heimbergch
Charles Heimberg. Historien et didacticien de l'histoire
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 juil. 2008

La fête nationale suisse du 1er Août, un parfait mésusage de l’histoire

Depuis la fin du XIXe siècle, la Suisse célèbre sa fête nationale chaque 1er août parce qu’un pacte d’alliance défensive entre trois vallées alpines de Suisse centrale, daté des premiers jours du mois d’août 1291, a été tardivement considéré comme l’acte fondateur du pays.

heimbergch
Charles Heimberg. Historien et didacticien de l'histoire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis la fin du XIXe siècle, la Suisse célèbre sa fête nationale chaque 1er août parce qu’un pacte d’alliance défensive entre trois vallées alpines de Suisse centrale, daté des premiers jours du mois d’août 1291, a été tardivement considéré comme l’acte fondateur du pays.

À l’époque de ce choix, il fallait gommer le souvenir d’une brève guerre civile, la guerre du Sonderbund de 1847, qui était à l’origine de la fondation, en 1848, de l’État fédéral moderne. Les anciens adversaires de 1847, radicaux et conservateurs, désormais réconciliés et unis face à l’affirmation du mouvement ouvrier, ont préféré « inventer » la tradition mythique d’une fondation médiévale de la Suisse.

La célébration du 1er Août est devenue depuis lors une tradition forte, avec ses feux, ses lampions et ses discours patriotiques dans chaque commune suisse. Axée sur des mythes fondateurs qui évitent toute posture critique à l’égard du présent, cette fête est profondément conservatrice, à l’image d’un pays culturellement refermé sur lui-même au cœur de l’Europe (mais bien plus ouvert sur le plan économique…). En outre, depuis quelques années, la plaine mythique du Grutli, lieu désigné par la légende comme celui de la promulgation du fameux pacte, attire des manifestations d’extrême-droite particulièrement nauséabondes.Qu’elle qu’en soit la pertinence historique, cette fête patriotique a un grand défaut : à l’instar du pacte qu’elle célèbre, elle ne promeut pas la démocratie, et en tout cas pas la démocratie moderne dans une société de masse au caractère multiculturel prononcé ; elle ne promeut guère que l’indépendance contre l’extérieur et contre l’étranger. C’est la raison pour laquelle, à l’heure de la montée, en Suisse et ailleurs, du national-populisme xénophobe, cette célébration ne va guère dans le sens de l’affirmation des droits démocratiques de tous.

Le 1er Août marque aussi l’écart grandissant entre la recherche historique et les usages publics du passé. À la fin du XIXe siècle, on avait choisi le pacte de 1291 plutôt que la légende de Guillaume Tell, parce que cela correspondait mieux, en disposant de la matérialité d’un document, à l’approche positiviste de l’histoire qui marquait cette époque. Aujourd’hui, les historiens ne remettent pas seulement en cause l’interprétation du pacte comme acte fondateur de la Suisse, mais ils ont aussi de grands doutes, à l’instar de l’historien médiéviste Roger Sablonier (voir son livre Gründungszeit ohne Eidgenossen, Baden, Verlag hier + jetzt, 2008), quant à l’authenticité matérielle et à la datation de ce pacte. Ce qui n’empêche ceux qui s’attellent à la vulgarisation de l’histoire pour le grand public de valoriser ces mythes et ces légendes envers et contre tout en nous les présentant aujourd’hui encore comme « vraisemblables » (comme le fait Georges Andrey dans L’histoire de la Suisse pour les nuls, Paris, First, 2007).

En Suisse, comme ailleurs, s’observent dans l’espace public des usages et des mésusages de l’histoire. Le gouvernement suisse avait eu le courage, il y a quelques années, sous l’effet d’une grave crise internationale, de mandater une Commission internationale d’experts pour qu’ils examinent l’attitude des autorités et des élites helvétiques face au national-socialisme. Une fois publiés les résultats –affligeants à bien des égards, mais nuancés- de ces travaux, le monde politique n’a en revanche pas eu le courage d’en débattre pour l’avenir. Aussi la persistance de la diversion des mythes et du folklore chaque 1er Août constitue-t-elle un parfait, et regrettable, mésusage de l’histoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale