La Résistance iranienne est un acteur majeur, une clé pour l’Iran – Rama Yade

« Soyons plus nombreux, soyons plus déterminés à mener ce changement essentiel en soutenant l’aspiration du peuple iranien à un changement de régime et l’instauration d'une république fondée sur la séparation de la religion et de l'État, sur l'égalité des sexes, sur la liberté d'expression », a déclaré Rama Yade au Sommet mondial pour un Iran libre le 17 juillet.

Ce rassemblement en ligne reliait 30 000 points en Iran et une centaine de pays des cinq continents, à Achraf-3 en Albanie, cité de la Résistance iranienne. Un millier de personnalités politiques et sociales et de parlementaires du monde y assistaient, venues apporter leur soutien à Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne et de son plan en 10 points pour l’Iran de demain.  

Voici l'intervention de Rama Yade au sommet mondial pour un Iran libre : 

Madame la Présidente Radjavi, chers amis,

Dans l'histoire du Conseil national de la Résistance iranienne, le 17 juillet restera un jour spécial. Aujourd'hui nous participons au plus grand rassemblement virtuel du monde reliant 102 pays, 30.000 lieux différents, 200 réunions de 50 à 3.000 participants.

Rama Yade au sommet mondial en ligne pour un Iran libre, le 17 juillet 2020. Rama Yade au sommet mondial en ligne pour un Iran libre, le 17 juillet 2020.
Avec ses caractéristiques, ce rassemblement annuel montre la détermination à poursuivre le combat malgré les conditions. Cette organisation de l’OMPI (l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran) prouve la capacité technique, logistique et technologique d'une structure qui sait combien la discipline et la méthode sont des conditions nécessaires à la mobilisation et à la réussite de son vieux rêve d'un Iran libre et démocratique. Car c'est bien là le moteur de cet événement sans précédent.

Justice, liberté, démocratie, c'est ce qu'elle réclame une fois de plus ici aujourd'hui. Dans ce monde d'incertitude où tout peut changer, la Résistance iranienne doit prendre sa place. C'est un acteur majeur, une clé de la solution. La communauté internationale doit le comprendre et particulièrement l'Europe. L'Europe dont je parle et d’où je parle doit être à nouveau à vos côtés. Il est temps que l'Union européenne adopte une position de fermeté pour condamner les violations des droits humains en Iran, en particulier le nombre le plus élevé d'exécutions et en conditionnant le commerce avec l'Iran à la fin des violations des droits de l'homme.

Soyons plus nombreux, soyons plus déterminés à mener ce changement essentiel en soutenant l’aspiration du peuple iranien à un changement de régime et l’instauration d'une république fondée sur la séparation de la religion et de l'État, sur l'égalité des sexes, sur la liberté d'expression.

C'est une question de moralité, mais c'est aussi une question de sécurité pour nous, pour le peuple iranien et pour la région.

Nous ne sommes pas de doux rêveurs, nous sommes et avons été maires, parlementaires, ministres, chefs d'État, chefs de gouvernement, nous savons ce qu'est le pouvoir. Nous savons qu'il s'agit de contraintes. Nous savons que ni Rome ni Téhéran n'ont été faits en un jour. Nous voulons que nos homme d'affaires s'enrichisse grâce aux contrats commerciaux. Nous voulons que nos citoyens obtiennent des emplois grâce à ces contrats. Mais nous savons que nous n'obtiendrons rien de tout cela en abaissant le drapeau des droits de l'homme. Nous devons choisir le côté de l'humanité. Les Iraniens sont fatigués de se battre seuls. Si nous ne réagissons pas, les héros de la résistance qui ont tant payé pour cet engagement seront isolés. C'est le peuple iranien qui est en danger.

Maryam Radjavi à Achraf-3, cité de la Résistance iranienne, en Albanie, le 17 juillet 2020, au Sommet mondial pour un Iran libre Maryam Radjavi à Achraf-3, cité de la Résistance iranienne, en Albanie, le 17 juillet 2020, au Sommet mondial pour un Iran libre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.