Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 nov. 2017

James Baldwin et Elise Vigier à Créteil : NAÎTRE HORS DU MONDE

Je suis optimiste parce que je suis vivant. Vivre avec la peur au ventre. Comment ne pas répondre à la haine par la haine. La guerre est déclarée. Nous sommes tous libres de vivre dans nos ghettos. Eliminer le vivant de la face de la terre. Tu as déjà tué un nègre dans ta vie ? Pas encore ? Comment représenter au théâtre l’excellence d’un ancien combat politique dans ces temps de misères ?

Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vivre avec la peur au ventre. Pouvoir être assassiné, comme ça, pour rien. Tu as déjà tué un nègre dans ta vie ? Pas encore ? Le long chemin qui va de l’horreur à l’humanité. Naître hors du monde et avoir le ghetto comme seul lieu de repos. Le ghetto : l’endogamie, la violence des ruines, l’inceste, le meurtre entre les mêmes. Être constitué par la haine de l’autre, avoir affaire à cela tout le temps. Comment ne pas répondre à la haine par la haine. L’immense courage de parier, malgré tout le dégoût, sur la pensée, sur la rencontre. Vivre est un travail de création à plein temps. La phrase terrible de Baldwin : je suis optimiste parce que je suis vivant. Affirmer la joie de la vie au milieu du désastre.

Elise Vigier traite ces questions avec une grande réserve, soucieuse qu’aucun alibi ne soit donné au spectateur. Rien d’incantatoire, même le gospel, si important pour la communauté noire américaine, est hors cadre. La scène est l’espace du roman d’une lutte qui a eu lieu. Paroles de cette lutte et de la douleur qui allait avec, très bien rendues par les acteurs Jean-Christophe Folly, Makita Samba, Ludmila Dabo, puis Nanténé Traoré, Willian Edimo et Nicolas Giret-Famin ; dispositif scénique d’Yves Bernard, comme toujours juste et au service de la représentation des pensées de la scène, dispositif dans lequel les images, belles et parfois inquiétantes, de Nicolas Mesdom s’intègrent comme des évidences. Lutte qui a été victorieuse, les images d’archive l’attestent, mais cela ne nous laisse quittes de rien. Vigier ne traite pas cette lutte comme un exemple ; c’est un fait, un fait historique. Et, aujourd’hui, tout reste encore à faire. Elise Vigier, fidèle à James Baldwin, veut qu’on n’oublie pas.

La guerre est déclarée. Aux pauvres. À l’amour. Nous sommes tous libres de vivre dans nos ghettos. La ghettoïsation de la vie. L’énergie gigantesque pour dire non à ça, à toute cette merde.

Être hors du monde. Villiers le Bel. Saint Denis. Toutes les banlieues de la planète. Les Rom. Les fous. Le peuple Palestinien. Le peuple Israélien. Le peuple Brésilien. Le peuple Grec. L’Afrique.

Les milliardaires veulent éliminer le vivant de la face de la terre. Comment représenter au théâtre l’excellence d’un ancien combat politique dans ces temps remplis de tant de misères, de médiocrité, de publicité du mensonge ? L’intransigeance éthique d’Elise Vigier.

La guerre est déclarée.

Harlem Quartet, James Baldwin/ Elise Vigier

Maison des Arts de Créteil Jusqu’au 11 Novembre

Cette mise-en-scène sera reprise :

du 16 au 18 Novembre, au Festival Mettre en Scène, Rennes

au 23 Novembre à L’Avant Seine, Colombes

du 23 au 26 Janvier 2018, au Théâtre de ma Croix-Rousse, Lyon

du 20 au 22 Février 2018 à La Comédie de Caen- Hérouville

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B