Le poète Ahmed Fouad Najm accusé d'atteinte à l'islam

À quoi ont servi les morts ? À quoi a servi la révolution ?

الشيخ إمام عيسى - شيّد قصورَك © mohammad Rabie

Le grand poète égyptien révolutionnaire, Ahmed Fouad Najm (82 ans) risque la prison. Il est accusé par la justice égyptienne, d’atteinte à l’islam suite à ses interventions télévisées. Il est également accusé de vouloir détourner les soldats des commandements du maréchal Tantaoui, après ses critiques à l'égard du régime militaire.  

Ami de Pablo Neruda et de Che Guevara. En 2011, Najm a pris l'initiative de rassembler un million de signatures afin de supprimer la mention de la religion des documents officiels; mention dont sont victimes les non-musulmans en Égypte. Il a été nommé Ambassadeur des pauvres par les Nations Unies en 2007. Najm formait le célèbre tandem contestataire avec un autre grand égyptien, le chanteur Cheikh Imam (1918-1995). Les poèmes de Najm et la musique du Cheikh ont éveillé des millions de consciences de jeunes Arabes qui avaient soif de liberté, de démocratie et de justice. Tous les étudiants arabes rebelles ont chanté et chantent encore Ahmed Fouad Najm et Cheikh Imam.

 La traduction en français du poème chanté par Cheikh Imam :

         Élève tes palais

Tu peux élever tes palais sur nos champs
avec notre labeur et le travail de nos mains,
tu peux installer tes tripots près des usines
et des prisons à la place des jardins,
tu peux lâcher tes chiens dans les rues
et refermer sur nous tes prisons,
tu peux nous voler notre sommeil
nous avons dormi trop longtemps,
tu peux nous accabler de douleurs
nous avons été au bout de la souffrance.
A présent nous savons qui cause nos blessures,
nous nous sommes reconnus et nous sommes rassemblés,
ouvriers, paysans et étudiants ;
notre heure a sonné et nous nous sommes engagés
sur un chemin sans retour.
La victoire est à la portée de nos mains,
la victoire point à l’horizon de nos yeux.

Traduction de Omar el Moustapha

 

 

 

 

   

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.