Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 févr. 2018

PHANTOM THREAD : VIVE LA MÉDIOCRITÉ VIVE LA BÊTISSE VIVE LA HAINE

C’est l’histoire d’un Super Créateur. Le spectateur, c’est-à-dire vous et moi, nous sommes censés n’est pas savoir ce qu’est la création, idiots que nous devons être. Mais on nous promet notre revanche.

Heitor O'Dwyer de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un jour le Super Créateur, qui part à la campagne se reposer, tombe sur une serveuse qui a une Super Mémoire. Alors, il l’emmène à dîner et elle lui dit comme ça, du tac au tac, qu’il se croit fort mais qu’au fond il ne l’est pas. Cette affirmation ne fait ni chaud ni froid au Super Créateur. Mais nous, les spectateurs, nous sommes supposés être ébahis par la sagesse de la serveuse, super connaisseuse de l’âme humaine, la preuve elle s’appelle Alma, qui sait qu’il faut casser des œufs pour faire une omelette, que plus haut on monte plus bas on tombe, qu’il n’y a rien de tel qu’un jour après l’autre, etc.

Le Super Créateur est plus intéressé au corps de la jeune femme, qui a les dimensions idéales, qu’à sa sagesse ancestrale. Il lui promet même de lui donner des seins – entendons de lui faire une robe qui fasse croire qu’elle les a.

La jeune femme à la Super Mémoire va vivre avec lui et on va voir passer des robes de représentation, mais tout le monde dit qu’elles sont top, et nous les spectateurs, nos critères de jugement sont de toute évidence inadéquats. Et on va voir passer madame l’Altesse, on est en Angleterre, ou la baronnesse monstrueuse qui s’est fait un peu d’argent en régularisant les papiers des juifs pendant la deuxième guerre mondiale. Du beau monde, quoi.

Puis on apprend qu’un Super Créateur est quelqu’un qui au moment de son petit déjeuner ne supporte pas d’entendre le couteau sur le toast, ou le bruit du thé versé dans la tasse. Très sensibles, les Créateurs.

La jeune femme Super Mémoire, ne se laisse pas impressionner par ces sautes d’humeur parano, et lui redit ses quatre vérité qui, en fait, sont toujours le mêmes, qu’il se croit fort mais etc. Comme vous remarquez, elle a de suite dans ses idées, la jeune femme. Et pour le prouver, elle lui prépare une sauce de champignons vénéneux, qui lui fait vomir tripes et boyaux – et tac pour le Super Créateur qui, nanani nananère, est par terre. Comme elle connaissait l’antidote, c’est elle qui le soigne – donc en plus de sa Super Mémoire, elle est un peu une mini sorcière – et lui, au fond un grand sentimental, ému part tant de sollicitude, la demande en mariage.

On apprendra entre temps, le grand secret du Super Créateur. Il adore sa maman morte, il porte d’ailleurs sa photo dans la doublure de sa veste, et de temps en temps, question de s’en souvenir, il l’hallucine habillée dans la robe de marié qu’il a cousue lui même pendant son adolescence.

Le mariage ne se passe pas comme le souhaite la maintenant Madame Super Créateur. Ni une ni deux, elle retourne à ses fourneaux. (Je fais vite pour ne pas vous ennuyer comme moi je l’étais). Cette fois, elle lui prépare carrément une omelette de poison, qu’il mange de façon gloutonne, en sachant ce qu’il fait. La scène d’après, ils sont dans la salle de bains, lui avec une bassine sur les genoux, heureusement que le cinéma ne donne pas les odeurs. Aucun doute, l'amour empoisonne la vie.

Après il font un enfant qui, conçu dans la haine, aura certainement un super avenir horrible. Bref, tout rentre dans l’ordre. Les valeurs petites-bourgeoises sont, heureusement, toujours les plus fortes et la pensée (celle des spectateurs) et la sensibilités (des mêmes) peuvent allègrement aller se faire foutre.

Reste à comprendre comment une telle collection de stupidité, de haine, de médiocrité et d'impensé, est célébrée comme le nec plus ultra que peut être produit par un cinéaste de nos jours. Comprendre pourquoi tous les agents culturels exaltent un film qui ne porte aucune métaphore, qui n’ouvre aucun horizon, complètement enfermé dans un monde poussiéreux hors temps, qui insulte la mémoire de toute une série de grands couturiers qui ont changé leur temps, qui ont accouché d’une époque.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — France
Les partis politiques : détestés mais incontournables
Mal-aimés, les partis restent des rouages irremplaçables de la démocratie représentative. L’élection de 2022 illustre leur réduction à des plateformes logistiques et financières. C’est à gauche, où ils furent « l’arme des faibles », que l’impératif de réinvention apparaît le plus crucial.  
par Fabien Escalona
Journal — Culture-Idées
Piero Ignazi : « Les partis politiques ont constamment lutté pour leur légitimité »
Entretien avec le politiste italien, auteur de « Parti et Démocratie ». Il revient sur les origines de la défiance envers les partis, et décrit comment ils se sont imposés, avant de perdre du crédit aux yeux de la population. Selon lui, il n’y a cependant pas d’issue au malaise démocratique sans les partis.
par Fabien Escalona
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart