Hélène Bidard
Adjointe à la Maire de Paris en charge de l'égalité femmes-hommes, de la jeunesse et de l'éducation populaire
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

Genre & espace public : construisons ensemble un espace public plus égalitaire !

J'ai présenté lors du dernier Conseil de Paris un projet de délibération sur le genre et l'espace public. Non il ne s'agit pas d'«imposer une idéologie» mais bien de rendre l'espace public plus égalitaire, plus mixte et plus inclusif. La droite s'est abstenue sur ce projet qui proposait notamment de lutter contre le harcèlement de rue. Une façon, sans le dire, de défendre la liberté d'importuner ?

Hélène Bidard
Adjointe à la Maire de Paris en charge de l'égalité femmes-hommes, de la jeunesse et de l'éducation populaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher·es collègues,

Merci à vous toutes d’avoir salué le travail de toutes ces associations, et le travail pionnier mené par la Ville de Paris en matière de prise en compte du genre dans l’aménagement de l’espace public, pour le dépolluer d’une culture masculiniste qui reste malheureusement encore extrêmement hégémonique.

Nous nous sommes en effet engagé·es, dans le cadre de la transition féministe que je porte pour Paris, à renforcer la visibilité, la représentation et la sécurité des femmes dans l’espace public, partout et à toute heure.

Le harcèlement de rue, l’une des illustrations quotidiennes la plus criante des processus d’exclusion qui s’opèrent à l’égard des femmes dans l’espace public, est un point très important contre lequel nous nous battons. Quasiment toutes les femmes ont été victimes de ces agissements à un moment de leur vie ; plus de 80% des femmes déclarent avoir déjà subi des violences sexistes et sexuelles dans l’espace public, 100% dans les transports franciliens, plus marquant peut-être encore, 88% des femmes déclarent avoir subi du harcèlement de rue pour la première fois alors qu’elles étaient mineures.

Il n’est donc pas tant question pour les féministes « d’imposer leur idéologie dans l’espace public » comme l’a titré la semaine dernière encore Le Figaro, il est plutôt question de proposer une alternative à l’héritage patriarcal qui persiste dans nos espaces urbains.

L’enjeu est de «  faire la ville ensemble », une ville qui, parce qu’elle sait tenir compte des attentes et des aspirations des femmes, devient plus attractive, plus égalitaire, plus mixte, plus inclusive, plus accessible et plus facile à vivre pour toutes et tous.

En matière d’inégalités ou de violences sexistes dans l’espace public, ces constats sont largement partagés par les citoyennes et citoyens. Si l’utilité de la démarche Genre & Espace Public continue à être remise en cause par une partie de la classe politique et médiatique, nous savons qu’elle répond en fait à un véritable besoin, ancré dans le quotidien des Parisiennes, et c’est ça l’essentiel.

Avec une dix autres adjoints et adjointes à la maire de Paris, j’ai publié en juin dernier le guide Genre et espace public – le second tome que vous pourrez retrouver sur paris.fr – qui recense les exemples et les expérimentations pour une approche genrée des politiques urbaines. En complément, nous avons mis en place un cycle de sept petit déjeuners virtuels conviant diverses personnalités expertes autour de ces questions pour former et outiller les professionnel·les de l’urbanisme, avec Jacques Baudrier et Emmanuel Grégoire entre autres.

Avec Laurence Patrice, vous en avez parlé, nous travaillons par exemple à renforcer nos actions de promotion du matrimoine, avec Karen Taïeb également, et sommes fières de mener ce premier combat pour faire passer de 4% à 12% le nombre des lieux parisiens aux noms de femmes, ce qui n’est qu’un début bien entendu puisque on vise désormais les 14 % mais rassurez-vous nous avons des projets pour essayer d’accélérer cette transition.

Vous savez aussi que nous avons inauguré, en 2019 avec Anne Hidalgo, la Cité audacieuse, qui est un lieu inédit de visibilité des luttes et de la création féministe, qui a pu rouvrir au public suite aux épisodes de confinement, et nous nous en réjouissons. Cela va porter ses fruits indéniablement.

À propos de l’éga-conditionnalité, je tiens à saluer Marie-Christine Lemardeley puisque nous travaillons avec elle sur ce sujet, pour les associations étudiantes depuis la dernière mandature et bientôt avec Pierre Rabadan, avec lequel nous portons depuis deux ans, l’appel à projet Paris Sportives, qui a pour but d’engager les femmes à utiliser les terrains de sport en accès libre, qui restent, vous l’avez dit là aussi, encore majoritairement investis par des hommes, et nous luttons contre les violences sexistes et sexuelles dans le monde sportif puisque nous avons organisé un premier temps de sensibilisation le 22 juin dernier à l’Hôtel-de-Ville, et mettons en place des formations, qui débutent prochainement, de lutte contre ces violences à destinations des clubs sportifs de la Ville, ce qui est premier pas pour la mise en place d’une éga-conditionnalité avec les clubs sportifs.

Tout ceci n’aurait pas été possible sans le soutien que la Ville de Paris apporte depuis 2016 aux associations qui interviennent pour la prise en compte de l’égalité femmes-hommes dans l’espace public. Je vous propose donc de renouveler cet appui en votant ce projet de délibération à hauteur de 50 000 euros pour les projets de 17 associations. 

Les actions proposées portent ainsi sur l’organisation de marches exploratoires, sur le développement d’outil pour que les femmes puissent accéder en toute sécurité à l’espace public, sur la promotion d’action collective pour se réapproprier cet espace public, et sur les pratiques sportives des femmes.

En espérant que nous pourrons, cette fois-ci, voter ce projet à l’unanimité, je vous remercie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade