Le sommet pour un Iran libre offre une alternative pour l'Iran – Gilbert Mitterrand

Le sommet pour un Iran libre « propose une alternative pour des valeurs universelles, notamment l’abolition de la peine de mort, des élections libres, l’égalité des femmes, des religions et des ethnies, la séparation de la religion et de l’Etat », a expliqué Gilbert Mitterrand, président de la fondation Danielle Mitterrand - France Libertés le 17 juillet.

Ce rassemblement en ligne reliait 30 000 points en Iran et une centaine de pays des cinq continents, à Achraf-3 en Albanie, cité de la Résistance iranienne. Un millier de personnalités politiques et sociales et de parlementaires du monde y assistaient, venues apporter leur soutien à Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne et de son plan en 10 points pour l’Iran de demain.  

Voici l’intervention de Gilbert Mitterrand :

Le régime des mollahs en Iran est une dictature qui gouverne par la terreur et le déni de la valeur de la vie humaine. Il massacre, comme ce fut le cas en 1988, mais il réprime, emprisonne, torture, et exécute aussi au quotidien. 

Il tue dans la rue, comme en novembre dernier, où 1500 manifestants étaient abattus sommairement ; il tue dans les prisons où les couloirs de la mort regorgent de prisonniers politiques condamnés à mort après torture et aveux forcés, sous l’accusation forgée par les mollahs de « guerre contre Dieu ».

Ainsi, encore à l’aube de ce 14 juillet, le régime iranien a exécuté deux prisonniers politiques kurdes à la prison d’Oroumieh. Ils étaient depuis 7 ans dans le couloir de la mort.

Ainsi, mercredi dernier, peine de mort pour trois manifestants du soulèvement de novembre dernier ; et le 8 juillet, pendaison d’un prisonnier pour avoir consommé de l’alcool.

Les Iraniens manifestent massivement ces dernières années leur refus de cette théocratie despotique.

Les mollahs gouvernent par la terreur parce que la peur est dans leur camp, redoutant un autre soulèvement populaire qui les balayera.

Demander à chaque fois à la Haute-commissaire aux droits de l’homme, de prendre des mesures contre le régime religieux en Iran ne suffit plus.

Cet immense meeting d’aujourd’hui propose une alternative pour des valeurs universelles, notamment l’abolition de la peine de mort, des élections libres, l’égalité des femmes, des religions et des ethnies, la séparation de la religion et de l’Etat, et une politique étrangère fondée sur la coexistence pacifique et un Iran non nucléaire.

C’est pourquoi nous soutenons le plan en 10 points que propose Maryam Radjavi pour l’Iran libre de demain.

Maryam Radjavi à Achraf-3, le 17 juillet 2020, lors du sommet pour un Iran libre. Maryam Radjavi à Achraf-3, le 17 juillet 2020, lors du sommet pour un Iran libre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.