HEDY BELHASSINE
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2014

Tous des égorgés

HEDY BELHASSINE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Ya dhabbah ! » Peut-être m'avait-il bousculé ? Je me suis retourné. Je l'ai vu. Alors j'ai explosé. « Maudite soit la religion de ta mère qui t'a enfanté.... tartuffe, renégat, apostat... » Le barbu déguisé en Pachtoune s'est vite éloigné vers la sortie du centre commercial entrainant une Belphégor aux yeux clairs et un enfant en poussette. A-t-il compris ? Savait-il l'arabe ? Alors qu'autour de moi un petit attroupement se formait il a brandi l'index, prenant Allah à témoin. J'ai hurlé en français « égorgeur ! » Un vigile qui passait par là m'a emprisonné dans ses bras « calmez vous monsieur, vous avez raison, je vous comprends je suis musulman, calmez vous... »

Nous sommes tous Gourdelisés. 

Il est devenu insupportable de croiser les signes ostensibles qu'arborent les salafistes : le poil au menton, les sandalettes, le pantalon sous la jupe, le sourire béat et le regard fixe vers l'au-delà. Désormais, la passante innocente en hijab m'insupporte. Je change de trottoir en demandant pardon.

En tuant Hervé Gourdel l'assassin a essaimé la révolution arabe dans la suspicion de la rue française.

Pour abroger leur destin de misère, les Tunisiens par centaines s'étaient immolés. Puis, les Libyens, les Syriens et les Irakiens se sont entretués par milliers. La Bastille c'était Sidi Bouzid, la terreur, c'est Mossoul. Le Tigre est rouge de sang depuis Mossoul jusqu'à Bagdad.

Mais la Loire a déjà donné ! En quoi sommes nous concernés ? Les Français qui connaissent pourtant l'Histoire n'ont hélas retenu de l'Orient que les croisades, les colonies et les bonnes affaires. Ils ont ignoré que les droits de l'homme, l'Etre suprême et autres laïcités y étaient des concepts incongrus et que seul le dogme de la religion dominait la pensée politique. En Israël les intégristes sont au pouvoir. Chez les arabes, le salafisme, passéiste, sectaire, régressif, ultra minoritaire a été propagé à coups de milliards par la monarchie saoudienne, une pétaudière de 4 000 richissimes princes corrupteurs. C'est depuis l'Arabie que l'idéologie de la contrainte, de l'exclusion et de la cruauté a proliféré. Le modèle saoudien a été exporté et testé en Afghanistan. Aujourd'hui, il est appliqué en Irak et en Syrie. Car dans le triste Etat islamique du Levant, les libertés publiques tout comme en Arabie Saoudite ont été assassinées. La femme y est devenue objet empaqueté, les hommes et les enfants sont endoctrinés à coups de fouets : interdiction de rire, de chanter, de danser, de fumer, d'écouter de la musique, pas de théâtre ni de cinéma, de salles de sport...la joie de vivre a été abolie.

Mais à la différence de Mossoul il faut reconnaître qu'à Riyad la capitale de l'Arabie Saoudite, on décapite proprement. Cela se passe le vendredi en place publique. Le bourreau pique le dos du condamné à la pointe du sabre, instinctivement le pauvre diable agenouillé se redresse et tend le cou, la lame le fauche dans l'instant. « La tête vole, le sang jaillit, l'homme n'est plus ».

Barbarie d'un autre âge que la France n'a pas oublié.

Le Docteur Louis et Monsieur Guillotin étaient des humanistes soucieux d'épargner l'agonie des suppliciés. Ils avaient scientifiquement étudié le tempo du trépas afin qu'il soit instantané. La mise en scène du réveil à l'aube, le petit verre de gnôle, le crucifix brandi par le prêtre, les ciseaux du barbier sur le col et les mèches... bref, avant même d'avoir atteint l'échafaud, le cœur du condamné défaillait. La lame du couperet le faisait repartir de plus belle provoquant un geyser d'hémoglobine. La foule acclamait l'exploit.

La machine tranchait les têtes par milliers. Par pitié sans doute, les enfants et les femmes enceintes étaient épargnés, mais pas les vieux dont une centaine, y compris une impotente de 88 ans, furent proprement étêtés. La guillotine était devenue la façon la plus à la mode de mourir. Bravant l'issue fatale, les snobs faisaient la fête sur la charrette: « on eut juré qu'ils partaient vers un voyage de plaisir » écrivait la Comtesse Dash. La romancière, par prémonition sans doute, avait adopté ce pseudonyme qui deviendra à la lettre près, la francisation de l'acronyme arabe (dawlat islamiya fil iraq wa sham) : Daesh.

C'était il y a deux siècles et des années. C'était hier !

Las, la Mésopotamie rejoint l'Europe dans l'histoire de l'horreur. Dieu, comme d'habitude, est le grand absent, car mêmement aujourd'hui la religion est étrangère au sang répandu en son nom.

Dans l'Etat du Levant, la foule vocifère à pleins poumons qu'Allah est grand.

Allah en colère les entend. Il réserve son châtiment à ces mutants qui ont commis le plus grand des crimes en assassinant malproprement.

Car celui qui n'applique pas à l'homme la loi que l'islam réserve pourtant aux animaux n'est plus un musulman.

L'imam An Nawawi, Cheikh de l'islam dont l'interprétation du Coran fait jurisprudence depuis huit siècles recommande pour l'abattage rituel « de ne pas affuter le couteau près de la bête et de ne pas égorger l'une en présence de l'autre ». Il préconise de coucher l'animal sur le flanc et d'éviter de lui lier les pattes afin d'éviter de l'effrayer inutilement.

Le calife apostat est un méprisable boucher.

Le 4 octobre prochain, la planète musulmane célèbrera Aïd al Adha la fête du sacrifice. En France, en hommage à la mémoire de Gourdel l'égorgé, d'aucuns épargneront le mouton.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu