Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 nov. 2019

LULA LIBRE : LE COURAGE DE DEUX HOMMES CONTRE LE BRUTALISME BRESILIEN

Le Président Brésilien Lula da Silva vient d'être libéré après 580 jours de prison. Sa condamnation a été une farce juridique dont l'objectif était d'empêcher sa candidature à l'élection présidentielle pour laquelle les pronostiques indiquaient sa victoire dès le premier tour. Ces élections ont amené Jair Bolsonaro au pouvoir.

Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Président Lula da Silva vient d'être libéré après 580 jours de prison. Sa condamnation a été une farce juridique dont l'objectif était d'empêcher sa candidature à l'élection présidentielle pour laquelle les pronostiques indiquaient sa victoire dès le premier tour. Rappel : Lula est celui qui a permis 23millions de familles brésiliennes de manger pour la première fois à leur faim.

Trois facteurs ont été déterminants pour cette libération : l'immense mobilisation populaire, le courage du Président Lula et celui du journaliste Glenn Greenwald.

Lula, qui a toujours refusé tout compromis que lui aurait permis d'avoir un aménagement de sa peine : proclamant son innocence, il refusait de négocier les conséquences d'un jugement qu'il qualifiait d'une mascarade, en même temps qu'il dénonçait l'imposture du juge Sergio Moro, ceci avant et après que celui-ci soit devenu le ministre de la justice du gouvernement Bolsonaro.

Quant à Greenwald, il est un journaliste d'investigation du journal The Intercept, le même journaliste qui a publié les dénonciations d'Edward Snowden sur les programmes de surveillance de masse des citoyens, entreprises et États du monde entier par la NSA, dont le film documentaire Citizenfour a enregistré le moment ainsi que les conditions où ces dénonciations ont été faites. Au Brésil, où il vit, Glenn Greenwald a divulgué il y  quelques mois des échanges de mails, textos et enregistrements entre Moro et le procureur, Deltan Dallagnol, échanges dans lesquels ces deux magistrats organisaient le montage d'une accusation qui devient, après ces révélations, le plus grand scandale du pouvoir judiciaire brésilien et certainement de toute démocratie formelle du monde actuel.

Il faut signaler que la gigantesque médiatisation de cette machination, avec toutes les intrigues corruptions et conspirations qui vont avec, a été pendant des années saluée par les brésiliens comme une entreprise de lavage express ( en brésilien : lava jato) des saletés de la vie politique. Sergio  Moro était un héros national - réputation contre quoi toute voix contraire était inaudible, comme celle de la philosophe Marilena Chaui qui a révélé que le dit héros avait fait un stage dans le FBI. Il faut dire aussi que cet ensemble de fausses accusations et de procès fabriqués, qui ont détruit la vie de beaucoup, a été gobée par un grand nombre de journalistes brésiliens et étrangers (français inclus), même parmi les meilleurs.

Rappelons que dénoncer le cynisme criminel d'un régime où règne ce que le sociologue Pierre Sauvetre appelle le brutalisme, fait de ce lanceur d'alerte une cible de choix pour les néo-nazistes brésiliens qui demandent, en suivant Jair Bolsonaro, le retour de la torture et de la dictature - le meurtre comme méthode de gouvernement.

Ce sont les révélations du journaliste Glenn Greenwald, son courage, rejoignant le courage et la ténacité du Président Lula, qui ont obligé le Suprême Tribunal Fédéral (STF) Brésilien a reconnaître comme anti-constitutionnel l'ordre de prison qu'il avait lui-même prononcé il y a de cela plus d'un an.

Notre gratitude à cet humanisme de combat.

(situation politique à suivre. avec attention et passion) 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch