helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2020

Moi les hommes, je les déteste

Un appel à la haine ? Avant de parler des livres, il peut être judicieux de les lire…

helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Le court essai de Pauline Harmange est d’abord paru aux éditions Monstrograph fondées par Coline Pierré et Martin Page. Dès lors, l’ouvrage a subi l’appel à la censure par quelque dominant qui, sans conteste, avait jugé du titre sans ouvrir le livre. Ben oui : Moi les hommes, je les déteste, ça peut — déjà — en agacer plus d’un. Une femme qui pose une lecture critique de la domination masculine dans les pages d’un livre, manquerait plus qu’on la laisse exprimer le fond de sa pensée et que la mascarade tombe le masque. Ceux qui tiennent le système veulent que rien ne change et ceux-là sont si souvent des hommes…

Jetant l’opprobre sur un ouvrage, appelant à la censure le livre qui traite de la haine des hommes — et ça c’est mal, c’est condamnable en justice —, le premier qui a aboyé a fait flamber la publicité pour ledit livre dont le premier tirage de 450 exemplaires a très vitre été suivi d’un second à 2 500 exemplaires avant épuisement du stock. Les éditions du Seuil ont racheté les droits afin que ce bref essai poursuive sa vie éditoriale notamment à travers des traductions. Si des maisons d’éditions étrangères s’intéressent au sujet, c’est sans doute parce qu’elles y trouvent du contenu, de l’intérêt, pas un simple appel à la haine. Non ?

Car de quoi s’agit-il ? D’un constat, d’une mise en mots simples de la vacuité de bien des hommes, de leur veulerie aussi, de la domination masculine qui entache la société et prive les femmes d’exercer pleinement leur pouvoir comme de se déployer.

  • « Tous les hommes ne sont peut-être pas des violeurs, mais quasiment tous les violeurs sont des hommes — et quasiment toutes les femmes ont subi ou subiront de la violence de la part des hommes. Il est là, le problème. Elle est là, l’origine de notre détestation, de notre malaise, de notre méfiance. »

Appel à la haine ?

En 90 pages, l’autrice pose son constat des violences du masculin érigé en puissant, de l’incapacité faite aux hommes d’être respectueux des autres, à commencer par les femmes. À la misogynie qui affuble tous les profiteurs d’un système andro centré, blanc, violent, qui ne le remettent jamais en question, elle oppose la misandrie qui impose de sélectionner avec vigueur les hommes à faire entrer dans son cénacle. Car les autres, personne n’en a besoin. Ni des violents, ni des violeurs, ni des coupeurs de parole incapables d’écoute ou d’expression de leur sensibilité, ou, une fois encore, des incapables de respect.

Pauline Harmange dit aussi son plaisir des cercles féminin ou la sororité est à l’œuvre, ou la solidarité opère dans l’écoute et la bienveillance — et l’on objectera que, là aussi, ces cercles sont électifs : les femmes étant éduquées dans la rivalité, la culpabilité…, les bienveillantes sont à choisir.

Un appel à la haine ? Avant de parler des livres, il peut être judicieux de les lire… pour s’en faire une idée étayée.

  • « Tant qu’il y aura des hommes misogynes, des hommes qui s’en lavent les mains et une société qui les accepte et les encourage, il y aura des femmes qui, lassées, refuseront de faire les frais de relations épuisantes et parfois même dangereuses. »

Il s’agit de cela dans ce livre. Pas plus.

Un texte sur le registre du pamphlet où la colère semble à l’œuvre pour mettre en mots ce qui est devenu insupportable. Au pays des droits de l’Homme et du citoyen — Olympe, reviens ! — il n’est plus tolérable que cela perdure.

Moi les hommes, je les déteste est un ouvrage auquel on pourra reprocher sa brièveté, comme si l’autrice avait ouvert une porte qu’elle commençait à peine à pousser. Le sujet est vaste, si vaste qu’il mérite, à mon sens, d’être traité et décortiqué au-delà du pamphlet dont je souligne pour autant la nécessité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine