SOUTIEN À PIERRE DELION

Monsieur le Président du Conseil national de l’Ordre des médecins, Mesdames et messieurs lesparents de personnes autistes,Deux médecins, le Professeur Pierre Delion, « véritable promoteur du Packing en France1 », Chefdu Service Psychiatrie Enfant et Adolescent du CHRU de Lille, et le Professeur David Cohen,Chef du Service Psychiatrie Enfant et Adolescent de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière ont été ousont convoqués devant leurs Conseils départementaux de l’Ordre des médecins suite à la plainted’une association représentant des familles de personnes autistes, l’association Vaincre l’Autisme.

Monsieur le Président du Conseil national de l’Ordre des médecins, Mesdames et messieurs les
parents de personnes autistes,
Deux médecins, le Professeur Pierre Delion, « véritable promoteur du Packing en France1 », Chef
du Service Psychiatrie Enfant et Adolescent du CHRU de Lille, et le Professeur David Cohen,
Chef du Service Psychiatrie Enfant et Adolescent de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière ont été ou
sont convoqués devant leurs Conseils départementaux de l’Ordre des médecins suite à la plainte
d’une association représentant des familles de personnes autistes, l’association Vaincre l’Autisme.
Leur délit : soutenir le principe d’une recherche scientifique validée dans son objet et son
protocole par le Comité de Protection des Personnes du CHRU de Lille, recherche menée dans le
cadre d’un Programme Hospitalier de Recherche Clinique National (PHRC), validé en 2008
(PHRC 2007/1918, n° Eudra CT : 2007-A01376-47), financée par le ministère de la Santé et dont
le thème est « L’efficacité thérapeutique du packing sur les symptômes de troubles graves du
comportement, notamment les automutilations, des enfants porteurs de TED/TSA ».
Ces plaintes2 constituent une véritable attaque personnelle et professionnelle difficile à
comprendre quand on prend le temps de connaître l’objet de ces attaques et les hommes qui en
sont les victimes.
De plus, les comparutions devant le Conseil de l’Ordre s’accompagnent d’appels à la manifestation
devant les dits Conseils, selon des méthodes d’un autre âge qui interrogent sur les véritables
motivations de leurs instigateurs. Elles rejoignent d’autres mobilisations telles celles qui ont
violemment attaqué les équipes pratiquant l’avortement ou celles, plus récentes, exigeant
l’interdiction de représentations culturelles jugées blasphématoires au nom de la religion.
Or, la recherche scientifique est tout sauf un blasphème, même si elle va à l’encontre de
convictions qui peuvent, en elles-mêmes quand elles ne se manifestent pas sur le mode du
dénigrement et de la disqualification, être respectables. La science n’est pas un dogme, Pierre
Delion et David Cohen ne prétendent pas détenir la vérité, ils la cherchent. « Toute connaissance
est issue d’un processus de construction, processus qui consiste en une réorganisation qualitative
de la structure initiale des connaissances et qui peut s’assimiler à un changement de conceptions3.
Pierre Delion rappelle que « ils [les scientifiques] savent bien qu’avant de pouvoir démontrer
quelque vérité scientifique que ce soit, le chercheur émet des hypothèses abductives (j’ai l’intuition
que) puis conduit ses recherches pour tenter de démontrer de façon déductive et inductive les
hypothèses émises. S’il n’y avait pas d’abord des intuitions basées sur la clinique, aucune
découverte n’aurait pu être faite en médecine, ni a fortiori démontrées dans le cadre de l’Evidence
Based Medicine. » C’est la base même de la recherche expérimentale.
Une étude scientifique ne préjuge pas de son résultat, ce que font les associations de parents
d’enfants autistes qui ont décidé que cette technique « relevait de la torture4 », qu’elle était
pratiquée « sans protocole, sans évaluation et sans résultat3 » voire qu’elle « ouvrait la voie à l’abus
sexuel5 » et qu’il fallait y mettre un terme parce que « dénuée de tout respect et de toute dignité3 ».
Pourquoi, donc, s’opposer à un examen scientifiquement validé de la question du packing ?
Le packing, contrairement à ce que laissent entendre ceux qui demandent son interdiction, n’a
pas pour origine la psychanalyse et il existe une abondante littérature scientifique sur cette
technique, anglo-saxonne notamment6. Il trouve sa source dans la médecine antique et repose sur
l’utilisation de l’eau dans les soins physiques et psychiques, l’hydrothérapie étant utilisée en
Grèce dès le VIIIème siècle avant Jésus-Christ. Soranus d’Ephèse la recommande au Ier siècle de
1 Vaincre l’Autisme (ex Association Léa pour Samy)
2 Ces comparutions, fondées sur un supposé manque de rigueur scientifique et une volonté de nuire interviennent dans un contexte
particulier dont témoigne la diffusion d’un film, « Le Mur », construit uniquement à charge contre la psychanalyse et les psychanalystes
et qui, grâce à un montage subtil, discrédite trois professionnels, Pierre Delion, déjà, Daniel Widlöcher et Bernard Golse. Ce document,
quelle que soit la volonté explicite de ses auteurs, ne vise pas à faire le point sur l’apport (ou non) de la psychanalyse dans la prise en
charge des autistes, critique s’il le faut, mais à constituer un dossier à charge qui ridiculise les professionnels.
3 Hélène Hagège : La démarche scientifique : invariants et spécificités disciplinaires, une approche épistémologique, LIRDEF,
Université Montpellier II – IREM, février 2007
4 Vaincre l’Autisme
5 Site officiel du Collectif de soutien au film « Le Mur »
6 Le Professeur David Cohen en donne maintes références dans son argumentaire. Parmi les articles récents, citons :
1. Hospital and Community Psychiatry. 1986, 37: 287-288.
2. Am J Psychiatry. 1988, 145: 242-245.
3. Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence. 2009, 57 : 529-534.
4. Clinical Neuropsychiatry. 2009, 6: 29-34.
5. Journal of physiology. 2010, 104: 309-314
6. Issues in Mental Health Nursing, 2009, 30:491-494.
7. Adolescent Psychiatry. 2011, 1: 163-168
notre ère pour soigner la dépression. Au XVIIIème siècle, Pinel demande que l’on utilise les bains
chauds à visée de relaxation. Cullen, médecin anglais, est le premier à recommander les
enveloppements humides dans le même but. En 1948, Paul Sivadon a utilisé des approches
corporelles à base d’eau, à Sainte Anne, « pour favoriser le sentiment de sécurité, la prise de
conscience de l’existence corporelle et la relation avec les objets et les personnes ». En 1966, un
psychiatre américain, Woodbury introduit sa méthode d’enveloppement (“packing” en anglais) en
France : la technique est la même mais l’enveloppement se déroule en présence d’un infirmier qui
reste aux côtés du malade en permanence durant ce temps d’enveloppement. « Le but de ce
traitement est de donner au malade une stimulation du schéma corporel, de contrôler ses
tendances autodestructrices et agressives, sans l’aliéner par les médicaments ou l’isolement ».
La technique du packing sera proposée pour le traitement des enfants et adolescents autistes les
plus gravement malades ou qui présentent des troubles graves du comportement (hyperactivité,
instabilité grave, auto- ou hétéro-agressivité, stéréotypies envahissantes, anorexie grave,
insomnie rebelle notamment).
Il s’agit donc de valider, ou non, scientifiquement « L’efficacité thérapeutique du packing sur les
symptômes de troubles graves du comportement, notamment les automutilations, des enfants
porteurs de TED/TSA », en aucun cas traiter l’autisme ou ce que l’on nomme aujourd’hui les
Troubles Envahissants du Développement (TED). Le Professeur Pierre Delion a maintes fois
rappelé que « le packing ne concerne que quelques enfants porteurs de TED/TSA lorsqu’ils
présentent des signes graves voire gravissimes de troubles du comportement, pour lesquels une
indication précise doit être posée et une formation de l’équipe réalisée dans de bonnes conditions ».
Tout le monde est aujourd’hui d’accord pour dire que l’autisme, on devrait probablement dire les
autismes, est un trouble neuro-développemental, entrant dans le cadre des troubles envahissants
du développement ce qui ne préjuge en rien de son étiologie qui demeure inconnue, les hypothèses
allant des anomalies génétiques aux atteintes infectieuses ou toxiques, probablement associés à
des degrés divers.
Il n’existe pas de traitement curatif de l’autisme. En revanche, de multiples approches de prise en
charge ont vu le jour depuis la découverte de ce syndrome, approches issues de divers courants
théoriques et fondées sur des conceptions très diverses de l’autisme7. De manière pratique, des
études scientifiques ont à ce jour permis de démontrer l’efficacité d’une prise en charge précoce à
l’aide d’approches éducatives comportementales (ABA), cognitives (TEACCH) ou
développementales. La littérature scientifique est unanime sur ce point : il faut que l’intervention
éducative soit précoce, massive et structurée.
Mais, quel que soit la nature du handicap de la personne autiste, le mérite de la psychiatrie et de
la psychanalyse aura été de montrer qu’elle demeure un être de relation, doté d’un inconscient,
tout comme ses parents, et que les interactions relationnelles et identificatoires sont modifiés par
le trouble. Et ce même si l’on réduit l’inconscient à ses dimensions cognitives, ce qui n’est plus le
cas des neuro-biologistes, Lionel Naccache considérant même Freud comme le Christophe Colomb
des neurosciences8.
L’époque n’est plus aux antagonismes, neurosciences versus psychanalyse par exemple, et
l’ensemble de ces disciplines se confrontent utilement au travers d’interfaces que nous avons été
nombreux à appeler de nos voeux. « Une réflexion critique qui confronte les diverses approches des
sciences de la vie et des sciences de l’homme et de la société autour du cerveau de l’homme et de sa
fonction devient nécessaire9. » Dès que l’on parle de l’homme et de la nature, il faut « nouer
sciences fondamentales et sciences humaines » dit Michel Serres.
Il ne suffit pas de se targuer d’autres autorités scientifiques qui, en l’occurrence, s’appuient sur
des préjugés qui ont une construction scientiste voire idéologique, pour invalider le travail de
plusieurs années au service d’une cause que Pierre Delion et d’autres ont défriché de longue date :
combien d’entre nous ne se sont-ils pas intéressés grâce à lui à l’autisme, d’abord par une grande
ouverture d’esprit clinique et une réflexion plurifactorielle sans exclusive assortie d’une grande
rigueur scientifique ? Si le regard commun et scientifique sur l’autisme a pu évoluer dans ce pays,
on le lui doit en grande partie, il suffit de lire ses travaux et ses publications avec honnêteté.
Les attaques visant Pierre Delion, David Cohen, Daniel Widlöcher et Bernard Golse visent aussi
toute une profession, que le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux avait appelé à juste titre la
Communauté soignante, dans une optique de « mise en cause des compétences médicales de la
psychiatrie » et, plus généralement, de disqualification de la psychiatrie et de la psychanalyse.
7 Voir les travaux, notamment de Jacques Constant et ceux de Centre Ressource Autisme de Languedoc-Roussillon à la demande
du ministère de la santé en 2007
8 Le nouvel inconscient, Poche Odile Jacob, février 2009
9 L’homme de vérité, Jean-Pierre Changeux, Editions Odile Jacob, Paris, 2002, page 9
Comment attaquer Pierre Delion, dont l’intégrité professionnelle, le sens éthique et l’humanité
peuvent difficilement être discutés par quiconque est de bonne foi ? « Nous sommes tous des Pierre
Delion » disait le Syndicat des Psychiatres Hospitaliers, nous dirions plutôt « Nous voudrions tous
être des Pierre Delion ». Et avoir ses qualités humanistes, son profond respect de l’autre souffrant,
sa rigueur scientifique, sa compétence dans l’animation des équipes dont il a eu la charge, sa
qualité d’enseignant “maïeutique”, la cohérence qui est la sienne entre sa pratique et son
enseignement, son attachement à la “défense et illustration” de la prise en charge des enfants
autistes et de leurs familles. Son travail, son enseignement plaident pour lui mieux que
quiconque ne pourrait le faire. A travers lui, c’est toute une conception de l’humain, du social et
du scientifique qui est en jeu. Et ces attaques inquiètent car elles traduisent une dérive qui
voudrait que ceux qui prennent en charge les personnes en souffrance psychique les remplacent,
en coupables expiatoires, comme objets de fantasmes primaires stigmatisants. Ainsi, les acharnés
de la guérison sont nombreux dans le champ des médecines différentes, précisément parce qu’ils
cherchent toujours et encore l’arme absolue qui puisse enfin avoir raison des échecs
thérapeutiques qu’ils ne supportent pas.
L’autisme est une souffrance, pour l’autiste d’abord, pour ses proches ensuite. La douleur des
parents doit être respectée et entendue, y compris quand elle s’exprime de manière excessive.
Mais l’alliance thérapeutique que prône l’ensemble des dispositifs voulus ces dernières années par
les pouvoirs publics suppose respect mutuel et confiance réciproque. La controverse n’est pas
inutile, « Le mot liberté n’admet, par définition, aucune restriction10 », si elle fait progresser la
lutte contre la souffrance. Chacun doit se regarder en conscience, la pratique de la psychiatrie et
de la psychanalyse n’ont pas toujours été heureuses en matière d’autisme, toutes les associations
de parents d’autistes ne se reconnaissent pas dans des discours excessifs, et chercher comment
concilier au mieux « corps et esprit humains, inséparables11 ».
Cette nécessaire alliance, chacun doit y participer.
Autistes dans la mesure de leurs moyens, parents qui doivent trouver une réponse à leur
détresse et aider leur enfant à progresser autant qu’il lui est possible afin de « garantir
l’intégration des personnes autistes en milieu ordinaire ou la création de places adaptées en milieu
spécialisé12 » ; pouvoirs publics, qui doivent éviter toute posture démagogique, proposer des
espaces de médiation et soutenir toute recherche, sans exclusive aucune, qui permettra de faire
avancer les connaissances en matière de troubles envahissants du développement ; les médias,
qui doivent aider à la prise de conscience en ces matières mais aussi informer de manière
objective. Les professionnels enfin, dont le dévouement ne peut être contesté et qui, quoi qu’il
advienne et quel que soit le champ de compétence de leur intervention, demeureront un maillon
indispensable à l’évolution positive des enfants et adultes concernés.
Ces alliances sont tout le contraire de démarches qui ont une construction sectaire en ce sens
qu’en s’appuyant sur la détresse et l’émotion au détriment de la réflexion critique, elles se
soutiennent du “principe de simplification”, supercherie visant à séduire les personnes en
détresse par l’indication d’une “voie unique”, factice face à la complexité des problèmes posés, voie
qui, en ce sens, constitue une régression épistémologique.
Claude Finkelstein, présidente de la FNAPSY, rappelle que « les chapelles en psychiatrie sont
devenues des sectes, chacune pensant avoir “raison” contre la “déraison” et ceux qui en souffrent
sont les patients, non les familles, même si j’en suis sûre celles-ci sont de bonne foi. Seul le patient
peut dire si telle ou telle intervention lui a servi. »
Pour toutes ces raisons, nous soutenons Pierre Delion, David Cohen, et tous les professionnels
mis en cause dans leur démarche scientifique, clinique et thérapeutique, et nous dénonçons la
véritable chasse aux sorcières dont ils sont l’objet. Nous demandons qu’ils reçoivent tout l’appui
qu’ils méritent de la part de leurs confrères de l’Ordre des médecins, en reconnaissance de leur
courage, de leur rigueur et de leur compétence et pour l’ensemble de leur oeuvre.
Marie-Noëlle Alary, psychiatre des hôpitaux, Mathieu Alary, doctorant en neuro-imagerie,
Patrick Alary, psychiatre des hôpitaux, Claude Allione, psychanalyste, Marie Allione,
pédopsychiatre des hôpitaux, Jean-David Attia, pédopsychiatre des hôpitaux en retraite, Guy
Baillon, psychiatre des hôpitaux en retraite, Mathieu Bellahsen, psychiatre de secteur, Jean
Bertrand, Psychiatre, Liège, Belgique, Dominique Besnard, Psychologue, Directeur National
10 Jean Yanne, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil
11 Pierre Delion, Lettre ouverte
12 Autisme France
des CEMEA, Jean-Raphaël Bessis, Psychologue clinicien, Gérard Boittiaux, psychiatre des
hôpitaux, Michel Botbol, professeur de pédopsychiatrie, Alain Bouvarel, psychiatre des
Hôpitaux, président du CNASM, Loriane Brunessaux, pédo-psychiatre, Marie-France
Canoville, addictologue des hôpitaux, Patrick Chaltiel, psychiatre des hôpitaux, Sophie
Charancon, Martine Charlery, pédopsychiatre, Dorota Chadzynski, psychomotricienne,
psychologue clinicienne, Patrick Chemla, psychiatre des hôpitaux, Jean-Luc Chevalier,
psychologue clinicien, Jacques Constant, pédopsychiatre des hôpitaux en retraite, formateur
sur la question de l’autisme, Jean-Yves Cozic, psychiatre des hôpitaux, président du Syndicat
des Psychiatres Français, Jean-Michel de Chaisemartin, psychiatre des hôpitaux, Pascal
Crété, psychiatre, directeur Foyer Léone Richet, Stéphanie Dauver, pédopsychiatre des
hôpitaux, Francine Delionnet, ex-enseignante spécialisée, Marie-Philippe Deloche,
psychiatre MGEN, Matthieu Duprez, Psychiatre des Hôpitaux, Bernard Durand,
pédopsychiatre des hôpitaux en retraite, Président de la FASM Croix-Marine, Claude
Finkelstein, présidente de la FNAPSY, Martine Fournier, psychiatre hospitalier, Nicolas
Geissmann, psychiatre des hôpitaux, Roger Gentis, psychiatre retraité de secteur public,
Patrick Genvresse, pédopsychiatre des hôpitaux, Yves Gigou, formateur, Pierre Godart,
psychiatre des hôpitaux, chef de pôle, Philippe Goossens, psychiatre, Bruxelles, Belgique,
Marie-Christine Hiébel, directrice d’Etablissement public de santé, Michel Jadot, psychiatre
médecin-directeur du service de santé mentale de Verviers, Belgique, Christine Jedwab,
Psychologue clinicienne, Dina Joubrel, Psychiatre des hôpitaux, Claire Jutard,
psychomotricienne, Dimitri Karavokyros, Psychiatre honoraire des Hôpitaux, Yves Le Bon,
psychologue-Clinicien, psychanalyste, chargé d'Enseignement à l'Université de Paris 7-Diderot,
Paul Lacaze, neuropsychiatre d'exercice privé libéral et institutionnel, Yvon Lambert,
formateur retraité des CEMEA, Georges Lançon, pédopsychiatre, Dominique Launat,
psychologue, Agnès Lauras-Petit, psychomotricienne, docteur en psychologie clinique et
pathologique, Michel Lecarpentier, psychiatre, Catherine Legrand-Sébille, socioanthropologue,
maître de conférences, Leïla Lemaire, comédienne, Marc Livet, cadre de santé,
Stéphanie Levêque, pédospychiatre, Marie-Hélène Lottin, psychiatre, psychanalyste, Jean-
Jacques Lottin, directeur d'études de santé publique, Paul Machto, psychiatre des Hôpitaux,
psychanalyste, Sandrine Malem, psychanalyste, Marie-Line Marcilly, cadre coordonnateur,
Esteban Morilla Martinez, psychiatre des hôpitaux, Vincent Marzloff, interne en psychiatrie,
Bénédicte Maurin, membre du collectif des 39, éducatrice spécialisée en pédopsychiatrie,
Simone Molina, psychanalyste, Joseph Mornet, psychologue, secrétaire général de la FASM
Croix-Marine, Françoise Nielsen, psychanalyste, Joséphine Nohra-Puel, psychologue,
psychanalyste, Heitor O'Dwyer de Macedo, psychanalyste, Vincent Perdigon, psychiatre des
hôpitaux, Juliette Planckaert, psychologue honoraire des hôpitaux psychiatriques, Martine
Ragot, aide-soignante, Philippe Rassat, Pédopsychiatre, Psychanalyste, Directeur médical de
CMPP, Nathalie Renon, psychologue clinicienne, Elise Ricadat, psychologue clinicienne, Sara
Rudel, psychologue, Madeleine Sarrouy, pédopsychiatre, Pierre Sadoul, pédopsychiatre des
hôpitaux en retraite, Gérard Sadron, directeur, Madeleine Sarrouy, pédopsychiatre, Sylvie
Séguret, Psychologue, psychanalyste, Jean-François Thiébaux, psychiatre des hôpitaux,
Marc Toulouse, psychiatre des hôpitaux, Bruno Tournaire-Bacchini, psychiatre des
hôpitaux, Jean-Marc Triffaux, psychiatre universitaire, Liège, Belgique, Maria Eugenia
Uriburu, psychologue clinicienne, Pierre Vaneecloo, psychiatre des hôpitaux, retraité, Lucie
Verkaeren, monitrice IDE,
Association Marseillaise pour la Psychothérapie Institutionnelle, Collectif des 39 contre la nuit
sécuritaire, Collège de psychiatrie grenoblois, Fédération d’Aide à la Santé Mentale Croix-Marine,
Fédération Inter-Associations Culturelles en Santé Mentale, Groupement des Hôpitaux de Jour
francophones,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.