Tunisie la Révolution en mode suicide

Le retour des vieux démons de la pagaille, de la division, de l'individualisme, de l'anarchisme et du tribalisme menacent les acquis de la Révolution tunisienne.

Il y a 2 500 ans, Amilcar vaincu, se suicida en se jetant dans le brasier qui consumait les dépouilles de ses soldats. Et Carthage le célébra en héros. 

Il y a dix ans, c’est le même sentiment de honte qui poussa Bouazizi giflé sur la place du marché par une policière à s’immoler par le feu. Et la Tunisie se révolta.

Depuis, il n’est pas de semaine sans que des désespérés choisissent le même sort. Ils affrontent la mort lente dans d'atroces souffrances accusant Allah et les vivants de les avoir abandonnés. D’autres - 15 000 cette année - tentent de gagner l’Italie au péril de la noyade, d’autres enfin - 6 000 -  se sont enrôlés comme mercenaires en Syrie ou en Libye. La même contagion a gagné les élites, ingénieurs, médecins, techniciens…qui partent s’installer à l’étranger. 

Faute de perspective, la jeunesse tunisienne fuit la vie de son pays. De ce point de vue, la révolution est un échec. Le prix de la liberté est trop élevé. La démocratie n’est pas un vaccin contre les misères des hommes.

Un peuple en souffrance

Depuis 2010, le revenu par tête d’habitant a chuté de 4 070 à 3 370 $ (banque mondiale). À de rares exceptions, comme pour le tabac et la bière, la plupart des indices de production ont dévissé. Les secteurs lucratifs comme le tourisme ou les phosphates sont totalement sinistrés. 

Cette paupérisation désespérante est cause de rage et de révolte. Sporadiquement, les routes sont bloquées, les usines assiégées. Les jeunes réclament le droit au partage des richesses spoliées par les maffias dont les pouvoirs paraissent désormais hors d’atteinte. Le SMIG horaire frôle les 2 dinars, soit 60 centimes d’euros (10,25 euros en France). Il permet tout juste de subsister en se nourrissant de produits de base subventionnés (pain, huile, semoule…)

La Covid

La pandémie dont la première vague printanière avait été esquivée grâce à des mesures précoces appropriées n’avait fait que 50 victimes, la seconde qui s’est abattue cruellement depuis la fin de l’été dénombre à ce jour plus de 4 000 décès pour 12 millions d’habitants. Ce drame absolu emporte les plus âgés donc les plus vénérés de la société. Il bouscule les rites religieux et les traditions du deuil. Il perturbe les esprits les plus rationnels. Le pays confiné, recroquevillé sur lui même, souffre de l’absence de perspective et dresse le constat de l’échec de sa révolution.

Une administration paralysée

Pour amadouer la colère et s’assurer une clientèle, les gouvernements successifs (un par an en moyenne) ont embauché massivement des fonctionnaires et assimilés. Leur nombre est passé de 400 000 à 800 000 en moins de dix ans. Ces privilégiés jalousés absorbent la moitié du budget de l’État. Mal payés, ils entravent le bon fonctionnement de l’administration par l’usage quasi généralisée de la corruption. 

L’enseignement public continue de se déliter et l’érosion du français - réservé aux enfants de nantis - produit des diplômés monolingues d’une médiocre pensée, finalement frustrés de ne pouvoir immigrer en Europe. Les cliniques privées prospèrent grâce à l’afflux des réfugiés libyens fortunés, mais aucun hôpital public n’a été inauguré à l’exception de celui de Sfax, financé par la Chine. Les promesses françaises, saoudiennes, qataris n’étaient que fumée. 

L’agriculture attend toujours la redistribution des quelque 500 000 hectares hérités de la colonisation que l’État a nationalisés en 1964 ! 

Les infrastructures citadines et routières ne sont plus entretenues, les banlieues de la capitale ressemblent à des déchèteries à ciel ouvert, les eaux usées des hôtels de luxe se déversent dans la mer. 

Chaque semaine, la presse relate un fait divers atroce comme celui de la mort accidentelle d’un médecin dans la cage d’ascenseur d’un hôpital ou d’une enfant tombée dans une bouche d’égout…

L’ensemble du secteur public est sinistré. Le pays présente au visiteur surpris l’image d’un pays en voie de sous développement.

La pagaille

Salué dans le monde entier pour les vertus qu’il affiche à chaque élection le processus démocratique a enfanté d’un système qui paralyse toute gouvernance. C’est le retour « des vieux démons de la pagaille, de la division, de l’individualisme, de l’anarchisme, et du tribalisme… » (Bourguiba Monde Diplomatique mai 1969)

L’assemblée législative, mosaïque fidèle de toutes les tendances politiques peine à s’entendre sur l’essentiel. Pour l’année écoulée, les lois votées se comptent sur les doigts d’une main. Une minorité de députés abusent de leur immunité, accaparent les travées, profèrent des incongruités en séance, assomment leurs collègues dans les couloirs. De véritables batailles rangées de collégiens opposent les représentants du peuple sous les caméras d’une nation affligée. Leurs divisions ne portent pas sur l’avenir du pays mais sur des incongruités. Pour le groupe des 18 députés  d’Al Karama les femmes sont des objets animés qui doivent rester à la maison; le blasphème mérite la décapitation; Allah d’abord, la République ensuite !… Les islamistes modérés d’Ennahdha qui se définissent comme « démocrates musulmans » louvoient pour conserver les avantages d’une précaire majorité. Leur leader Ghannouchi qui préside l’Assemblée ménage ses « frères » d’extrême droite. Les islamistes sont contrariés par le Parti Destourien Libre de la vibrillonnante avocate Abir Moussi qui  se revendique de l’héritage séculier de Bourguiba. 

Pendant que les législateurs se chamaillent, près d’un million d’oubliés cherchent un emploi.

Une gouvernance sans bousole

Le Président de la République Kaïes Saïed dont les pouvoirs constitutionnels réservés sont la défense, la sécurité et les affaires étrangères, parait totalement dépassé par. Il professe, il dogmatise, il esquive l’échange et le dialogue, il discourt en arabe littéraire, abusant de formules impériales et péremptoire d’un ton tranchant qui n’admet pas le doute.

Sans doute frustré que son pays compte pour peu sur la scène internationale il vient de se faire remarquer par la reprise de la déclaration sentencieuse qu’il avait lancée pendant sa campagne électorale: « Toute normalisation avec Israël est une trahison » 

Ce nouveau pois chiche dans la chorba tunisienne a éclaboussé Washington et Paris alors même que les deux capitales multipliaient les avances et les promesses pour que la Tunisie rejoigne les Émirats Arabes-Unis, Bahrein, le Soudan et le Maroc dans « le pacte d’Abraham » avec Israël.

Pragmatique, le Premier ministre tunisien Hischem Mechichi s’est précipité à Paris pour tenter de modérer cette position en mettant dans la balance l’urgence d’un besoin de 5 milliards d’euros. Il a été aussitôt recadré par Carthage dont l’alignement sur Ankara, Doha, Alger et Tripoli ne fait à présent plus de doute. 

C’est la première fois dans son histoire que la Tunisie tourne simultanément le dos à Washington et à Paris. Pour autant, les liens avec les États-Unis et l’Europe au plan militaire et sécuritaire ne semblent pas pour l’instant altérés. Mais ce coup de menton aura des conséquences sur l’avenir de la Tunisie qui ne dépend pas seulement de facteurs internes, mais aussi de la bienveillance de ses protecteurs étrangers. Le choix diplomatique honorable de Carthage d’une suprême audace, est celui d’une révolution qui n’a plus rien à perdre que d’être contrainte à s’immoler par le feu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.