heimbergch
Charles Heimberg. Historien et didacticien de l'histoire
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 sept. 2009

La brèche de Porta Pia, 20 septembre 1870 : une amnésie délibérée en Italie

heimbergch
Charles Heimberg. Historien et didacticien de l'histoire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Italie, dans les bourgs et les villes, au nord comme au sud, de nombreuses places et boulevards portent le nom du 20 septembre. Alors que cette date ne donne plus lieu depuis longtemps à la moindre commémoration, elle a été maintenue dans la toponymie urbaine, sans doute par oubli et par ignorance de sa véritable signification.

Le 20 septembre 1870, le général Raffaele Cadorna et ses troupes ouvrent une brèche à Porta Pia et pénètrent dans la ville de Rome. C’est la dernière étape de la réalisation de l’unité italienne, la ville aux sept collines étant enfin libérée du pouvoir temporel du pape et de l’Église catholique.

Cette date incarne donc le principe de laïcité et la possibilité de construire une démocratie libérée de toute influence cléricale. À partir de 1895, ce 20-Septembre est devenu un jour de fête. Mais à la fin des années 1920, le fascisme l’a supprimée après la signature des Accords de Latran qui portent reconnaissance de l’État du Vatican.

La mémoire collective et les pratiques commémoratives résultent toujours de constructions politiques et sociales. Présentes ou absentes, elles relèvent de choix, délibérés ou parfois implicites, qui trouvent leur sens dans le présent. Aujourd’hui, malgré une séparation officielle de l’Église et de l’État dans la Constitution italienne de l’après Seconde Guerre mondiale, l’influence du catholicisme sur la société transalpine demeure très importante. Elle est même aussi impressionnante qu’inquiétante s’agissant des questions d’éthique qui sont débattues dans l’espace public.

En Italie, des crucifix continuent par exemple d’orner les salles de classe des écoles publiques. Et pendant ce temps, des places, des villes, des hôtels continuent de porter ce nom du 20-Septembre, comme si de rien n’était…

Charles Heimberg (Genève)

Source : « Quando il 20 settembre in Italia era un giorno di festa », Il Manifesto, 20 septembre 2009, p. 4.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte