Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 mars 2017

Justine Laponche, une passante remarquable

Hier soir, il pleuvait et je suis rentré dans une Galerie d’Art : des sculptures, des peintures, dessins. Tout de suite le sentiment que l’accrochage était parfait, tout de suite l’évidence d’être dans un univers. Le choc de ça. Impressionné par la qualité de l'audience : les personnes étaient présentes aux travaux et aux autres. Mélange de calme, de concentration, de bonne humeur, d'amitié.

Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis heureux. On m’offre un verre de vin blanc, excellent, le goût de la terre, la saveur du fruit. Je suis aussi intimidé. Ce malaise qu'on ressent devant l'énigme de l'art et de l'artiste. On regarde un tableau, une sculpture, un dessin, et tout d'un coup, ce n'est rien de tout ça, mais le scandale merveilleux du jaillissement d'un bout de réel, précis, intact, intime. Une force de l'être balaye les filtres habituels et les obstacles de circonstances, pour faire apparaître, miracle, la pure puissance de la vie.

L’artiste s’appelle Justine Laponche. Je lis une présentation de l’œuvre. Le texte est simple, juste, sans emphase, et s'il s'attarde sur des aspects techniques c'est pour ouvrir l'accès à l'indiscutable valeur artistique de l'artiste exposé. Je suis entièrement d'accord avec ce qui est écrit.

Un autre texte m’apprend qu’il s’agit d’une exposition réalisée par des amis qui réunissent les travaux d’une sculptrice peintre décédée accidentellement à l’âge de 19 ans … il y 24 années de cela. Et je regarde, autrement, ce visage à la Modigliani, espiègle et intense, de la photo du catalogue.

Le rappel de cette information disloque brutalement tout : je ne suis ni dans une rue, ni dans une ville ; je suis ailleurs, nulle part, dans une pièce du temps où l’avenir n’est plus, le monde devient immense, toute une existence ramassée ici, la vie nue. Et je comprends mieux le respect qu’impose ce qui m’entoure, ce qui nous entoure : et vois la vigueur, le courage de Justine d’être là, entière, à l’émergence de l’événement, à la musculature de l’éphémère. Bien sûr on pense à Rimbaud. Aussi à tous ces ados à la porte de l’Europe. Bien sûr, je pense à ma mort,  où en sont mes comptes avec elle.

J’ai noté l’adresse : Galerie Six Elzévir, 6 rue Elzévir, Paris 75003. Et si vous y allez, vous ferez cette expérience, rare, d’éprouver  la perte qui aurait été la vôtre de ne pas avoir fait connaissance avec cette "passeuse" d'humanité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « On est dans un basculement qui n’était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Justice
Au procès d’Éric Zemmour, la politique de la chaise vide 
Jugé jeudi pour avoir dit que Philippe Pétain avait « sauvé les Juifs français », Éric Zemmour n’est pas venu à son procès en appel. Faute d’avoir obtenu un renvoi après la présidentielle, son avocat a quitté la salle. Le parquet a requis 10 000 euros d’amende contre le candidat d’extrême droite.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT