helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2020

Ce qu'il reste de nuit

C’est une histoire d’hommes. Un trio familial qui se délite petit à petit dans l’absence de mots, la résignation, le manque d’argent, le manque d’amour. C’est un père qui vit dans la perte de sa femme et la fierté de ses fils. L’aîné, Fus, brille au club de foot. Gilou, le second, est fan de son grand frère.

helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par petites touches pourtant, le tableau d’une vie simple à trois se fissure. Le père s’efface de son rôle, l’aîné prend son frère en charge et se met à fréquenter un groupe d’extrême droite. Oh, il est gentil celui-là, et bien élevé, il ne se laissera pas démonter le cerveau. Et pourtant… Pourtant le père est incapable de mettre des mots sur ce que vit son fils et ce que ça lui fait. Le foot et le stade ne parviennent plus à relier cette famille. Le père se terre dans une alternance de silence et de mépris. Il déteste même et perd pied. Jusqu’au drame.

C’est une histoire de solidarité aussi. Quand tout semble échapper, quand pas grand-chose vous retient au fil des jours, restent les amis, les voisins, ceux qui ont toujours été là pour vous. C’est un territoire de seconde zone où le travail manque. Un lieu que la jeunesse s’empresse de quitter pour des études ou la quête d’une vie meilleure.

Avec une langue simple — qui aurait parfois mérité d’être défaite de ses tics d’articulation de phrases — Laurent Petitmangin sert un premier roman qui embarque implacablement. Au fil des pages la tension monte, le drame semble inéluctable mais il est impossible de savoir quand ou comment il surgira.

  • « Août, c’est le meilleur mois dans notre coin. La saison des mirabelles. La lumière vers les cinq heures est la plus belle qu’on peut voir de toute l’année. Dorée, puissante, sucrée et pourtant pleine de fraîcheur. […] Cette lumière, c’est nous. Elle est belle, mais elle ne s’attarde pas, elle annonce déjà la suite. »

Ce qu’il faut de nuit est paru à la Manufacture de livres. Il a reçu le prix Stanislas 2020, meilleur premier roman de la rentrée littéraire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot