helene duffau
Autrice
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 déc. 2014

helene duffau
Autrice
Abonné·e de Mediapart

Sivens : l'indigence se répand

helene duffau
Autrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur le sujet de Sivens, les commentaires publiés à la suite de nombreux articles en ligne sont édifiants et parfaitement révélateurs de ce dont l'actuelle propagande médiatique est capable : laver les cerveaux et faire en sorte que chacun ait pourtant un avis sur tout qu'il exprime sans relâche, bien que sans réelle connaissance du sujet, et, surtout, sans aucune prise de distance. Le jaillissement de son opinion en guise de bouclier à sa propre indigence : je pense penser, donc je pense exister.

L'époque est à l'expression de sa vacuité intellectuelle, à l'exhibition sous pseudonyme de son point-de-vue prémâché qui restitue, bien souvent, le dogme de la pensée dominante, capitaliste et néolibérale. Au "chacun pour soi" on trouve des vertus, on a réponse à tout et des solutions musclées à chaque problématique sociétale. Aux opposant.es au massacre planétaire diligenté par les industries globalisées et rendu acceptable par les médias de masse, on assène sa haine, son dégoût, qu'on érige en "valeurs".

Ces temps-ci dans le territoire du gaillacois — Sivens est à quelques kilomètres de Gaillac —, on apprend que des bandes organisées veulent se payer du zadiste et qu'à deux reprises au moins, les forces de l'ordre les ont empêchées d'agir (le 1er décembre, entre autres). Depuis la mort de Rémi Fraisse, les opposant.es-occupant.es aménagent la vallée de Sivens : installation de cabanes, de tentes et tipis ; permaculture, discussions et partage de savoirs, dans un lieu qui demeure ouvert et accessible, contrairement à ce qui a pu se dire ou s'écrire par ailleurs. Avant le grand rassemblement du 25 octobre, une milice encagoulée et violente avait déjà sévi. Un "historique" est en ligne.

Ici, des élu.es en appellent à une solution par la violence pour dégager le terrain et y construire vaille que vaille ce barrage dont on a suffisamment entendu parler. Au-delà de leur capacité à représenter ainsi les citoyens et l'État, on se demande bien quels intérêts secrets les poussent à exprimer publiquement cette haine de l'autre, de l'écologie, de la planète et de ceux qui tentent d'en préserver l'essentiel. Au pays de la "liberté, égalité, fraternité", la dénonciation de citoyen.nes pointé.es en responsables de tous les maux, l'appel à la violence drapé dans une écharpe tricolore ont un mauvais goût d'Histoire qui tente de rejouer ses gammes d'entrée en barbarie.

Rien n'est terminé à Sivens, rien n'est encore décidé ni tranché. Pourtant, la mort d'un jeune opposant, au lieu d'apaiser les esprits et de permettre de réfléchir sobrement à un dossier riche de malversations comme à un projet contestable en de nombreux points, cette mort sert à attiser la haine, à désigner des ennemis qui n'en sont pas, à détourner, une fois encore, de la réalité. Les politiques locaux seraient-ils.elles prêts à tout pour dissimuler leurs conflits d'intérêt ? 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere