helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 mai 2020

Je suis une sur deux

« J’ai eu de la chance. J’ai eu le bon viol. Alors parfois, j’ai pu dire. Une fois même, j’ai pu porter plainte. » De la sidération liée à la violence de l’acte au courage de porter plainte en étant soutenue par ses proches, Giulia Foïs ne s’épargne aucun raccourci et regarde la violence sexuelle droit dans les yeux.

helene duffau
Autrice, chargée de mission
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’ouvrage s’ouvre sur ces phrases : J'ai eu de la chance. J'ai eu le bon viol. et se poursuit par la remontée dans le temps que mène l’autrice au sujet du viol dont elle a été victime, l’été de ses 20 ans.

Elle raconte le corps, son traumatisme et ses mises en alerte récurrentes. L’instabilité qui le guette, tapie dans le marquage fait à la chair, capable d’exploser des années plus tard lors d’une caresse, de la perception d’une odeur. La peur qui décuple l’écoute ensuite, la surveillance de tout ce qui circule autour de soi, pour tenter de tout maîtriser, en tout cas ne plus se laisser aborder par inadvertance. Elle dit la volonté de survivre et de vivre, le sourire aux lèvres quand cela est possible et réalise qu’il peut être préjudiciable de finir par « aller bien » après le monstrueux.

Elle dénonce la culture qui entretient les systèmes de domination et d’asservissement, celles et ceux qui s’en contentent et veulent que rien ne change tant que cela leur profite. La suspicion que subit une femme victime, par son entourage parfois, par les modalités policières et juridiques souvent.

  • « Face à la Femme, l’Homme se débat, il se bagarre. Contre ses démons, contre ses pulsions. Il a la maturité sexuelle et affective d’un chiot, alors parfois, il fait des bêtises — mordre le cuir du canapé, faire pipi sur la moquette et mettre sa bite n’importe où. Nos textes sacrés, notre littérature et donc notre mémoire collective sont articulés sur cet équilibre-là — la Femme faute, l’Homme s’égare : gare à qui le fait trembler. Inverser le questionnement, demander des comptes au violeur plutôt qu’à la victime, c’est renverser l’ordre établi, bouleverser une grille de lecture millénaire, revenir sur une éternité de domination masculine. »

Elle dit encore l’écœurement, la rage face à une défense qui surfe sur les vices de procédure pour dédouaner une ordure — voire l’encourager à poursuivre ses crimes dans l’impunité — et faire capoter une procédure accusant « un bon père de famille ». Car bien qu’elle ait eu « le bon viol », Giulia Foïs ne recevra aucune réparation par le jugement du violeur qui ne sera pas condamné... Et puis, les ouvrages de Clémentine Autain et de Virginie Despentes sont les révélateurs qui mettent des mots sur ce qu’elle n’avait pas encore écrit.

Dans une langue sans ambages, l’autrice livre le récit de la souffrance, de la rage qui peut se retourner contre soi après le viol, de l’incompréhension qui surgit souvent autour d’elle quand la victime ose parler, dire ce qui lui est arrivé. Et la puissance du soutien sans lequel il est si difficile de tenir debout et de dépasser le traumatisme.

Giulia Foïs rappelle les chiffres insupportables : une femme est violée toutes les 7 minutes en France, les féminicides continuent, et tant de femmes ont encore peur de porter plainte : 1 victime sur 10 seulement osera.

Alors, après la déferlante #Metoo à travers la planète et #Balancetonporc dans des pays francophones, après les réactions pathétiques de certain.es dont le conservatisme patriarcal a été révélé par la prise de parole de nombreuses femmes dans le monde, l’autrice en appelle à la déferlante #Balancetonviol.

  • «  Sur cette ligne de front séparant, aujourd’hui, deux parties aussi déterminées l’une que l’autre, vous ne trouverez pas les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Vous trouverez ceux qui veulent que ce monde bouge, et les autres. […] Ceux qui ont réussi à se faire, dans ce système, une jolie place au soleil, et ceux qui voudraient bien que tout le monde puisse s’y dorer la pilule. Alors évidemment, on compte plus d’hommes chez les premiers, plus de femmes chez les seconds. »

Étonnant comme cela entre en résonance avec la période actuelle où le changement de modèle économique est indispensable cependant que certain.es font tout pour que rien ne change.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot