du Moi » aux éditions In Press dans la collection Psy pour tous. Son auteure Évelyne Larguèche est LA spécialiste de la question. Cette sociologue, anthropologue, docteure en Psychopathologie… décrypte les mécanismes de l’injure depuis un demi-siècle. Dans tous les colloques sa parole en toutes langues fait autorité. Sa dernière parution condense la douzaine d’ouvrages très savants qu’elle a publiés sur le sujet. Ce petit livre se glisse dans la poche comme un « Que sais-je » qui ne s’adresserait pas qu’aux « Nuls ». Il a l’immense et rare mérite de pouvoir être lu et compris par le néophyte qui s’en donnera la peine. Écriture rare dans les milieux académiques, il est rédigé à la première personne du singulier. Ce « je » assumé  renforce la clarté et la conviction des thèses défendues. Chaque paragraphe m’a contraint à marquer une pause, à lever la tête pour méditer un instant l’évidence des mécanismes de l’emportement. J’étais le Monsieur Jourdain qui depuis plus de quarante ans… Évelyne Larguèche, je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela !

Pourquoi injurier ?     Quel est le mécanisme quasi irrépressible du crachat de mots ? Pour Larguèche, l’injure ne serait pas seulement une arme offensive mais un bouclier. Elle distingue « L’injure spécifique est pour l’injurieur un mécanisme de défense au service de son Moi qui lui permet de récupérer une maîtrise là où il y a eu débordement, et en quelque sorte de sauvegarder son idéal du Moi » Par opposition,  l’injure non-spécifique en « réduisant l’injurié à être un objet manipulé, brutalisé, morcelé, réduit à l’impuissance a pour corollaire la confirmation de sa propre puissance » et de citer le cas de l’ambassadeur de Chine qui traite un chercheur français de « Petite frappe » ?

Évelyne Larguèche passe méticuleusement au doppler les échos d’un projectile mal connu. Son livre force l’intelligence du lecteur, il l’aide à comprendre donc à se prémunir. Si après l’avoir lu vous êtes victime, témoin ou même l’auteur d’une injure vous serez porté à froidement analyser son mécanisme et constater que vous êtes vacciné contre la blessure de votre Moi. Et non d’un chien par les temps qui courent, c’est pas rien !…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose