Circulaire étudiants étrangers : calcul élémentaire ?

Aujourd’hui, de nombreux pays ont organisé l’entrée des personnes d’autres pays sur leurs terres, tout particulièrement quand ceux-ci souhaitent s’installer et contribuer à la richesse du site en apportant leur intelligence, leur savoir-faire, leur « valeur marchande ».

Aujourd’hui, de nombreux pays ont organisé l’entrée des personnes d’autres pays sur leurs terres, tout particulièrement quand ceux-ci souhaitent s’installer et contribuer à la richesse du site en apportant leur intelligence, leur savoir-faire, leur « valeur marchande ».

Dans ce sens, le gouvernement français signe des accords avec des pays qui encadrent ainsi la circulation de plus de 28 000 jeunes partis en 2009 en programme vacances travail(1) comme l’indique Francediplomatie. Un chiffre en augmentation puisque la Suisse organise également l’entrée sur son territoire, que l’Argentine a ouvert ses portes à 900 jeunes pour la première fois l’année dernière, que la Chine est sur les rails et que l’on ne compte pas ici les pays européens pourtant très plébiscités par des jeunes en demande d’ailleurs.

Un chiffre me surprend cependant sur le site Francediplomatie qui rapproche 28 000 Français partis en PVT pour 2 500 « étrangers » accueillis : où l’on verra donc que le monde ne se bouscule pas plus que ça à nos frontières, contrairement à ce que d’aucuns prétendent.

En 2009-2010, plus de 30 000 étudiants français(2) ont bénéficié du programme Erasmus qui les a conduits en Europe pour leurs études ou un stage. On ne les considère pas comme étrangers puisqu’ils sont européens !

Objectivement, il semble que les pays du monde organisent la circulation des élèves, des étudiants, des échanges de compétences et savoir-faire, depuis des décennies. Alors, que se passe-t-il en France avec la circulaire(4) qui serre la vis aux étudiants « étrangers » ?

À l’étude des données statistiques, une chose me surprend, d’un tableau à un autre. Puisque « sur les 2,3 millions d'étudiants en France, 278 000, soit 12%, sont étrangers »(3), voici une précision de taille qui se base sur des statistiques 2003-2004 et un simple décompte.

Cette année-là, sur 200 723 étudiants étrangers, près de 49 206 sont issus d’Europe (élargie) ; 102 766 issus d’Afrique et Maghreb ; 11 725 du Moyen-Orient ; 23 109 d’autres pays d’Asie ; 13 749 des Amériques, Pacifique.

Si je soustrais au total d’étudiants ceux issus d’Europe, reste 151 517 étudiants dits « étrangers », parmi lesquels 102 766 issus d’Afrique dont 61 078 du Maghreb (40 %), un pays qui compte des pays plutôt révoltés ces temps-ci !

De là à voir dans la circulaire une bonne vieille mesure punitive ou un relent raciste post-colonialiste… Peut-être qu’en période électorale, cela se calcule-t-il…

Quoiqu’il en soit, la mesure consistant à taxer davantage les étudiants étrangers venant en France va sans conteste toucher parmi eux ceux des pays les plus pauvres. Voilà qui, en attendant, me pose question.

 

(1) Le programme vacances travail chez Francediplomatie

(2) La mobilité internationale des jeunes (issu de http://www.arf.asso.fr/2011/05/des-informations-statistiques-sur-la-mobilite-internationales-des-jeunes.html)

(3) Sur les 2,3 millions d'étudiants en France, 278 000, soit 12%, sont étrangers

(4) La circulaire du 31/05/11

(5) Les étudiants étrangers en France, tableau p. 4

(6) Malgré la promesse de Claude Guéant (…) le Gouvernement vient d'inscrire dans le budget 2012 une nouvelle taxe sur les diplômés étrangers...

Après la circulaire Guéant, une nouvelle taxe pour les étudiants étrangers en France

 

Plus d’information :

Étudiants et chercheurs à l'horizon 2020 : Enjeux de la mobilité internationale et de l'attractivité de la France

Classement 200 meilleures universités monde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.