Sommet en ligne : L’Iran se lève pour la liberté et la démocratie

Les opposants iraniens organisent un évènement inédit pour porter la voix de leur peuple pour la fin de la dictature en Iran. Le sommet mondial, « L’Iran se lève pour la liberté », se tiendra le vendredi 17 juillet en ligne pour soutenir le combat des Iraniens pour le changement de régime et la démocratie en Iran.

Les participants vont lancer une mise en garde sur la catastrophe du coronavirus en Iran qui a fait réellement 70 000 morts et dénoncer la dissimulation des mollahs. © cnri

Des participants de 102 pays seront connectés depuis 30 000 points dans le monde pour soutenir le changement de régime du peuple iranien et de sa Résistance. Quelque 1 000 personnalités, dignitaires internationaux et parlementaires bipartites vont mettre en garde contre la menace terroriste croissante du régime iranien et exhorter la communauté mondiale à adopter une politique de fermeté.

Les participants vont alerter sur la catastrophe du coronavirus en Iran qui a fait plus de 70 000 morts et dénoncer les dissimulations des mollahs (le chiffre officiel est six fois inférieur ). Alors que la pandémie de Covid 19 fait des ravages en Iran et que l’insouciance des autorités pour la santé publique a provoqué une deuxième vague plus meurtrière, les opposant iraniens insistent pour le renversement de la dictature islamiste considérée comme un fléau pire que le coronavirus.

Le ministère de la Santé du régime a reconnu mardi que 200 personnes étaient mortes ces dernières 24 heures, portant le nombre total de morts en Iran à 11 931. Il s’agit du plus grand nombre de décès annoncé par le régime. Depuis le tout début de l’épidémie, des estimations indépendantes ont été communiquées à la communauté internationale par l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Selon ces estimations, l’impact réel de la crise du Covid-19 en Iran est environ six fois pire que ce qui a été officiellement. Sur la base des rapports cumulés dans chacune des 31 provinces du pays, l’OMPI a déterminé que le nombre réel de morts était de plus de 66 900 au début de cette semaine.

Au même moment, la justice belge a renvoyé, mercredi 15 juillet, devant un tribunal correctionnel quatre personnes, dont un diplomate iranien, soupçonnées d’être impliquées dans un projet d’attentat contre des opposants au régime de Téhéran en 2018 en France. Le parquet fédéral belge a indiqué que leur procès devrait se tenir à l’automne à Anvers, où le dossier a été instruit, a précisé Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral.

Le 2 juillet 2018, ce parquet compétent en matière de terrorisme avait annoncé avoir mis en échec un projet d’attentat à la bombe qui aurait dû frapper, l’avant-veille à Villepinte, près de Paris, le grand rassemblement annuel du CNRI, coalition démocratique dont le membre principal est l'OMPI. Ce complot terroriste de grande ampleur qui aurait pu faire des centaines de victimes, a été découvert et neutralisé dans sa dernière étape.

Un couple d’origine iranienne avait été arrêté le jour même, le 30 juin, en région bruxelloise, en possession d’environ 500 grammes d’explosif TATP et d’un détonateur dans sa voiture. Outre ce couple, deux hommes également incarcérés en Belgique depuis 2018 sont soupçonnés d’avoir fomenté ce projet d’attentat. L’un d’eux, Assadollah Assadi,  le « commanditaire » de l’attentat, est un diplomate iranien qui était en poste à l’ambassade d’Iran à Vienne au moment des faits. Arrêté en Allemagne, il avait été remis en octobre 2018 à la justice belge. C'est lui qui avait remis en main propre les explosifs au couple arrêté en Belgique. 

Le régime iranien était furieux du transfert collectif des Moudjahidine du peuple en Albanie et effrayé par le soulèvement de décembre 2017-janvier 2018. Il était aussi préoccupé par la crédibilité croissante sur la scène internationale du Conseil national de la Résistance iranienne et de sa présidente Maryam Radjavi. C’est pourquoi il a voulu l’assassiner ainsi que les personnalités de premier plan américaines et européennes qui étaient ses invitées à Villepinte.

C’est la première fois qu’un diplomate en poste en Europe est jugé pour participation directe dans une opération terroriste. C’est un immense scandale qui couvre d’opprobre le régime et qui montre que pour annihiler l’OMPI et la Résistance iranienne qui constituent sa principale menace existentielle, la dictature religieuse ne recule devant aucun crime ni aucun prix.

Cliquez ici pour joindre le rassemblement....

Des participants de 102 pays seront connectés depuis 30 000 lieux ! dans le monde pour soutenir le changement de régime par le peuple iranien et sa Résistance. © HF Des participants de 102 pays seront connectés depuis 30 000 lieux ! dans le monde pour soutenir le changement de régime par le peuple iranien et sa Résistance. © HF

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.